ProfesseurForex décortique le Mécanisme Européen de Stabilité (MES)

(ProfesseurForex.com) – Vu la Gravité de la crise, l’Europe a décidé d’avancer d’un an l’entrée en vigueur du Mécanisme Européen de Stabilité (MES) qui doit se faire le 1er Juillet 2012 (si la ratification de ce dernier se fait dans les temps…).

Il sera basé au Luxembourg, comme sa version 1.0 le FESF qui continuera néanmoins à exister pour de nombreuses années encore, le temps pour l’Irlande, la Grèce et le Portugal de rembourser les prêts qui leur ont été accordés (ce qui prendra du temps vu que le Grèce peut rembourser sur trente ans).

A l’instar du FESF, l’organe décisionnel sera composé des ministres des finances de la Zone Euro mais la grande différence sera que contrairement au FESF qui dépendait de la garantie des États, le MES disposera d’un capital propre d’au minimum 80 milliards pouvant aller jusqu’à 700 milliards si besoin (le capital sera versé par chacun des 17 pays au prorata de sa participation au capital de la BCE, 27,5 % pour l’Allemagne, 20,39 % pour la France, 17,93 % pour l’Italie, 11,90 % pour l’Espagne etc…).

Ce capital rendra le fonds indépendant de la notation des Etats par les agences de notation (contrairement au FESF qui avait déjà été dégradé par S&P après que la France ait perdue son AAA). C’est le fonds qui sera tout simplement garant pour emprunter sur les marchés en contractant une dette qui restera sienne, n’impactant donc pas l’endettement des États de la Zone Euro (situation similaire avec le FMI).

Autre différence notable, les décisions se prendront désormais à la majorité qualifiée, et non pas à l’unanimité comme avec le FESF (Un groupe d’États représentant 85 % de l’argent apporté au capital pourront activer le MES). En clair, l’Allemagne, la France et l’Italie possèdent un droit de veto.

Le stock maximal de capital appelable est donc de 700 milliards d’Euros (200 milliards devront néanmoins être soumis à une nouvelle ratification des parlements nationaux). Une manne financière qui pourra permettre de prêter aux États en difficulté, racheter des obligations d’État sur le marché secondaire et, apparemment, depuis ce weekend, prêter directement aux institutions financières (les banques).

Mais cette assistance est conditionnelle, c’est à dire qu’elle doit s’accompagner de réformes macro-économiques par le pays demandeur afin d’obtenir l’assurance que le pays en question fera tout ce qui est nécessaire pour corriger ses déséquilibres (l’Espagne aurait néanmoins réussi à ne pas devoir implémenter de nouvelles mesures d’austérité).

Enfin, rappelons que l’accès aux fonds du MES nécessite une ratification auparavant du pacte budgétaire (TSCG).

Copyright © 2012 ProfesseurForex.com. Tous droits réservés.