Forex – EUR/USD: L’euro marque de nouveaux plus bas, mais parvient à limiter les pertes

(ProfesseurForex.com) – L’euro poursuivait son déclin aujourd’hui, marquant de nouveau plus bas dans le cadre d’une actualité très peu fournie, mais essentiellement pénalisante pour la monnaie européenne.

La paire EUR/USD a en effet marqué un plus bas journalier à 1,2471 à la mi journée, plombée notamment par l’incertitude entourant le dossier grec, alors que de plus en plus de voix s’élèvent contre une renégociation des conditions de l’aide, et que le Premier Ministre et le ministre des finances grecs sont actuellement hospitalisés…

L’Espagne participait également à la pression qui pesait sur l’euro, avec d’insistantes rumeurs au sujet de la dégradation de toutes les banques espagnoles par l’agence Moody’s d’ici ce soir. Par ailleurs, on constatait une remontée des taux longs de l’Espagne (et également de l’Italie), ce qui a également joué un rôle dans la baisse de l’euro.

Chypre inquiétait aussi malgré sa petite taille, avec une dégradation de la note de sa dette par l’agence Fitch.

Côté américain, on relèvera que les ventes de logements neufs du mois de mai ont fortement progressé, rejoignant un plus haut de deux ans, tandis que l’indice de la Fed de Dallas se révélait également supérieur aux attentes, ce qui a pu également jouer un rôle dans la baisse de l’EUR/USD, même si le marché semblait hésitant directement après les publications.

On notera cependant qu’en fin de journée, la monnaie européenne s’offrait une légère hausse, jusqu’à venir de nouveau tester la résistance des 1,2500, qui semble pour l’instant tenir. A l’origine de ce mouvement de rebond, on retrouve entre autres une déclaration du premier ministre français, qui a affirmé que la France se confirmerait à son objectif d’un budget à l’équilibre en 2017…

Quoi qu’il en soit, si on prend un peu de recul, on constate que la situation reste très fragile dans la Zone euro, et ce pour plusieurs raisons :

-La Grèce reste malgré tout au bord de la faillite, avec un gouvernement nouvellement élu absent pour raison de santé, et des négociations qui s’annoncent difficiles pour aménager les conditions de l’aide.

-L’Espagne et l’Italie continuent d’inquiéter, avec des taux longs très élevés. Or, si la spéculations contre ces pays devenait telle qu’ils doivent bénéficier de plan d’aide, la Zone euro ne pourrait peut-être pas faire face…

-Les perspectives de croissance reste dégradées pour la Zone euro, ce qui n’arrangera pas les problèmes de dette.

-Les tensions politiques entres les pays de la Zone euro sont de plus en plus fortes malgré une apparente cohésion, avec une Allemagne excédée par l’attitude de certains pays.

Certes, des points positifs, ou tout du moins des bonnes intentions peuvent être relevées, mais le marché attend des mesures et des engagements concrets auxquels la Zone euro n’est apparemment pas prête pour l’instant, puisque les vraies solutions durables impliqueraient un abandon de souveraineté…

D’un point de vue graphique, l’EUR/USD conserve un biais baissier. Au niveau des seuils importants, on retiendra les résistances des 1,2500, 1,2520, 1,2540, ainsi que les supports des 1,2475/80, 1,2460 et 1,2400. A noter que la zone des 1,2475/80 s’est affichée comme un support très solide aujourd’hui malgré la pression qui pesait sur la devise.

Actuellement, l’euro dollar évolue autour de 1,2500 sur le forex.

Graphique horaire

Graph forex

Copyright © 2012 ProfesseurForex.com. Tous droits réservés.