Actu Présidentielle : Le point sur les propositions de chacun des candidats

(ProfesseurForex.com) – En cette veille d’élection présidentielle, il est bon de faire le point sur les propositions de chacun.

Croissance / compétitivité

N. Sarkozy

- TVA ‘sociale’

- banque de l’industrie

- Small Business Act (20% de part de marché réservée aux PME de l’UE

dans les marchés publics européens)

- zéro chiffre d’affaires-zéro charges’ pour les artisans

- suppression privilège du Trésor public

F. Hollande

- banque publique de l’investissement dédiée aux PME

- doublement plafond du Livret développement durable

- crédit impôt recherche plus simple et plus accessible

- contrats de relocalisation

- lutte contre la financiarisation de l’économie

Marché du travail

N. Sarkozy

- accords compétitivité-emploi

- zéro charges patronales pour toute embauche d’un chômeur de + de

55 ans

- développement de l’apprentissage

- accent sur la formation

- logique de « droits et devoirs » des chômeurs

- 7h de travaux d’intérêt général pour les bénéficiaires du RSA

F. Hollande

- contrat de génération (facilités d’embauche d’un jeune, en CDI, si épaulé

par un salarié plus expérimenté jusqu’à la retraite de celui-ci)

- +150 00 emplois d’avenir (à destination de l’insertion des jeunes)

- +60 000 postes dans l’éducation

- sécurisation des parcours professionnels

- renforcement de Pôle Emploi

Pouvoir d’achat

N. Sarkozy

- baisse des cotisations salariales pour les salaires compris entre 1 et 1,3

SMIC (financée par redéploiement de la PPE et taxation accrue des

dividendes)

- paiement des retraites le 1er du mois et non plus le 8

- encadrement hautes rémunérations

F. Hollande

- hausse de 25% de l’allocation de rentrée scolaire (financée par

l’abaissement du plafond du quotient familial)

- blocage des prix des carburants pendant 3 mois

- coup de pouce au SMIC en juillet + revalorisation aussi assise sur la

croissance

- encadrement hautes rémunérations

Finances publiques

N. Sarkozy

- hausse des dépenses publiques en volume contenues à +0,4% par an

- ‘1 sur 2’ étendu aux collectivités locales

- gel contribution au budget européen

- ONDAM à +2,5%

- inscription de la règle d’or budgétaire dans la Constitution

- IS minimum

- taxe ‘Google’

- taxation des exilés fiscaux

- taxe sur les transactions financières

- réduction des niches

- division par 2 des droits de mutation (coût auto-financé)

- mesures déjà votées pendant le quinquennat (EUR 32 milliards côté

recettes ; EUR 39 milliards côté économies)

F. Hollande

- hausse des dépenses publiques en volume contenue à +1,1% par an

- arrêt du ‘1 sur 2’ et de la RGPP

- départ à 60 ans et à taux plein pour ceux qui ont toutes leurs annuités

(financé par hausse de 0,1 point par an du taux de cotisation vieillesse, part

patronale et salariale)

- contre la règle d’or, pour une simple stratégie pluri-annuelle

- suppression de la hausse de TVA prévue dans la LFR de février 2012

- taxation des revenus du capital comme ceux du travail

- nouvelle tranche supérieure d’IRPP à 45% pour les revenus > à 150 000 €

et à 75% pour ceux > à 1 million

- plafonnement niches à hauteur de 10 000 € d’économies + suppressions

- réduction allègements « Fillon »

- alourdissement ISF et droits de succession

- suppression exonération des heures sup.’ sauf pour les TPE

- trois taux d’IS : 35% pour les grandes entreprises, 30% pour les PME, 15%

pour les TPE

- réduction de la CFE – Cotisation Foncière des Entreprises et suppression

des taux réduits de CVAE – Cotisation sur la Valeur Ajoutée des Entreprises

(ex-taxe professionnelle)

- surtaxe sur les banques, les compagnies pétrolières

- taxation des exilés fiscaux

- taxe sur les transactions financières

Europe

N. Sarkozy

- durcissement des accords de Schengen

- réciprocité des échanges

- Buy European Act (réservation d’une partie des marchés publics aux seules

entreprises européennes)

- pour une BCE plus active sur le front de la croissance

- pour des euro-obligations

F. Hollande

- renégociation du traité budgétaire européen sur la stabilité, la coordination

et la gouvernance (TSCG) pour addition d’un volet croissance

- pour une BCE plus active sur le front de la croissance

- pour des euro-obligations

- réciprocité des échanges

Copyright © 2012 ProfesseurForex.com. Tous droits réservés.