Actu Forex – Espagne : L’Espagne peut-elle éviter encore longtemps un plan d’aide ?

(ProfesseurForex.com) – Le ministre du trésor Espagnol, Cristobal Montoro, a déclaré aujourd’hui que les taux d’emprunt demandés sur les marchés obligataires ne permettaient plus de facto au pays de se refinancer sur les marchés financiers.

En effet, le rendement à 10 ans de l’Espagne oscille autour de 6,4 %, une prime de risque trop onéreuse et insoutenable à long terme. Le spread avec le Bund Allemand a d’ailleurs atteint son plus haut depuis la création de l’Euro vendredi dernier, s’affichant à 548 pbs.

Etant donné que la dette de l’Espagne est bien en-dessous de la moyenne de la Zone Euro, la situation reste gérable pour l’Espagne et c’est pour cette raison que le pays se permet de jouer la montre alors que l’Allemagne presse Marianno Rajoy pour qu’il accepte de se refinancer auprès du FESF, à l’instar de l’Irlande, la Grèce et le Portugal.

L’Espagne se refuse à rentrer dans ce triste club et préférerait un plan Européen d’aide directe aux banques en permettant un accès aux liquidités du prochain MES qui entrera en vigueur le 9 juillet.

En effet, le problème de l’État Espagnol n’est pas tant sa dette souveraine mais plutôt l’état calamiteux de ses banques qui ont besoin d’être recapitalisées afin de se conformer aux ratio d’endettement requis au sein de la Zone Euro (10 %).

Une autorisation d’accès aux fonds du MES permettrait de rassurer les marchés et surtout les épargnants, ce qui éviterait des situations de « bank run » comme nous pouvons le voir en Grèce où les épargnants retirent leurs économies, asséchant un peu plus les capitaux des banques (70 milliards d’Euros sont sortis des banques Grecques depuis le début de la crise…).

Mais l’Allemagne et, notamment le parti de la CDU, se refusent à permettre au MES de refinancer directement les banques sans que l’argent ne transite d’abord par les États comme l’a une nouvelle fois répété le porte parole du parti allemand ce matin.

Le ratio sera de 86% dette/PIB si la recapitalisation est de 60 milliards et doit incomber directement à l’Etat Espagnol, un taux toujours inférieur à celui de nombreux pays d’Europe.

L’Espagne doit encore trouver 82 milliards d’Euros cette année, auxquels s’ajoutent encore une quinzaine de milliards pour faire rouler la dette des régions qui arrive à maturité au second semestre. Une vingtaine de milliards devront également être trouvés pour recapitaliser Bankia et l’ensemble du secteur bancaire puisque la première recapitalisation en février n’a pas été suffisante (de nombreux économistes avancent qu’il faudra plutôt 85 milliards pour stabiliser le système bancaire Espagnol).

L’Espagne a rendez-vous Jeudi sur le marché obligataire pour un nouveau test.

Copyright © 2012 ProfesseurForex.com. Tous droits réservés.