Forex – EUR/USD : La planche à billet de la FED et le plongeon de la production industrielle Américaine font les affaires de la monnaie unique

(ProfesseurForex.com) – L’Euro continue sa marche en avant grâce à la BCE et la FED. Les statistiques sont même venues apporter leur pierre à l’édifice avec notamment une chute de la production industrielle Américaine alors que l’Eurogroupe se déroule sous le beau temps de Nicosie.

L’inflation contentait les traders ce matin puisque l’IPC (Hors alimentation et énergie) recule à 1,5 % en glissement annuel contre 1,7 % anticipé et précédemment. L’IPC reste néanmoins bien au-dessus des 2 % stipulé par le mandat de la BCE et stagne à 2,6 % comme anticipé. Le recul de l’inflation « sous-jacente » est une bonne nouvelle pour Mario Draghi afin d’assouplir sa politique monétaire même si les achats d’obligations seront stérilisés (donc pas inflationnistes en principe).

Les statistiques Américaines permettaient ensuite d’abandonner le seuil de 1,31 Dollar.

En effet, à l’instar de l’indice des prix à la production publié hier, les indices des prix à la consommation se révèlent toujours stables si l’on retranche l’évolution des prix de l’alimentation et de l’énergie (+0,1 % m/m). Mais si l’on prend tout en compte, l’inflation se fait sentir outre Atlantique d’un mois sur l’autre(0,6 % m/m), comme le laissait penser l’indicateur avancé des prix à la production. L’évolution sous-jacente des prix reste néanmoins plus proche de la déflation que d’une tension inflationniste. En effet, la hausse de l’inflation en août est liée à 80 % à la hausse du prix de l’essence.

Les ventes au détail ont de nouveau progressé d’un mois sur l’autre en s’affichant en hausse de 0,9 % pour le mois d’août, contre 0,8 % anticipé et +0,6 % précédemment (révisé en baisse). Néanmoins, cette statistique ne profitait pas au Dollar vu que c’est majoritairement la hausse des prix de l’énergie qui rend les chiffres honorable.

La production industrielle Américaine a enregistré au mois d’août son plus fort fort recul depuis trois ans et le premier recul depuis le mois de mars. L’indice se contracte de 1,2 % contre 0,2 % anticipé et 0,5 % précédemment. La FED a déclaré que l’ouragan Isaac a obligé des cargos de matière première à rester en mer, causant responsable pour au moins 0,3 % du déclin de la production industrielle mais en y regardant de plus près, toutes les composantes de l’indice se sont affichées en baisse.

Cette dernière statistique décevante profitait donc à l’Euro avant que le ministre des finances Espagnol ne contente les marchés en présentant une facture de 60 milliards à ses homologues. Beaucoup pensent que l’attentisme de l’Espagne retarde la sortie de crise et presse l’Espagne à faire sa demande d’aide, même si Moscovici a assuré aujourd’hui que « personne ne pousse l’Espagne à bénéficier d’un sauvetage ». L’Espagne devrait néanmoins ne pas tarder à accepter car le système bancaire doit être recapitalisé et également en raison d’une échéance obligataire de 30 milliards d’Euro qui arrive à grand pas (octobre) qui pourrait faire exploser le service de la dette Espagnole en cas de nouvelles émissions au prix actuel du marché (même si les taux se détendent nettement depuis les décisions de la BCE).

Nous devrions avoir plus de détails demain lors de la conférence de presse de du président de l’Eurogroupe, Jean-Claude Juncker, fraichement ré-intronisé à son poste le mois dernier.

D’un point de vue graphique, rien ne semble pouvoir enrayer le hausse de l’Euro sur le marché des devises.

  • Graphique horaire

Copyright © 2012 ProfesseurForex.com. Tous droits réservés