L’avis de ProfesseurForex : La Vérité sur le plan d’aide à la Grèce

(ProfesseurForex.com) –Tentons de décortiquer l’accord auquel est parvenu la Troïka avec la Grèce. Nous essayons de savoir ici combien de dette a réellement été abandonnée en faveur de la Grèce en attendant que la décote soit véritablement effective (et que l’on sache si les CDS  vont être déclenchés ou pas) et que nous y voyons plus clair.

Qui détient la Dette Grecque de 355 milliards d’Euros?

Fonds d’investissement : 20 % 70 Milliards

Pays de l’UE : 15 % 53 Milliards

BCE : 15 % 55 Milliards

Banques Grecques : 14 % 50 Milliards

Banques Européennes : 10 % 35 Milliards

Sécurité sociale Grecque : 8 % 30 Milliards

Autres Emprunts : 8 % 27 Milliards

FMI : 6 % 20 Milliards

Assureurs Européens : 4 % 15 Milliards

-155 milliards sont détenus par le « secteur public international », et ne sont pas décotés.

-En revanche, il apparaît que 200 milliards appartiennent au secteur privé.

Les gouvernements Européens ont demandé (avec insistance..!) au secteur privé de renoncer précisément à 53,5 % et d’échanger les 46,5 % restant contre de nouvelles obligations à long terme.

La dette est donc allégée de 107 milliards (53,5 % x 200).

En réalité, il s’agit plutôt d’une perte de 70 % pour le secteur privé car les nouvelles obligations émises auront un taux beaucoup mois élevé qu’auparavant (ca coûte cher les intérêts!).

Nous pourrions nous dire qu’il s’agit là d’un véritable bol d’air pour la Grèce qui bénéficie d’un réel coup de pouce!

Mais poursuivons le raisonnement, et vous verrez que les choses vous paraitrons moins encourageantes…

A la lueur de la répartition de la dette Grecque, on observe que 80 milliards sont détenus par le secteur public Grecque ainsi que ses banques. Le système bancaire Grec ne pouvant résister à pareil perte, la Zone Euro va donc voler au secours de la Grèce en lui reprêtant 42 milliards (80 x 50,3 %).

Donc au lieu de 107 milliards de « cadeau » on ne se retrouve plus qu’avec 64 milliards (107 – 42) (avec des taux d’intérêt réduis, il faut l’avouer, le FESF pouvant emprunter à bas prix grâce à la garantie de tous les États de la Zone Euro).

Nous pouvons rajouter qu’il n’est pas encore sûr que le secteur privé entier consente à accuser une perte de 70 % sur le total (intérêts + nominal). Une bonne partie des fonds d’investissement ne sont pas d’accord…

Donc le but de la manœuvre et d’utiliser la garantie de la Zone Euro et transférer la dette depuis le secteur privé vers le secteur public. Les 130 milliards apportées par la Zone Euro (via FESF) ne sont aucunement une aide ou un cadeau, mais des prêts (avec la garanties de la Zone Euro qui implique des taux d’intérêt bas) qui vont venir combler la perte enregistrée par les détenteurs Grecs de dette Grecque et qui devront être remboursés. De la dette en remplaçant une autre donc, à par pour une partie du secteur privé qui va réellement devoir faire une croix sur 70 % de ses revenus provenant de la dette Grecque.

Ainsi, à l’horizon 2014, la dette Grecque devrait s’articuler de cette manière :

Zone EURO : 58 % 183 Milliards

BCE : 18 % 50 Milliards

Autres emprunts : 9 % 27 milliards

FMI : 6 % 20 Milliards

Secteur privé international : 6 % 20 Milliards

Secteur Grec : 3 % 10 Milliards

Voilà, 315 Milliards au total (hors nouvelle émission de dette…). Étant donné que la Grèce continue de s’afficher en récession, la dette aura tout de même du mal à revenir aux 129 % du PIB annoncés. Si le PIB recule, la dette n’en sera que plus grosse par rapport au PIB…

Et si la Grèce est incapable de renouer avec la croissance, ce sont les pays de la Zone Euro qui devront s’acquitter des échéances de la dette Grecque… Espérons que la Grèce trouvera l’orgueil et les ressources nécessaires pour se refaire une santé d’ici là…

Copyright (c) 2012 ProfesseurForex.com. Tous droits réservés.