Actu Forex – BCE : La Société Générale dresse un état des lieux avant la très attendue conférence de presse de la BCE le 6 septembre

(ProfesseurForex.com) – Dans une note publiée aujourd’hui, la Société Générale tente de faire le point sur la situation, avant la conférence de presse de la BCE du 6 septembre qui devrait enfin donner des précisions claires sur les actions que compte entreprendre la BCE pour contrer l’écartèlement des spreads de taux, notamment via des achats massifs d’obligations espagnoles et italiennes de concert avec une action du FESF et du futur MES.

Rien n’est pour l’instant sûr en ce qui concerne ce dossier, mais la Société Générale relève tout de même 5 points qui influenceront les décisions et annonces qui pourraient être faites par Mario Draghi :

Les conditions liées à l’action de la BCE

La SG souligne qu’en aucun cas des pays ne bénéficieront des rachats d’obligations de la BCE sans respecter de strictes conditions, et sans fournir un droit de regard à la zone euro (commission Européenne) sur leur budget.

La BCE se concentrera sur des achats d’obligations de court terme

Mario Draghi a jusqu’ici été très clair à ce propos : C’est la partie basse de la courbe des taux qui sera visée par l’action de la BCE, qui n’agira donc pas directement sur les taux longs, les taux les plus surveillés par le marché.

Les achats d’obligations de la BCE pourraient être illimités

C’est en effet ce que Mario Draghi a sous entendu, et la Bundesbank semble également prendre cette volonté en compte, puisqu’elle n’a pas caché son opposition à cette mesure.

Le partage des risques n’équivaut pas à l’élimination du risque

La SG souligne également que des achats massifs d’obligations par le BCE seraient plus ou moins équivalents à un partage des risques, une mutualisation de la dette de la zone euro. Toutefois, la banque précise également que la mutualisation des dettes n’élimine pas les risques…

La BundesBank reste opposée aux projets de la BCE

Enfin, la banque souligne que la puissante Bundesbank reste fondamentalement opposée aux projets d’intervention de la BCE sur le marché obligataire, ce qui pourrait retarder la mise en œuvre de cette mesure, ou tout du moins donner lieu à de houleuses négociations…

Nous rajoutons que le Monde avait révélé que l’action de la BCE pourrait aller de concert avec une action combinée et complémentaire du FESF et futur MES pour agir sur le marché primaire (un plan d’aide en somme, ce que Marianno Rajoy ne semble pas enclin à demander estimant que l’action de la BCE pourrait permettre de ramener le calme sur le marché obligataire. En effet, l’Espagne possède une dette bien moins élevées que la France ou l’Allemagne par exemple, le principal problème étant les coût d’emprunt insoutenables sur le long terme. Néanmoins, il ne fait aucun doute que les fonds Européens entreront en piste ne serait-ce que pour recapitaliser le secteur bancaire Espagnol. Le rapport d’audit est toujours attendu afin de mettre un chiffre sur les besoins réels des banques Espagnoles. Un plan d’aide qui pourrait s’accompagner de nouvelles mesures d’austérité…

Copyright © 2012 ProfesseurForex.com. Tous droits réservés.