Forex – EUR/USD : l’accumulation de nouvelles allant dans le sens de l’Euro permet d’effacer les pertes de la veille

(ProfesseurForex.com) – Après un lundi baissier, c’est la hausse qui a dicter la tendance aujourd’hui sur la paire EUR/USD. Une hausse qui n’a pas été déclenchée par une nouvelle concrète ce matin mais qui sera confirmée par les statistiques Américaines peu glorieuses.

Les traders découvraient ce matin que le taux de chômage Français avait fait un bond au mois de juillet et que le premier ministre s’apprêtait à réduire les perspectives de croissance pour 2013. Une petite baisse intervenait dans les premiers échanges mais c’est la hausse qui prenait vite le pas malgré les futures boursiers qui annonçaient une ouverture dans le rouge.

L’indice Gfk du climat des consommateurs laissait les marché de marbre puisqu’en ligne avec le consensus et égal au mois dernier.

Le PIB Espagnol en glissement mensuel était également fidèle au consensus après révision de la publication préliminaire.

Le ministre des finances Autrichien donnait du grain à moudre en déclarant qu’il était d’accord pour accorder un délai de deux ans à la Grèce pour qu’elle puisse réaliser ses objectifs, mais seulement « sous condition ». La hausse de 2 % des dépôts au sein des banques Grecques rassurait également un tantinet les traders sur le sort qui sera réservé à la Grèce alors qu’Antonis Samaras déclarait plus tard qu’il avait remporté le premier round contre les « lobby de la Drachme ». A noter également à propos de la Grèce que le projet de recapitalisation des banques Grecque sera soumis demain au parlement et que des zone économiques spéciales dotées d’une fiscalité avantageuse afin d’attirer les investisseurs étrangers est à l’étude, en attente du feu vert de la commission Européenne.

Fitch fendait l’air en déclarant que les Etats-Unis pourraient perdre leur AAA en raison du fiscal cliff dès le premier semestre 2013. Une nouvelle qui n’était pas pour profiter au Dollar.

Nous apprenions plus tard que la chancelière Allemande allait s’entretenir avec les leader Chinois afin de les convaincre qu’ils sont dans le même bateau et qu’un élargissement des investissements Chinois dans la dette Européenne pourrait permettre de soutenir la demande et booster la croissance de l’empire du milieu.

C’était ensuite au tour de l’Espagne de repasser sous les feux des projecteurs avec la région de catalogne qui a officiellement demandé plus de 5 milliards au fonds de liquidité Espagnol.

Marianno Rajoy, en conférence de presse avec Herman Van Rompuy, gardait sa posture habituelle et réfutait les dires qui voudraient que l’Espagne soit en pourparlers pour un plan d’aide global. Le premier ministre a réitéré qu’il souhaitait que l’on s’en tienne aux décisions du dernier sommet Européen (recapitalisation du système bancaire Espagnol sans que l’Etat se porte garant). Le président de l’UE s’est quant a lui contenté de répété que l’UE se tenait prête à agir à tout moment pour peu que l’Espagne fasse une demande d’aide officielle. Le premier ministre Espagnol a déclaré que les taux d’intérêt étaient toujours inacceptables, en dépit de la très forte détente des taux d’emprunt lors d’une émission obligataire à court terme dans la matinée (consécutif aux propos de De Guindos qui a assuré que la recapitalisation du secteur bancaire ne nécessiterait « pas plus » de 60 milliards).

Enfin, l’Euro poussait une dernière fois suite au recul marqué de la confiance des consommateurs aux États-Unis et un indice manufacturier de la FED de Dallas toujours dans le rouge même si il se résorbe significativement d’un mois sur l’autre.

Fisher tempérait la hausse de l’Euro en fin de séance en annonçant que rien n’avait été décidé pour un éventuel QE3 et qu’il fallait attendre de nouvelles données économiques.

D’un point de vue graphique, l’Euro garde une allure haussière en effaçant toutes les pertes de la veille. Le seuil des 1,26 et 1,28 sont toujours nos objectifs de moyen terme.

  • Graphique Horaire

Copyright © 2012 ProfesseurForex.com. Tous droits réservés