Actu Forex – Espagne : Pour Joseph Stiglitz le plan de sauvetage de l’Espagne ne marchera pas

(ProfesseurForex.com) – C’est de manière assez virulente que le prix Nobel d’économie, Joseph Stiglitz, a critiqué le plan de sauvetage de l’Espagne. Pour lui, il s’agit tout simplement d’une erreur qui mènerait le pays vers un cercle vicieux.

L’économiste explique: « Le système fait que le gouvernement espagnol renfloue les banques et que les banques renflouent le gouvernement ». En effet, les banques espagnoles sont les principaux acheteurs de la dette du pays.

Selon l’économiste cela amènerait à un cycle sans fin: l’état prête aux banques, qui achètent de la dette de l’état qui sauve les banques. Selon lui « C’est de l’économie vaudou [...] Ça ne marchera pas et ça ne marche déjà pas ».

La solution pour cet économiste s’établit en deux points principaux:

-       Accélérer le projet d’union bancaire

-       Privilégier la croissance à l’austérité

A propos de croissance, M. Stiglitz pense que l’Allemagne et le FMI font fausse route en voulant à tout prix imposer des plans d’austérité ou de rigueur. Il fait d’ailleurs valoir: « Ça ne sert à rien de mettre en place un pare-feu si on jette en même temps de l’huile sur le feu. Il faut s’attaquer aux racines du problème et pour ce faire, il faut promouvoir la croissance ».

Sur le sujet de l’Allemagne, l’économiste explique que cette politique de refus de croissance pourrait se retourner contre elle car « L’Allemagne va devoir se poser la question: est-ce qu’elle veut payer le prix d’une implosion de l’euro, ou payer le prix d’un sauvetage de l’euro? ».  Et pour achever sa démonstration il a ajouté: « Je croix que le prix à payer si l’euro s’effondre est bien plus élevé et j’espère qu’ils (les Allemands) vont en prendre conscience, mais ce n’est pas sûr ».

Enfin, au niveau structurel, si l’Espagne devait recevoir l’intégralité de la somme prévue pour le sauvetage des banques, soit 100 milliards d’euros, cela augmenterait de 10% son ratio dette-PIB qui devrait déjà être à 80% fin 2012. Ces conditions là pourraient forcer le gouvernement à demander de l’aide aux marchés et donc aux banques espagnoles par la suite. Le sujet reste donc délicat à gérer entre croissance et austérité, chaque partie avançant ses arguments comme évidents.

Copyright © 2012 ProfesseurForex.com. Tous droits réservés.