L’Avis de ProfesseurForex : Alors qu’une Union bancaire « sans argent » se dessine, la véritable question en Europe reste la possibilité pour le MES de refinancer directement les banques

(ProfesseurForex.com) – Mario Draghi appelait récemment la Zone Euro a clarifier leur vision de l’avenir pour l’Euro, précisant qu’il s’agirait de la plus importante contribution que les gouvernements pouvaient faire pour la croissance.

Depuis une poignée de semaine, l’idée d’une « Union bancaire » fait son petit bonhomme de chemin. Il s’agirait de créer un fonds commun de garantie des dépôts ainsi que de renforcer les pouvoirs des autorités de supervision bancaire.

Depuis le début de la crise financière, l’Europe s’est déjà dotée d’un superviseur supranational avec l’Autorité bancaire européenne (EBA) et d’un conseil européen du risque systémique (ESRB). Mais aucune de ces deux entités n’a de pouvoir coercitif sur les banques européennes, qui restent presque totalement dépendantes de leur régulateur national.

En ce qui concerne ce fonds de garantie, les contour sont encore flous et l’embryon d’explication avancé par Michel Barnier hier ne prévoit qu’une collecte de 1 % du capital des banques, financée par les banques, ce qui permettrait au fonds de s’élever à 100 milliards d’Euros d’ici 2023… Pas assez pour espérer rassurer les marchés étant donné que l’Espagne seul aurait besoin de cette somme pour son propre système bancaire.

Une autre solution semble être préféré par de nombreux pays mais l’Allemagne. Il s’agit d’offrir la possibilité aux banques de se recapitaliser grâce au futur MES qui entrera en vigueur le 9 juillet.

L’enjeu ici est d’en finir avec le fait que se soit les contribuables qui doivent régler la facture à la fin de chaque crise bancaire. C’est dans ce sens que le projet de la commission, piloté par le Français Michel Barnier, veut aller, ce dernier déclarant que « c’est aux banques à payer pour les banques ».

Mais l’Allemagne n’est emballée par cette mutualisation de la dette déguisée car au final, qui prête aux États ? Oui des fonds étrangers en grosse partie avec les Asiatiques et les pétrodollars mais également et tout simplement, les banques Européennes, elles-même financées par la BCE.

L’Allemagne préfère que les fonds accordés bénéficiant de sa signature soient souscris par les Etats directement. Pour deux raison principales :

En prêtant directement aux États, l’Allemagne s’offre la possibilité de dicter la politique du pays comme c’est le cas avec le Portugal, la Grèce et l’Irlande dont la souveraineté a été grandement rabotée depuis que ces derniers ont été obligés de se refinancer auprès du FESF, les taux sur les marchés privés étant tout simplement insoutenables.

D’autre part, en prêtant aux États en premier lieu, le remboursement est moins risqué puisque la charge de la dette pèse sur les contribuables et non sur les banques. Ce qui est bien pratique en période de crise bancaire justement, l’essence même du système bancaire à réserve fractionnaire ne marchant que lorsque tout va bien dans le meilleur des mondes et que la croissance est au beau fixe.

Mais l’Espagne semble trop orgueilleuse pour se laisser dicter sa politique par l’Allemagne une fois qu’elle aura céder à la tentation de profiter des fonds du FESF. Le pays préférera peut être s’endetter au même niveau que ses homologues Européens avant de subir l’humiliation d’aller frapper au guichet du FESF ou futur MES ( L’Espagne a encore de la marge avec une dette de seulement 70 % du PIB quand celles de l’Allemagne est au-dessus de 80 % du PIB et celle de l’Italie au-dessus de 120 % du PIB).

(Mais si le MES devrait recapitaliser directement aux Banques, pourquoi ne pas demander tout simplement un Quantitative Easing à la BCE?…)

D’ailleurs, nous venons d’ailleurs d’apprendre que l’Espagne ne prendra aucune décision concernant la recapitalisation de son système Bancaire avant que l’audit général de son système bancaire n’est été réalisé. Aucune décision n’est donc à prévoir avant le 21 Juin, contrairement à ce certaines rumeurs annonçaient ce matin avec une formulation de demande d’aide de l’Espagne dès ce weekend.

Notre avis est que c’est la possibilité pour le MES de refinancer directement les banques qui est la question centrale en Europe aujourd’hui et qui est source de tant de tension ces derniers jours, le FMI, la France, la BCE, l’Italie ainsi que la commission Européenne étant tous en tous en train de faire pression sur l’Allemagne.

Copyright © 2012 ProfesseurForex.com. Tous droits réservés.