Israël annonce de nouvelles mesures pour contrer la « guerre des devises »

La Banque d’Israël a décidé de prendre des mesures drastiques afin de limiter l’entrée de capitaux spéculatifs dans le pays qui entraîne une forte appréciation du shekel.

Stanley Fischer, gouverneur central, a annoncé deux mesures: à savoir l’obligation pour les banques commerciales du pays de déclarer à la banque centrale les transactions en devises supérieures à 10 millions de dollars par jour et l’obligation de conserver en liquide des réserves équivalent au moins à 10% des transactions en devises. Ces mesures s’inscrivent dans une vaste politique monétaire qui, depuis 2008, n’a pas vraiment porté ses fruits.

Comme de nombreuses banques centrales, décision fut prise au début de la crise économique et financière d’intervenir directement sur les changes. Au total, selon les analystes, la banque centrale aurait acheté en deux ans près de 45 milliards de dollars sur le marché du Forex ce qui équivaut à 20% du PIB annuel du pays. En dépit de cette mesure, le shekel n’a cessé de s’apprécier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


7 × = quatorze

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>