EUR/USD Retour sur toute l’actualité forex de la semaine du 10 au 14 septembre

(ProfesseurForex.com) – Lundi 10 septembre

La journée était très calme avec un range très fin en raison de la pauvreté du calendrier et l’anxiété des marchés avant le verdict de la Cour de Karlsruhe. Notons que la production industrielle Française ressortait finalement en légère progression, une maigre consolation lorsque l’on sait que d’une année sur l’autre la croissance industrielle de contracte de plus de 3 %. L’Italie affichait elle sa croissance, une nouvelle fois décevante, s’affichant en contraction pour le 4e trimestre d’affilée, à -2,6 % y/y, en-dessous des anticipations. La seule bonne nouvelle venait de l’Indice Sentix avec un net rebond du moral des investisseurs. Soulignons également que Pierre Moscovici mettait les choses au clair concernant la position de la France vis-à-vis de la Grèce avant l’Eurogroupe de fin de semaine: « une sortie de la Grèce de la Zone Euro est inacceptable ».

Mardi 11 septembre

La Cour constitutionnelle Allemande provoquait le premier bond hebdomadaire de la paire EUR/USD en annonçant qu’elle ne tiendrait pas compte des recours de dernière minute et qu’elle rendrait bien son verdict le lendemain. La Balance commerciale Américaine quasiement en ligne avec le consensus laissait le marché de marbre avant que Moody’s ne vienne menacer le AAA Américain, provoquant une nouvelle vague de hausse appuyé par les commentaires du ministre des affaires étrangères Allemand qui déclarait que l’Allemagne souhaitait que le MES « devienne réalité ». Antonis Samaras rencontrait Mario Draghi en fin de journée, sans que la teneur de leur discussion ne filtre (Samaras espere sûrement que la BCE retarde le remboursement des obligations Grecques qu’elle détient depuis le programme SMP de rachat d’obligations).

Mercredi 12 septembre

Jose Manuel Barosso déclenchait de la volatilité à la baisse en présentant les grandes lignes de l’Union bancaire ainsi qu’en plaidant pour un nouveau traité Européen qui cèlerait une union fédérale. Néanmoins, la Cour de Karlsruhe validait le MES dans la foulée, provoquant une nouvelle vague de hausse similaire à celle suivant la conférence de presse de Mario Draghi la semaine précédente. Soulignons tout de même que l’expostition de l’Allemagne ne pourra dépasser les 190 milliards sans que le Bundestag n’en donne le feu vert et que l’octroi d’une licence bancaire ne verra pas le jour. Nous apprenions également que la Chine est apparemment prête à mettre la main au portefeuille pour garnir ce fameux MES…

Jeudi 13 septembre

Le marché des devises restait très calme avant le FOMC et le discours de Ben Bernanke. Notons que l’Italie voyait ses taux à long terme chuter lors d’une adjudication à 15 ans et que l’OCDE annonçait un ralentissement de la croissance à 0,6 % T/T. L’Après-midi nous apprenions que la deuxième banque de Chypre venait d’être recapitalisée et que l’IPP Américain montait à 2 % contre 1,5 % anticipé, les prix du baril pesant sur l’inflation. Finalement, après une forte volatilité à la baisse comme à la hausse lors du communiqué du FOMC, l’Euro continuait sa marche en avant puisque la FED décidait de mettre en place un QE illimité à hauteur de 40 milliards de Dollar par mois. D’autre part, le taux directeur restera entre 0 et 0,25 % jusqu’en 2015 et la quantité d’actif monétisé par la FED pourrait être augmenté à 80 milliards/mois si les créations d’emplois ne redémarrent toujours pas.

Vendredi 14 septembre

L’Euro enfonçait allégrement les 1,30 puis 1,31, les traders continuant de surfer sur les annonces de la BCE et de la FED. L’inflation IPC se révéler stable (2,6 % y/y) au sien de la Zone Euro et même en retrait d’un mois sur l’autre si l’on retranche les prix de l’énergie. L’inflation IPC sous-jacente restait également stable aux Etats-Unis mais la hausse des prix des matières premières pesait lourdement sur l’IPC global. Les statistiques Américaines étaient décevantes l’après-midi avec des ventes au détail artificiellement boosté par la hausse des prix à la pompe, et un recul marqué de la production industrielle (1,2 % m/m), le plus fort recul en trois ans. L’optimisme était toujours au rendez-vous en cette fin de semaine également grâce à l’Eurogroupe qui se déroulait de manière décontracté avec la Grèce qui obtenait son délai de deux ans et l’Espagne qui présentait la facture de 60 milliards. La forte détente des taux obligataires grâce au plan de la BCE semble réchauffer l’atmosphère et les négociations pourraient être plus facile désormais.

Copyright © 2012 ProfesseurForex.com. Tous droits réservés