L’avis de ProfesseurForex : Prise en tenaille entre l’UE et le secteur privé, combien de temps la Grèce tiendra-t-elle?

(ProfesseurForex.com) – Si le FMI de Christine Lagarde semble rester en retrait du dossier Grec ces dernier jours, la Grèce n’en reste pas moins écrasée au milieu de l’étau UE/Banques. Il semblerait que le secteur privé et l’UE se soient alliés pour faire pression sur la « pauvre Grèce » dont la non-taxation de ses richissimes armateurs est toujours inscrite dans la constitution…

Les négociations sont âpres et il semblerait que cela soit d’avantage dû à l’hésitation du gouvernement Grec malgré le couteau sous sa gorge. Le premier ministre Lucas Papademos ne peut se passer, ni de la décote de sa dette ni du prochain prêt de l’UE, mais la perspective d’imposer à son peuple de nouvelles mesures d’austérité pouvant très probablement raviver la flamme des contestataires des rues Athéniennes, ne semble guère l’enthousiasmer…

Les dirigeants Grecs semblent toutefois d’accords (Ont-il le choix??) mais encore faut-il convaincre les partis qui ont soutenu Lucas Papademos car, NON, la Grèce n’est pas encore sous « tutelle », comme l’aurait aimé la chancelière Allemande… L’idée Allemande était bien sûr de pouvoir se passer de l’avis des deux partis de droite que sont la nouvelle démocratie et le Laos afin de faire voter par le parlement la baisse des salaires (de 15 à 20 % !!) et de nouvelles coupes dans les dépenses publiques (Pour environ 2 milliards annuel).

La tâche s’annonce ardue car le parti de la nouvelle démocratie est en tête des sondages pour les prochaines élections anticipées prévues en Avril… L’UE, qui voit bien le petit combat de chefs qui se joue aux pieds des ruines du Parthénon, s’est rangée du coté des banques pour pousser la Grèce à faire encore plus d’efforts le plus rapidement possible.

La République Hellénique ne dispose pas des fonds nécessaires pour faire face aux échéances de sa dette (Elle doit rembourser 14 milliards en Mars) mais sans l’accord des partis tirant les ficelles au parlement, les négociations se retrouvent dans l’impasse.

Peut être que le parti de la nouvelle démocratie (Dont le leader est Antonis Samaras) préfère en bloquer les négociations et avancer les élections … ?

Maintenant que la théorie est avancée, demandons nous si la Grèce aura les moyens de résister à cette pression internationale ? Le dossier reste brûlant et espérons que l’odyssée de la Troïka ne nous fasses pas tomber de Charybde en Sylla. Charybde symbolisant le « tout ou rien » et Sylla la mort certaine d’une partie de l’équipage… du bateau Euro.

Gardons dans un coin de la tête qu’une sortie de la Grèce de la Zone Euro a déjà été envisagée publiquement par le tandem franco-Allemand !

Nous parierions bien sur une nouvelle semaine sans accord…en attendant la nouvelle grève générale prévue mardi sous l’impulsion des syndicats qui sont loin d’être étrangers au blocage des négociations par les partis politiques du conseil des Grecs…

Copyright (c) 2012 ProfesseurForex.com. Tous droits réservés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


4 × = seize

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>