Forex – EUR/USD : Bilan de la semaine du 25 au 29 juillet 2011

(ProfesseurForex.com) – La semaine aura été particulièrement mouvementée sur la paire EUR/USD, qui marquait un plus bas hebdomadaire à 1,4231 vendredi midi, après un plus haut à 1,4537 dans la nuit de mardi à mercredi.

La semaine a donc commencé sous le signe de la hausse. Après un  »tour de chauffe » lundi, où les opérateurs sont restés attentistes, un discours de Barack Obama au sujet de la dette américaine est venu jeter le doute sur la solidité du dollar, ce qui a largement profité à la monnaie européenne.

La président américain a en effet déclaré que pour la première fois de leur histoire, la note de la dette des Etats-Unis était menacée.

Rappelons en effet que l’administration Obama et l’opposition républicaine n’arrivent toujours pas à trouver d’accord sur le relèvement du plafond de la dette, qui doit intervenir avant le 2 août pour éviter au pays le défaut de paiement.

Cependant, après que ces inquiétudes aient vivement pesé sur le dollar, les inquiétudes au sujet de la dette européenne ont repris le relai, entrainant la paire EUR/USD dans une correction qui a fait bien plus qu’annuler les gains du début de semaine.

A l’origine de ce regain de tension, on notera entre autres les dégradations des notes des dettes grecques et chypriotes, respectivement par S&P et Moody’s, ainsi que l’avertissement du FMI a la France, qui doit selon le fond faire plus d’efforts budgétaires.

On notera également que des rumeurs de démission du premier ministre italien avaient également fortement pénalisé la monnaie européenne jeudi, tandis que l’abaissement de la perspective de la note de l’Espagne par Moody’s semblait être à l’origine de la chute de l’euro vendredi matin.

A ce sujet, on notera que si l’Espagne devenait la cible des spéculateurs, la crise de la dette européenne prendrait une toute autre dimension… Le poids de l’Espagne est en effet incomparable à celui de la Grèce, de l’Irlande ou du Portugal, et si le pays venait à avoir besoin de l’aide de l’UE et du FMI, les dispositifs en place, dont le FESF, seraient loin d’être suffisants!

Après une vague de forte baisse face à cette actualité défavorable, la monnaie européenne parvenait cependant à rebondir vendredi après-midi, des prises de bénéfices sur positions vendeuses avant le weekend et des statistiques américaines décevantes s’étant conjuguées pour laisser l’euro respirer.

On rappellera en effet que le PIB du second trimestre a affiché en première lecture une hausse de 1,3%, alors que le consensus anticipait une croissance de 1,7%. L’indice PMI de Chicago a également déçu le marché, en déclinant plus que prévu pour le mois de juillet, de même que l’indice de confiance de l’Université du Michigan, qui se repliait à 63,7 points, alors que les économistes avaient tablé sur une légère hausse.

D’un point de vue graphique, le rebond de vendredi après-midi est toutefois loin d’être suffisant pour remettre en cause notre vision baissière de la paire EUR/USD à court terme. Certes, ce rebond constitue une bonne base pour un retournement haussier, mais la pression du contexte macroéconomique reste forte…

Quoi qu’il en soit, en cas de poursuite du mouvement haussier de vendredi, la devise devra tout d’abord franchir nettement le seuil de résistance des 1,44. En cas de correction, on pourra tenir compte des seuils de support des 1,4340, 1,43 et 1,4240.

  • Graphique horaire

Graphique forex euro dollar

Enfin, nous vous invitons comme chaque semaine a consulter l’intégralité des articles publiés dans les différentes rubriques de ProfesseurForex.com :

Copyright (c) 2011 ProfesseurForex.com. Tous droits réservés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


− 2 = trois

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>