EUR/USD Résumé hebdomadaire de toute l’actualité forex du 20 au 24 août

(ProfesseurForex.com) – Lundi 20 août

La baisse l’emportait dans les premiers échanges en raison de la résistance des 1,2375 mais un article du Der Spiegel provoquait un net rebond qui sera freiné par l’Allemagne. L’influent magasine Allemand a révélé que la BCE s’apprêtait à caper les taux sur les marchés secondaires en intervenant de manière illimitée. La nouvelle provoquait une vive appréciation de l’Euro sans provoquer de nouveau plus haut néanmoins, en raison de la Bundesbank qui est vite montée au créneau pour déclarer qu’elle restait opposée à la réactivation du programme SMP alors que dans le même temps, le porte parole du gouvernement Allemand lâchait que l’Allemagne n’était pas au courant d’une telle option à la BCE…

Mardi 21 août

Après une séance asiatique haussière, l’Euro se dirigeait de nouveau nettement à la hausse grâce aux propos du représentant Allemand à la BCE, Jorg Asmussen, qui se range clairement du côté de Mario Draghi faisant fi de la position rigide de la BuBa. Ce der nier est allé jusqu’à affirmer que ce n’étaient pas les problèmes de politique économique qui étaient à l’origine des spreads de taux mais la peur des marchés face à une potentielle réversibilité de l’Euro. Les taux Espagnols de détendaient franchement et une sortie du gouverneur Lockhart de la FED renforçait le mouvement haussier. Ce dernier à déclarer ne pas s’inquiéter de l’inflation ou de la Déflation. Il s’agissait d’un indice à prendre en compte puisque la FED décidait le lendemain d’assouplir son discours dans ses minutes, crédibilisant un peu plus la thèse d’un nouveau QE en cas de continuation du ralentissement de la croissance Américaine.

Mercredi 22 août

La baisse l’emportait dans un premier temps en raison du recul généralisé des bourses. Ces dernières anticipaient les minutes de la FED potentiellement stériles et les indices PMI Européens le lendemain qui était attendus en baisse. Le président de l’Eurogroupe, Jean-Claude Juncker venait apportait également sa pierre à l’édifice en douchant les espoirs du marché de voir Antonis Samaras obtenir du temps de la part d’Angela Merkel et François Hollande en déclarant qu’aucune décision ne serait prise concernant la Grèce avant le mois d’octobre. La paire remontait néanmoins dans le sillage de la révision à la baisse des perspectives de croissance par le Congrès Américain qui envisage désormais une récession en 2013 en raison du « fiscal cliff ». Les minutes de la FED achevaient de convaincre les traders d’acheter des Euros en publiant des minutes plus laxistes qu’à l’accoutumée qui plaident en faveur d’un nouvel assouplissement monétaire (QE) si la la croissance ne se reprenait pas à court terme. D’autre part, le taux directeur de la FED pourrait finalement rester près de Zéro jusqu’en 2015 contre fin 2014 précédemment anticipé. Des minutes qui laissent donc entendre que l’économie Américaine n’est toujours pas sortie de l’ornière, ce qui profitait de nouveau à l’Euro qui enfonçait les 1,25 Dollar.

Jeudi 23 août

Les indices PMI des deux poids lourds de la Zone Euro permettaient à l’Euro de continuer sa progression face au billet vert. En effet les indices se sont révélés bien meilleurs que le consensus mais s’affichent toujours en zone de contraction. Cette lueur d’espoir pour la croissance profitait donc à l’Euro avant que des propos du gouverneur de la FED de Saint Louis ne viennent tempérer les minutes de la FED et l’ardeur des haussiers. Ce dernier estimait également qu’il y avait 80 % de chance que le Congrès trouve un accord pour éviter le « fiscal cliff » et la récession par la même occasion. La monnaie unique faiblissait mais des sources proches du gouvernement Espagnol déclaraient que l’Esapgne était en train de négocier les condiation pour un plan d’aide global. Le marché interprétait cette fuite favorablement et l’Euro marquait finalement un nouveau plus haut.

Vendredi 23 août

La paire finissait la semaine sur une touche baissière sur fonds de prises de bénéfices et d’une réunion stérile entre Angela Merkel et Antonis Samaras qui s’est vu poliment refusé tout passe droit avant le rapport de la Troïka. Fitch déclarait par la suite qu’une action du FESF ou du MES serait un facteur positif pour la note des pays concernés. Le marché ne bronchait suite à cette sortie et la baisse continuait en raison de la BCE qui déclarait que le plan d’action ne serait pas finalisé avant le verdict de la cour constitutionnelle Allemande à propos du MES. Mais c’est finalement un dernier rebond haussier qui marquera la séance en raison de sources de la BCE qui avouaient que la BCE envisageait effectivement de capper les taux à l’intérieur d’une « bande », comme l’avait affirmé le Der Spiegel en début de semaine.

Copyright © 2012 ProfesseurForex.com. Tous droits réservés