Nouvelle semaine sous le signe des banques centrales

Une fois n’est pas coutume, les banques centrales vont faire l’actualité du marché des changes cette semaine.
La région Asie cette semaine attend de très nombreux indicateurs fondamentaux alors que les décisions des banques centrales vont ponctuer le Forex. Ces décisions de politique monétaire devraient avoir une influence importante sur les performances des marchés financiers.
La Banque du Japon est toujours enchaînée au programme de rachats d’obligations d’entreprises mis en place dans le cadre du plan gouvernemental de stimulation des marchés financiers et de soutien aux entreprises via un accès plus facile aux prêts.
La banque centrale devrait maintenir son programme à 60 milliards de dollars et devrait aussi s’intéresser de plus en plus aux entreprises immobilières qui connaissent quelques difficultés. Des rachats de bons sont donc à prévoir concernant ces entreprises.
Après une vague d’optimisme la semaine dernière suite à la publication du rapport mensuel du gouvernement japonais, les investisseurs attendront avec une certaine impatience les chiffres de l’emploi pour le mois de décembre. Le taux de chômage devrait rester stable à 5.1% alors que les ventes au détail sont attendues en baisse le mois dernier. Enfin, la consommation des ménages est prévue le 28 janvier, à -0.4% après une baisse de 0.6% le mois précédent. La semaine s’annonce donc importante pour le yen mais il convient de rappeler que l’élément crucial pour appréhender la devise japonaise reste l’aversion au risque.
Toujours en Asie, la banque centrale de Nouvelle-Zélande (RBNZ) doit annoncer cette semaine sa décision de politique monétaire. Les analystes s’attendent à ce que l’institut d’émission maintienne ses taux inchangés pour le troisième mois consécutif à 3.00%. Cette décision intervient alors que la banque centrale a affirmé que le durcissement monétaire devrait ralentir au cours de cette année en raison des risques pesant sur la reprise économique dans le pays.
Essentiellement en raison du tremblement de terre dévastateur, l’économie néo-zélandaise s’est contractée de 0.2% au quatrième trimestre 2010. Les perspectives de croissance n’étant pas réjouissantes, le banque centrale devrait maintenir les taux inchangés une bonne partie de l’année. La décision de la banque centrale pourrait être confortée par le niveau de l’inflation qui est jugé totalement approprié par l’institut d’émission.
Enfin, le 26 janvier prochain, le FOMC doit se réunir et devrait conserver ses taux inchangés, entre 0 et 0.25%. La banque centrale américaine reste très prudente et il sera particulièrement intéressant pour les investisseurs de jeter un oeil un jour plus tard aux inscriptions hebdomadaires au chômage qui sont attendues en baisse à 404 000. le chômage demeure l’élément clef pris en compte par la Fed pour faire évoluer sa politique monétaire. Plus important que la réunion du FOMC pour l’EUR/USD, les investisseurs regarderont l’indice manufacturier de la Fed de Richmond mardi qui précèdera une flopée d’indicateurs américains importants, notamment l’indice de Chicago, les commandes de biens durables, le PIB annualisé et l’indice de confiance établi par l’Université du Michigan. Globalement les prévisions sont assez mitigées concernant ces indicateurs et il ne faudra pas non plus oublier de prendre en compte la situation du marché obligataire européen pour quiconque souhaite investir sur l’EUR/USD.
A lire également:
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


six − = 5

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>