Forex – EUR/USD : Le statut quo Grec et les tensions sur les taux obligataires Espagnols continuent de peser sur l’Euro

(ProfesseurForex.com) – C’est sur un Gap baissier que la séance a commencé suite au nouveau statut quo entre les différents partis politiques. Si le Pasok et la Nouvelle Démocratie n’ont besoin que d’une poignée de voix, les autres partis en présence restent hostiles aux mesures d’austérité intimées par la Troïka. La paire a donc une nouvelle fois cédé du terrain aujourd’hui pour pénétrer franchement sous les 1,29 Dollar.

L’Eurogroupe se réunissait aujourd’hui à Bruxelles pour discuter du cas Grec en priorité. En effet, les déclarations ont fusé de toute part depuis quelques jours et il est temps de faire le point alors que les grecs refusent toujours de créer une majorité qui permettrait de continuer le programme d’austérité. Les Allemands ne se privent plus de parler ouvertement d’une sortie de la Grèce de la Zone Euro si cette dernière ne mettait pas en œuvre absolument toutes les réformes sur lesquelles l’ancien parti de coalition (Pasok et Nouvelle Démocratie) avait donné son accord en échange du PSI (effacement de la dette) et de l’accès au FESF pour pouvoir emprunter à des taux convenables.

L’ambiance état donc pesante et la paire baissait en première intention suite aux nouvelles émission obligataires décevantes de l’Espagne avant que le recul du taux à 10 ans Italien, à 5,66 % contre 5,84 % précédemment, ne profite à l’Euro un brève instant. L’Euro butait donc sur le support des 1,2860 et rebondissait une dernière fois avant que la baisse ne reprenne le pas. Un rebond paradoxal puisque la production industrielle de la Zone Euro reculait dans le même temps de 0,3 % pour le mois de mars alors que le consensus tablait sur une hausse de 0,4 %.

En début d’après-midi, les Américains ne s’y trompaient pas et sanctionnaient l’Euro dès le début de la séance puisque ces derniers avaient eu tout le loisir d’apprécier l’ampleur de l’impasse dans laquelle la Zone Euro se trouve, les partis Grecs continuant de jouer la montre en ce début de semaine. Rappelons qu’une séance plénière est déjà prévue au Parlement Grec ce jeudi et qu’un accord doit donc être trouvé d’ici là.

Des « soutiens » à la Grèce se multipliaient durant l’après-midi, de nombreux officiels ayant déclaré que la Grèce devait rester au sein de la Zone Euro et qu’une sortie serait très coûteuse et pourrait exacerber la contagion au sein de la Zone Euro. Néanmoins, une seule phrase de la part de la Chancelière Angela Merkel a suffit pour balayer toutes ces intentions de bonne volonté. En effet, la chancelière a déclaré que la « Grèce resterait toujours au sein de l’Union Européenne »… un moyen détourné de menacer encore une fois la République Hellénique d’expulsion si cette derniere continuait à vouloir remettre en cause les mesures d’austérité.

Nous apprenions dans la soirée que des concessions pourraient finalement être faite sur les mesures d’austérité. Des concessions « à la marge » comme nous l’avions déjà écris en fin de semaine dernière. Néanmoins, les grecs n’auront aucune garantie et devront former un gouvernement avant toute chose…

Ces propos lâchaient du leste sur la paire, qui, après avoir atteint un nouveau plus bas sur le seuil de 1,2825, rebondissait légèrement en direction de 1,2850 Dollar.

D’un point de vue graphique, la paire reste ancrée dans une tendance baissière qui va continuer tant que la Grèce n’aura pas trouvée une majorité au Parlement qui se laissera dicter sa politique par l’UE.

La paire évolue autour de 1,2840 sur le forex.

  • Graphique horaire

Copyright © 2012 ProfesseurForex.com. Tous droits réservés.