Forex – EUR/USD : Revue de l’actualité de la semaine

(ProfesseurForex.com) – Lundi la paire euro dollar déclinait dès l’ouverture pour aller tester le seuil de 1,30 Dollar, la déception sur les marchés étant grande puisque aucun accord n’avait été trouvé durant le weekend au sujet de la Grèce. La détermination de la Troïka par la voix du tandem Franco-allemand réunit à Paris venait néanmoins redonner un peu d’optimisme. Nicolas Sarkozy réitérant qu’aucun sous ne serait déboursé pour la Grèce si le plan d’austérité concocté par ses créanciers internationaux n’était pas respecté à la lettre… Les bonnes commandes industrielles allemande ainsi que l’indice Sentix zone euro satisfaisant (mais toujours 11 points en-dessous de 0) venaient également soutenir la paire au cours de la journée.

Le grand rendez-vous de mardi était sans conteste le discours de Ben Bernanke devant le comité budgétaire du Sénat. Après quelques tergiversations le matin, l’Euro s’envolait au-dessus de 1,32 après que le timonier de la FED n’ait pas été franchement optimiste une nouvelle fois en soulignant que la reprise graduelle de la croissance et de l’emploi restait fragile et vulnérable aux chocs extérieurs. Le sujet de la dette américaine ainsi que du taux directeur de la FED (capé à 0,25 % jusqu’en 2014…) a permis de refaire passer les projecteurs sur la dette abyssale des États-Unis le temps d’une après-midi. L’espoir de voir un accord émerger entre la Grèce et ses créanciers maintenait la paire au-dessus des 1,32 Dollar.

Mercredi la paire continuait d’évoluer au-dessus des 1,32 Dollar, la nouvelle baisse marquée de la production industrielle Espagnole (-3,7 % contre – 7 % le mois précédent..) étant compensée par des exportations Allemandes toujours aussi florissantes ( +14 milliard en décembre ). Les opérateurs restaient optimistes suite à une déclaration du président de l’Eurogroupe Jean Claude Juncker qui annonçait une réunion de l’Eurogroupe ainsi que des partis politiques membres de la coalition au pouvoir en Grèce depuis la démission de Georges Papandreou. Un article du Wall Street Journal devenait également l’origine d’une rumeur selon laquelle la BCE pourrait contribuer à effacer une partie de la dette Grecque. Une nouvelle plutôt bien accueillie par les marchés qui portent de plus en plus d’espoir en la banque centrale Européenne.

Jeudi la paire déclinait en première intention à cause du dossier Grec dont on apprend qu’il reste encore des détails à régler. Les statistiques décevantes venant d’Asie n’était pas non plus à même de soutenir l’Euro (inflation à 4,5 % en Chine, recul de 6,6 % des commandes industrielles Japonaises). L’Euro reprenait néanmoins le chemin de la hausse l’après-midi grâce à la conférence du bien aimé Mario Draghi, qui, en dépit des événements, parvient à déclencher des éclats de rire dans la salle en s’évertuant à faire passer le message que la Grèce resterait un cas unique… Espérons qu’une fois le cas Grec « résolu », le marché ne redirigera pas ses foudres sur le Portugal par exemple… Le marché restait tout de même en-dessous des 1,33, attendant le dénouement de l’Eurogroupe.

Vendredi la paire déclinait tout au long de la journée pour finalement afficher une baisse modérée en raison de la défection du parti du LAOS membre de la coalition au pouvoir après le réunion de l’Eurogroupe. Une nouvelle qui fera douter les investisseurs du forex. Mais après quelques vérifications, le parti du LAOS ne compte seulement 12 députés sur 300… Il n’en reste pas moins que l’accord de la part des partis politiques Grecs n’est toujours pas là et que le plan d’austérité ne semble toujours pas prêt à être voté au parlement Grec. La paire EUR/USD finit la semaine sur une touche baissière mais l’on apprend le samedi que tout semble être rentré dans l’ordre et que par conséquent, le parlement Grec devrait être mobilisé de dimanche à mercredi pour tenter d’adopter les coupes budgétaires réclamés par la Troïka en échange d’un prêt de 130 milliards ainsi qu’un échange d’obligations avec le secteur privé pour permettre à la Grèce d’étaler sa dette sur 30 ans et s’épargner quelques 100 milliards d’intérêts…L’objectif restant de faire en sorte que la Grèce puisse ramener sa dette à 120 % du PIB à l’horizon 2020…

Copyright (c) 2012 ProfesseurForex.com. Tous droits réservés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


× un = 6

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>