L’agenda DailyFX de la semaine

C’est finalement dans le sens de la tendance actuelle sur de nombreux actifs que le mois d’août s’est clôturé, le sommet de Jackson Hole apportant quelques pistes de réflexion des grands économistes de ce monde, pistes en faveur des acheteurs, de par notamment la communication de la Réserve Fédérale. Cette semaine marquée par le retour des traders nous donnera du pain sur la planche, à savoir interpréter l’issue des RDV de la semaine dernière en lien avec ceux de cette semaine.

En effet, si le terme « Quantitative Easing » n’a pas été clairement énoncé lors de ce symposium économique, le Gouverneur de la Fed a mis en avant la préoccupation majeure à laquelle son comité faisait face, le niveau de chômage, qui pourrait justifier l’option d’une stratégie de rachats d’actifs sur une période illimitée, en fonction des développements économiques locaux ; ceci se traduirait non pas par une enveloppe globale déterminée au préalable comme ce fut le cas lors des deux premières opérations quantitatives, mais plutôt par des actions temporaires, millimétrées en fonction des développements. A cette éventualité, s’est ajouté le dossier sur la communication de cibles clés pour les agrégats économiques et la politique monétaire en général, permettant ainsi au public de mieux comprendre et anticiper les actions de la Banque Centrale. C’est la rhétorique portant sur le niveau des taux, jugée trop pessimiste entre autres, qui a en grande partie illustré ce pan des discussions.

En conclusion, les traders seront sur le qui-vive lors de la prochaine réunion de la Réserve Fédérale ; mais en attendant celle-ci de nombreux évènements viendront illustrer cette semaine et permettre un éventuel décalage.

Mardi 4 Septembre à 6h30 : Décision de taux de la Banque Centrale Australienne

Lors de sa dernière communication publique, le Gouverneur Glenn Stevens avait mis en avant la proximité entre les récents développements économiques locaux et les prévisions de la RBA, stipulant tout de même que dans un délai de 2 ans, les matières premières pourraient faire un dernier pic avant une correction de plus grande ampleur ; l’aussie s’en est retrouvé affecté négativement, la probabilité d’un maintien voire d’une baisse de taux à moyen terme prenant le pas sur celle d’une hausse. Les opérateurs envisagent pour le moment un maintien des taux à 3.50%, fait qui plaide pour des échanges en fonction du sentiment de risque, alors même que le dollar australien a entamé une correction relativement conséquente. Dans le cas d’une décision surprise à la baisse, l’aussie réagira à la baisse, mais le caractère violent d’une éventuelle dépréciation pourrait être atténué par la correction déjà entamée, alors même que la paire arrive sur le support des 1.02, seuil de la MM20 en hebdomadaire. A l’inverse, une hausse donnera lieu à un rebond de la paire.

Mardi 4 Septembre à 7h45 : PIB 2ème Trimestre en Suisse

Actif refuge par excellence, le franc suisse a pris le pas sur le dollar lors des périodes d’aversion au risque, mais le ralentissement supposé de l’économie suisse pourrait donner lieu à un rebond ne serait-ce que de court terme de la paire USDCHF. En effet, il est attendu un repli de la croissance en termes trimestriels avec un PIB à 1.6% contre 2% en précédent, ce qui pourrait affaiblir le swissie par rapport à son homologue américain.

Mardi 4 Septembre à 11h00 : Indice ces prix à la production en Zone Euro

Nombreux d’entre vous auront remarqué la réaction muette de la monnaie unique à nombreuses de ces statistiques ce qui pourrait être à nouveau le cas une fois de plus ; néanmoins, nous inscrivons cette statistique dans l’agenda en raison de la réunion de politique monétaire qui intervient plus tard dans la semaine, ce qui rend potentiellement l’euro sensible. D’un point de vue théorique, la baisse escomptée des prix à la production à 1.6% contre 1.8% en précédent en termes annuels, laisse envisager une baisse des prix à la consommation, baisse qui à son tour appelle à une surveillance des taux d’intérêt dans une optique de baisse. La monnaie unique pourrait théoriquement se retrouver affaiblie, mais une réaction inverse n’est pas à exclure car le marché attend une baisse de taux comme pansement salvateur.

Mardi 4 Septembre à 16h00 : ISM manufacturier aux USA

Il se pourrait que le facteur « spéculation sur un QE3 » ne fasse pas son apparition ici au vu des derniers commentaires de Bernanke largement plus axés sur le pôle « emploi » de l’économie ; en effet, en décryptant l’issue du sommet de Jackson Hole, je pense que ce sont les chiffres d’emploi qui constituent le plus grand catalyseur de ce facteur sur les marchés qui donne le vent en poupe aux actifs risqués. Ainsi, si on venait à exclure ce facteur lors de la publication de l’ISM manufacturier, on s’en tiendrait au sentiment de risque orienté vers l’optimisme, qui pourrait donc pousser les actifs risqués à la hausse en raison d’une amélioration légère de cet agrégat de 49.8 à 50. Si on se devait de raisonner en termes de QE, une telle statistique donnerait lieu à des faiblesses sur les risqués la bonne tenue de l’économie éloignant le spectre quantitatif.

Mercredi 5 Septembre à 3h30 : PIB trimestriel et annualisé en Australie

L’issue de la décision de la RBA sur les taux sera importante pour le sort de l’aussie qui pourrait se révéler volatile lors de la publication des chiffres de croissance. Les deux horizons analysés illustrent les commentaires de Glenn Stevens, le PIB trimestriel affichant un repli de 1.3% à 0.8%, équivalent d’une dérive de 4.3% 3.7% en termes annuels. Ces deux consensus plaident pour une dépréciation du dollar australien par rapport à son homologue américain.

Mercredi 5 Septembre à 10h30 : Indice PMI du secteur des services en Angleterre

La légère amélioration de cet agrégat de 51 à 51.1 est un élément positif pour la Livre Sterling, qui à défaut de perdre du terrain si l’environnement s’y prêtait, aura la possibilité de se stabiliser.

Mercredi 5 Septembre à 11h00 : Ventes au détail en Zone Euro

Il est attendu une dégradation des ventes au détail, qui se trouvaient déjà en territoire négatif lors de la précédente lecture ; cette dégradation de -1.2% à -1.7% est un facteur qui pourrait influencer la monnaie unique à la baisse.

Mercredi 5 Septembre à 15h00 : Décision de taux Banque Centrale du Canada

Toujours attentive aux développements économiques locaux et internationaux, la BOC s’en tient à un maintien des taux à 1% au vu du consensus affiché par le marché, laissant ainsi les échanges se faire en fonction du sentiment de risque. La paire USDCAD qui a trouvé support sur les 0.9840 réagira à la baisse si une hausse de taux surprise venait à se faire, de même que si le sentiment de risque se relevait (hausse du pétrole = hausse du loonie) ; dans le cas d’une baisse de taux ou d’un environnement orienté vers l’aversion pour le risque, on évoquera probablement un point bas de court terme trouvé sur ces 0.9840 CAD.

A noter que dès mercredi, des mouvements erratiques pourraient se faire sur les marchés en prévision de la décision de la BCE et de la BoE, les rumeurs et spéculations biaisant souvent des analyses claires dans de tels cas.

Jeudi 6 Septembre : Changement Emploi en Australie

Cette statistique apporterait potentiellement des faiblesses sur l’aussie si le consensus venait à être respecté car le secteur de l’emploi se dégraderait, les embauches affichant un pâle chiffre de 5000 contre un précédent à 14.000 : si le chiffre reste positif, l’avancée du taux de chômage de 5.2% à 5.6% renforce le biais en faveur de faiblesses vis à vis de cette publication.

Jeudi 6 Septembre à 11h00 : PIB trimestriel et annualisé en Zone Euro

Avec une décision de taux qui aura lieu quelques heures plus tard, il ne saurait être exclu que les traders ne réagissent pas à cette annonce, ce d’autant plus que les deux chiffres sont attendus en maintien par rapport au précédent ; le chiffre trimestriel serait en stagnation à -0.2%, contre -0.4% pour l’horizon annuel. Si théoriquement ces agrégats plaident en faveur d’une dépréciation de la monnaie unique, l’attentisme pourrait être roi.

Jeudi 6 Septembre à 12h00 : Commandes d’usines en Allemagne

Comme évoqué pour le PIB, une réaction muette des cours n’est pas à exclure lors de cette annonce. Nous demeurons en territoire négatif avec une performance à -4.5% attendue, mais les faiblesses induites par ce chiffre pourraient être contenues par le fait que les ventes au détail affiche en réalité une progression par rapport au précédent de -7.8%.

Jeudi 6 Septembre à 13h00 : Décision de taux de la Banque d’Angleterre

C’est la première des annonces clés de cette semaine, le marché étant en faveur du maintien de la politique monétaire actuelle de la BoE, avec un QE à 375 milliards et un taux facial à 0.50%. Cela nous laisse comme guide des échanges, le sentiment de risque qui sera lui-même déterminé par la décision de la BCE très probablement ; les commentaires du Gouverneur King se révèleront ici capitaux, notamment vis-à-vis des effets du QE2 de la BoE et de son potentiel d’augmentation qui décidera du niveau de correction de la Livre Sterling.

Jeudi 6 Septembre à 13h45 : Décision de taux de la BCE

Les opérateurs affichent un sentiment en faveur d’une baisse de taux de l’ordre de 25 points de base, qui appelle théoriquement à une dépréciation de la monnaie unique. Outre la décision en elle-même qui si respectée verrait potentiellement un repli de l’euro, ce sont les commentaires de Draghi qui constituent le meilleur catalyseur aux cours dans un sens ou dans l’autre. Le Gouverneur de la BCE s’était avancé il y a quelques semaines sur des réformes structurelles en discussion (le marché a spéculé entre autres sur l’attribution d’une licence bancaire au MES) et la conférence de presse qui suivra la décision à 14h30 sera l’occasion pour le marché d’obtenir plus de détails sur ces pistes. Le repli de la monnaie unique ne sera que plus fort si les commentaires de Draghi ne laissaient pas entrevoir des détails supplémentaires sur ce qu’il a avancé récemment.

Jeudi 6 Septembre à 14h15 : Enquête ADP aux USA

Chiffre qui détermine le niveau de créations d’emploi du secteur privé, c’est potentiellement un chiffre qui pourrait voir s’intensifier la spéculation sur le QE3 de la Réserve Fédérale si le chiffre se révélait décevant. Ce chiffre sert également de moyen de spéculation sur le NFP publié le lendemain. Le consensus est positif avec 140.000 créations d’emplois, performance inférieure à la précédente de 163.000. La confluence entre cette annonce et la Conférence de presse de M. Draghi ne facilite pas la prévision des réactions du marché au chiffre. Dans un environnement « normal » de marché, non empreint aux spéculations en tout genre, ce chiffre aurait été en faveur de replis de court terme sur les supports permettant aux acheteurs retardataires de se placer dans le sens de la tendance. Or ce n’est pas le type de marché auquel nous faisons actuellement face, ce qui invite à une certaine prudence. Cette légère baisse des embauches dans le secteur privé est-elle suffisante pour déclencher une spéculation sur le QE3, telle est la question majeure à laquelle les cours devront répondre suite à cette publication.

Vendredi 7 Septembre à 10h30 : Prévision d’inflation de la BoE à 12 mois – Productions industrielle et manufacturière en Angleterre

Vu le caractère sensible de la Livre Sterling aux fondamentaux, les traders devront être prudents en raison du caractère relevé de l’agenda de cette devise ce vendredi. L’estimation précédente de la croissance des prix par la BoE était à 3.7%; rappelons que les choses sont sensiblement différentes de la théorie au Royaume-Uni en raison du dépassement de la cible inflationniste de la Banque d’Angleterre. A cela s’ajoutent des améliorations dans les secteurs industriel et manufacturier bien qu’en territoires négatifs. Ainsi, la production industrielle aurait progressé de -4.3% à 2.8%, équivalents respectifs à -4.3% et -2 .4% pour la production manufacturière, facteurs qui pourraient contenir les faiblesses éventuelles induites par l’estimation de l’inflation. Vu le potentiel de volatilité, le trader prudent attendra que le marché ait digéré ce flots de données avant de prendre position.

Vendredi 7 Septembre à 14h30 : NFP aux USA et chiffre du chômage au Canada

S’il existe un chiffre pouvant marquer la résurgence ou l’évanouissement de la spéculation sur le QE3, c’est bien le NFP, attendu à 127K contre un précédent à 163K. Le marché américain aurait donc créé moins d’emplois au cours du mois d’août, mais cette légère baisse est-elle suffisante pour à nouveau ramener sur les marchés le spectre d’un QE3 ? Si le « oui » l’emporte à cette question clé, nul doute que les actifs risqués s’apprécieront au détriment du billet vert, le plus grand potentiel de hausse étant accordé aux matières premières. Autre scénario possible, que nous ayons droit à un environnement classique, nous laissant comme guide des échanges le sentiment de risque ; il existe alors la possibilité que les actifs risqués poursuivent leur embellie, la bonne tenue de l’économie américaine laissant alors envisager que tout va bien ailleurs, tout comme il existe la possibilité que le dollar soit acheté en signe de confiance en l’économie locale.

En ce qui concerne le voisin canadien, il est attendu un maintien du taux de chômage à 7.3%, mais le détail de l’enquête montre une amélioration avec 11k en créations d’emplois contre un précédent négatif à -30K. Si le chiffre est dans l’ensemble en faveur du dollar canadien, le NFP qui pourrait avoir un impact puissant sur le billet vert pourrait biaiser cette anticipation. Que les traders de la paire USDCAD notent que la conjugaison de ces publications les mets dans une situation risquée, propices aux faux signaux.