L’avis de ProfesseurForex : Le prochain LTRO devrait être à nouveau bien accueilli par les marchés

(ProfesseurForex.com) – Le Bilan de la BCE pourrait bondir de 20 %, voir 40 % lors du prochain LTRO (Long Term Refinancial Operation).

Le Bilan de la BCE s’élève à 2 663 Milliards d’Euros au 21 février 2012 alors que celui de la FED pèse 2 935 Milliards de Dollars. (En dollars, le Bilan de la BCE est donc plus gros que celui de la FED).

Qu’est ce que le LTRO ?

Les LTRO sont des opérations de refinancement normales en somme, mais pour une période de trois ans. Une période plutôt longue comparée au opérations de refinancement habituelles lorsque que le marché interbancaire fonctionne correctement (opérations de prêts de quelques jours à plusieurs semaines ou mois).

Comment est utilisé cet argent par les banques ?

Or, on observe depuis le dernier LTRO, que les facilités de dépôt sont largement utilisées par les banques commerciales. En effet, les banques empruntent à 1 % auprès de la BCE avant de replacer ces liquidités à 0,25 % aux guichets de la même BCE, rechignant à abreuver le marché interbancaire et préférant réaliser des opérations de carry trade (emprunter à 1 % auprès de la BCE et prêter ensuite à 4 % à l’Italie…).

Néanmoins, la BCE s’est défendue en indiquant que les sommes revenues en dépôt suite au LTRO ne venaient pas des même banques… On a tout de même du mal à y voir clair. Par contre, il est vrai que la perspective d’un crédit crunch semble écartée pour de bon et que les banques soient plus enclines à prêter aux États comme en témoigne la baisse généralisée des taux obligataires, éloignant par la même occasion le spectre d’une contagion de la crise de confiance vis-à-vis de la dette des États de la Zone Euro.

Un second LTRO prévu pour mercredi

Alors si le premier LTRO a été salué par la sphère économique et financière, la BCE doit certainement se dire que les conditions d’emprunts ne sont pas encore optimales (l’Italie emprunte toujours à des taux relativement hauts par exemple) et qu’un second LTRO pourrait définitivement faire revenir la « confiance »…

Quel montant ?

Le montant du prochain LTRO est désormais la proie de toutes les spéculations (1000 milliards ? Ou juste 300 milliards ??). Tout dépendra de la qualité des titres apportés en garantie que la BCE acceptera de prendre en collatéral en échange de ses prêts. Plus les collatéraux acceptés seront de faible qualité (comme des obligations Grecques par exemple…) et plus l’opération risque d’être conséquente.

Quels risques ?

Nous disons « risque » car à la lueur des QE pratiqués par la FED, la BoE et la BoJ, comment être sûr que cette nouvelle inondation du secteur bancaires de liquidités à long terme ne va pas, à terme, créer de l’inflation sans que la croissance et la confiance ne soit réellement au rendez-vous? Oui, de la bonne vieille inflation car la BCE, en augmentant son exposition aux pays les plus faibles de la Zone Euro, n’aura d’autre choix que de monétiser la dette en cas de défaut des États sur la dette détenue par la BCE (Grèce..). Les LTRO se transformeront en Quantitative Easing, tout simplement. Une explosion de la masse monétaire qui devrait exacerber les tension inflationnistes sur le long terme.

En dépit du risque d’inflation et de détérioration du Bilan de la BCE, les marchés devraient tout même bien accueillir ce nouveau LTRO qui devrait permettre aux banques ainsi qu’aux États de voir venir et de traverser la courte récession annoncée sans trop de difficultés. Les risques systémiques devraient être écartés pour un temps mais nous sommes désormais en droit de nous poser la question de la qualité du Bilan de la BCE suite à cette « dernière »? opération de refinancement à long terme (LTRO) (notons que la FED détient également dans son bilan des actifs pourris en bon nombre…).

Combien d’argent réellement neuf ?

Le LTRO de ce mercredi pourrait tout de même être d’ampleur plus importante que le premier, en terme d’apport net de liquidités. Dans l’hypothèse d’un LTRO de 400 à 500 milliards d’euros, l’addition en terme de liquidités nouvelles sera de 275 à 375 milliards d’euros. En effet, une partie des opérations de refinancement à un mois et trois mois actuellement dans le système arrive à échéance et sera recyclée. Lors du LTRO du 21 décembre dernier, l’apport net de liquidités avait été estimé à 190 milliards d’euros.

Quid des rachats d’obligation sur le marché secondaire par la BCE ?

Pour la deuxième semaine consécutive, la BCE a stoppé ses rachats d’obligations sur le marché secondaire. C’est le début des grandes manœuvres avec la restructuration de la dette Grecque que la BCE va devoir superviser.

Copyright (c) 2012 ProfesseurForex.com. Tous droits réservés.