L’Agenda DailyFX de la semaine

La semaine dernière terminée sur de nouveaux plus hauts pour de nombreux actifs, aura été l’une des plus importantes en termes de fondamentaux sur les marchés, du moins en provenance de l’Europe et plus particulièrement de la Zone Euro. Pour rappel, depuis la crise économique et financière de 2008, deux grands obstacles, structurel et conjoncturel font obstacle à une reprise économique franche.

-Le premier, d’ordre structurel, fait référence à la Zone Euro en proie à une crise de la dette majeure, dont la recherche de solutions aura donné lieu à des combats de théories économiques. La semaine dernière aura apporté un détail supplémentaire conséquent avec une BCE qui se veut plus interventionniste, prête à pallier à toute tension sur le marché obligataire ; si cela pose la question implicite d’un changement du statut de la Banque Centrale européenne, de nombreux obstacles demeurent. Les marchés ont bien accueilli la nouvelle, mais de nombreux autres détails sont attendus, notamment sur le MES (mécanisme européen de stabilité).

- Le second volet plus de l’ordre conjoncturel concerne le monde entier, et plus particulièrement la Chine et les Etats Unis compte tenu de leur part dans la croissance mondiale. Il se trouve que cette préoccupation des opérateurs de marché a récemment été atténuée par une spéculation sur un quantitative easing aux USA, spéculation largement exacerbée par les faibles chiffres d’emploi enregistrés vendredi dernier. Or cette semaine est celle du FOMC, et c’est peut-être cette semaine que nous serons enfin fixés sur le QE3 ; quant à la Chine, elle a déjà de par ses chiffres économiques ce dimanche, donné quelque peu l’avantage aux vendeurs, et ce sont les paroles de Bernanke qui pourront inverser la donne ou la confirmer.

La semaine qui s’ouvre à nous pourrait être qualifiée de semaine de confirmation, ou de vente de la news. Retour sur les éléments clés de l’agenda : les annonces suivies d’un astérisque feront l’objet d’une session de trading en live.

Mardi 11 Septembre à 00h45 : Dépenses de détail en cartes de crédit en Nouvelle Zélande

Statistique non des plus importantes, elle est référencée ici en raison de l’ouverture baissière sur le kiwi, (baisse engendrée par les statistiques chinoises de la nuit dernière) et donc du potentiel de rebond offert par cette statistique. Les dépenses en cartes de crédit, indicatrices en partie du niveau de consommation sont attendues en légère amélioration à 0.8% contre un précédent à -0.6%. Cette légère amélioration pourrait donner la capacité au kiwi de rebondir à court terme en direction des 0.8140 USD. Dans le cas d’une déception, la poursuite du mouvement correctif en direction des 0.8060/40 USD.

Mardi 11 Septembre à 03h30 : Confiance des entreprises en Australie selon NAB

C’est dans l’optique d’un rebond de court terme comme sur le kiwi que cette statistique sera observée par les noctambules. Une amélioration de la confiance des entreprises offrirait aux prix une opportunité de rebondir en direction des résistances, tandis que la dégradation de cette mesure entrainerai l’aussie à la baisse dans le sillage d’une correction entamée cette nuit.

Mardi 11 Septembre 2012 à 14h15 : Chantiers immobiliers au Canada

Aidé par la relative tenue de l’or noir, le loonie a continué de se renforcer par rapport à son voisin américain et pourrait faire l’objet de stabilisation à mesure que nous approchons des 0.9750 CAD, donnant ainsi la possibilité au billet vert de rebondir. C’est dans ce sens que plaide pour le moment le consensus de la statistique, les chantiers immobiliers affichant un possible repli à 201K contre un précédent à 208.5K. Evidemment, dans le cas d’une amélioration des chantiers immobiliers, il sera envisagé que le loonie prenne à nouveau l’avantage sur son homologue.

Mardi 11 Septembre à 14h30 : Balance commerciale aux USA

Le dollar a fait l’objet de nettes faiblesses au cours des récentes semaines, en raison d’un renforcement de l’appétit pour le risque. C’est encore et toujours ce facteur qui reste le meilleur indicateur des flux vers les actifs refuges ou risqués et même lors de l’annonce de la balance commerciale, il conviendra d’accorder un poids plus grand à ce facteur. Théoriquement, la prévision d’un déficit qui se serait agrandi de 42.9 à 44.2 milliards n’est pas en faveur du billet vert, mais dans le cas d’un environnement averse au risque, il est possible que cette statistique soit tout simplement occultée.

Mercredi 12 Septembre à 2h30 : Confiance des consommateurs en Australie selon Westpac

Enregistrée au cours du mois d‘août à -2.5%, la continuelle dégradation de cet agrégat au cours du mois de septembre causera des faiblesses au dollar australien ; à l’inverse, dans le cas d’une amélioration, un rebond pourra être escompté, rebond qui sera hautement fonction alors du niveau d’amélioration.

Mercredi 12 Septembre : Détails sur l’union bancaire européenne et vote de la Cour institutionnelle allemande

Ce mercredi sera un jour d’importance pour le processus de stabilisation de la monnaie unique. La crise structurelle de la Zone Euro a donné lieu à la mise en place d’une union bancaire par la Commission européenne, plan dont les détails seront avancés ce mercredi. Ces détails seront l’occasion pour les opérateurs de juger du bon chemin pris par les autorités de la Zone Euro dans la résolution de sa crise. S’en suivra le vote de la Cour constitutionnelle allemande sur l’adoption par le MES d’une licence bancaire et le pacte de stabilité européen. Si les commentaires du ministre allemand des finances W. Schaeuble ont laissé entendre que ce vote n’est qu’une formalité, nous ne sommes pas à l’abri d’une surprise ; si nous assistions à un rejet des décisions des officiels, il en résultera très certainement une déception des opérateurs et une dérive de la monnaie unique. Il est important de noter que ces deux annonces sont essentielles non pas uniquement pour la monnaie unique mais pour la confiance qui règne en général sur les marchés. Si la déception émanait de ces rendez-vous c’est l’ensemble des actifs risqués qui en fera les frais.

Mercredi 12 Septembre à 10h30 : Chiffre du chômage au Royaume Uni

Si le taux de chômage apparaitrait selon les prévisions inchangé à 4.9%, les détails du rapport pourraient donner lieu à une réaction négative à court terme de la Livre si le consensus venait à être respecté voire dégradé ; en effet, les revendications de chômage en baisse de 5.9K au cours du mois de juillet se dégraderaient quelque peu avec 0.0K attendus, le marché n’ayant ni créé ni détruit des emplois. Il est donc possible que la Livre Sterling fasse l’objet de faiblesses dont l’ampleur dépendra de l’orientation du sentiment de risque.

Mercredi 12 Septembre à 23h00 : Décision de taux en Nouvelle Zélande

Le kiwi qui a fait l’objet de faiblesses en début de semaine suite aux statistiques chinoises, pourrait être volatile lors de cette annonce de politique monétaire. Le marché table actuellement sur un maintien des taux à leur niveau actuel de 2.50%, fait plaidant pour un statu quo avec sentiment de risque comme unique décideur du sens des échanges. Difficile d’envisager une hausse de taux surprise, mais si tel devait être le cas une réaction positive du dollar néo-zélandais sera alors attendue, et inversement en cas d’abaissement des taux.

Jeudi 13 Septembre à 9h30 : Décision de taux de la BNS

Banque centrale des plus actives et communicantes sur sa politique monétaire, cette réunion sur les taux ne devrait pas donner lieu à de grandes surprises sur le niveau des taux, le maintien à 0% étant largement escompté par le marché. D’ailleurs c’est par d’autres moyens que la BNS agit sur son économie pénalisée par le renforcement du franc suisse. Après la mise en place d’un seuil plancher à 1.20 sur la paire EURCHF, des spéculations sur le relèvement de ce seuil font rage sur les marchés. Ce type de réunion peut entrainer de telles annonces, et la rapidité d’action sera la clé du trader dans le cas d’une telle annonce.

Jeudi 13 Septembre à 14h30 : Chiffres hebdomadaires du chômage aux USA et Indice des prix à la production*

Une chose semble faire l’unanimité sur les marchés ces récentes semaines, ce sont les chiffres d’emploi aux USA qui entrainent une spéculation sur le QE3, comme ce fut le cas lors du NFP la semaine dernière. Même s’il ne s’agit ici que de chiffres hebdomadaires, le potentiel de spéculation existe toujours, mais le fait que nous ayons le FOMC plus tard dans la soirée appelle à une certaine prudence dans l’analyse de ces mécanismes. Les chiffres sont attendus en légère hausse de 365K à 370K, fait qui au vu des dernières réactions laisserait supposer une montée des actifs risqués ;

Sauf que la complexité d’analyse des réactions ne s’arrête pas là, car au même moment parait la croissance des prix à la production, agrégat de surveillance de la Fed, de par sa corrélation positive avec l’inflation. Le haut niveau de chômage et le risque déflationniste avaient été les éléments justificatifs des QE successifs : il se trouve que l’amélioration des prix à la production attendue à 1.5% contre 0.5% en précédent, laisse penser à une hausse de l’inflation et donc à un élément de réussite des QE. Faut-il à nouveau faire un QE alors que le risque déflationniste s’éloigne et que les effets sur le marché du travail sont timides ? Autrement dit, cette statistique pourrait se révéler en faveur du billet vert. Vu la complexité d’interprétation ici, il faudra s’en tenir à ce que dit le marché, pour savoir laquelle des statistiques prend le pas sur les autres, ainsi que l’interprétation qui en découle.

Jeudi 13 Septembre à 18h30 : FOMC

C’est par le niveau des taux de la Réserve Fédérale que commencera cette possible nuit chaotique sur les marchés. D’ailleurs il ne saurait être exclu que la journée soit orientée vers l’attentisme. Les taux sont attendus en maintien à 0.25%, mais c’est la question du QE3 qui préoccupe les marchés. Vu que le marché spécule sur un nouvel assouplissement quantitatif, cette annonce sera également attendue, sa confirmation pouvant entrainer un effet surprise sur les actifs risqués dans un processus de « vente de la news ». Lors du sommet de Jackson Hole, la question d’un rachat d’actifs sur une période illimitée avait été évoquée brièvement, action similaire à un QE3, mais dont l’annonce ne nous met toujours pas à l’abri d’une vente de la news. Dans le cas d’un statu quo sur cette question, une déception pourrait s’emparer des marchés à court terme, en attendant la Conférence de presse de Bernanke qui viendra alors confirmer ou infirmer l’interprétation du marché.

Jeudi 13 Spetembre à 20h00 et 20h15 : Prévisions économiques de la Fed et Conférence de presse de Bernanke

Si ce rendez-vous des marchés est pour beaucoup, analysé uniquement au travers d’un QE, sachez que d’autres enjeux pourraient être évoqués lors de la présentation des évaluations économiques de la Fed et de la Conférence de presse de Bernanke. Des pistes avaient été avancées sur un possible changement de la rhétorique de la Fed sur le niveau des taux, rhétorique jugée pessimiste ; de plus, il est possible que la Fed adopte une stratégie consistant à fournir plus de cibles clés pour certains agrégats économiques, permettant ainsi au grand public de mieux comprendre et anticiper les actions de la Fed. Autant de questions qui pourraient avoir des réponses et ainsi donner une direction aux échanges actuels. Pour rappel, les traders de matières premières feront particulièrement attention lors de cette annonce en raison de la sensibilité accrue de cette classe d’actifs aux questions de liquidités.

Vendredi 14 Septembre à 14h30 : Ventes au détail et Inflation aux USA*

Une fois que la « tempête Bernanke » sera passée, il sera plus aisé d’interpréter cette statistique, référence des mesures de croissance aux Etats Unis. Les ventes au détail sont attendues positives à 0.7%, en léger repli par rapport au précédent de 0.8%. Hormis le maintien de la spéculation sur un QE3, une telle statistique nous aurait donné droit à un statu quo sur le déroulement des échanges, le sentiment de risque (facteur prises de bénéfices du vendredi après-midi à ne pas occulter) étant le grand décideur de la direction des échanges. A cette annonce s’ajoute celle de l’inflation attendue en hausse de 1.4 à 1.6%, évolution qui devrait être analysée en lien avec les commentaires de la Fed donnés la veille.

Vendredi 14 Septembre à 15h55 : Indice de confiance de l’U du Michigan

Tout comme pour les ventes au détail, il est difficile à ce jour d’analyser cet agrégat attendu en léger repli de 74.3 à 74, car la réunion de la Fed peut changer la dynamique du dollar et les réactions sur les marchés. Il faudra affiner ces interprétations après que ce grand rendez-vous ait répondu à certaines questions. Le dollar sera-t-il acheté en optique refuge car la confiance et les ventes au détail se sont légèrement dégradées ? Sera-t-il vendu car un QE aura été annoncé ? Sera-t-il acheté en signe de confiance en l’économie américaine ? Autant de questions qui au moment de l’écriture de ce point attendent une réponse dans l’agenda de la semaine.