EUR/USD : Résumé de toute l’actualité de la semaine passée

(ProfesseurForex.com) – Lundi 24 septembre

Alors que l’on attendait un accord dimanche dernier, la Grèce a finalement reporté la présentation de son budget afin que les leaders de la coalition gouvernementale se retrouvent de nouveau pour négocier, la Troïka restant apparemment dure en affaires. Le mauvais indice de confiance Ifo en Allemagne faisait plonger la paire et le rapport de la Bundesbank peu optimiste sur la croissance clouait la paire près de ses plus bas journaliers. L’indice manufacturier de Dallas dévoilait une amélioration des conditions mais reste en Zone de contraction.

Mardi 25 septembre

La Grèce refaisait parler d’elle avec le ministre des finances qui demandait officiellement (par voie de presse) à la BCE de faire un geste pour le pays en prolongeant la durée des maturités des obligations que la banque centrale a acheté lors de l’ancien programme SMP de rachat d’obligations sur le marché secondaire (on parle désormais du programme OMT). La paire montait sur ce mince espoir pour la Grèce mais S&P dégradait ses prévisions de croissance pour la Zone Euro et l’on apprenait que le MES serait susceptible d’investir principalement dans les pays AA et plus… Le bond de la confiance des consommateurs aux États-Unis ne provoquait pas de vagues (L’indice de confiance de l’université du Michigan, pour sa part, reculait en fin de semaine). L’indice manufacturier de la FED de Richmond était bon ,sortant de la Zone de contraction. Une bouffée d’air frais pour l’activité Américaine alors que l’Indice ISM risque bien d’afficher un quatrième mois d’affilée de contraction.

Mercredi 26 septembre

La paire continuait d’abandonner du terrain suite à des indices de confiance en berne au sein de la Zone Euro et les déclarations du trio de pays AAA de la Zone Euro (Finlande, Hollande, Allemagne). Ces pays sont contre une utilisation du MES pour recapitaliser le secteur bancaire Espagnol (l’Allemagne possède un droit de veto dans le MES comme la France et l’Italie). La grève générale en Grèce, le refus de Jens Weidmann à propos de la demande du ministre des finance de la veille et l’émission obligataires à 10 ans ratée de l’Allemagne donnaient également du grain à moudre aux baissiers. La déception des ventes de logements neufs aux Etats-Unis alimentaient également le pessimisme ambiant.

Jeudi 27 septembre

La bonne tenue des bourses asiatiques profitait à l’Euro mais la baisse reprenait rapidement le pas à cause de l’Espagne qui tendait le marché en reportant par deux fois la présentation de son budget 2013. Entre temps, le PIB des USA était déplorable, reculant à 1,3 % y/y contre 1,7 % anticipé. La paire respirait mais S&P dégradait ses perspectives de croissance et l’anxiété vis-à-vis de la conférence de presse du gouvernement Espagnol plombait l’Euro avant les promesses de l’Espagne ne permettent à la monnaie unique de rebondir après avoir brièvement enfoncé les 50 % de Fibo (1,25 – 1,3170).

Vendredi 28 septembre

Après une séance asiatique haussière, dans le sillage de la hausse provoqué par les promesses du gouvernement Espagnol quant à son déficit budgétaire, l’Euro tentait d’aller tester le dernier plus haut en date sans succès. C’est finalement l’indice PMI de Chicago déplorable qui alimentait la baisse avant que le Portugal ne publie un déficit budgétaire effrayant qui finira d’achever la monnaie unique en ce dernier jour du troisième trimestre boursier. La paire tentait néanmoins un dernier râle après que les résultat de l’audit bancaire ne soient dévoilés et conforte ce qu’avait annoncé il y a déjà plusieurs semaines le ministre des finance Espagnol: La facture pour la recapitalisation bancaire sera en-dessous mais proche des 60 milliards.

Copyright © 2012 ProfesseurForex.com. Tous droits réservés