Scandale au sommet de la démocratie Grecque, l’intervention d’Interpol pourrait être plus appropriée que la Troïka…

(ProfesseurForex.com) – D’après le site Real.gr Grec, trois anciens ministres auraient détourné plus de 10 millions d’Euros de subventions étatiques via des transactions immobilières de luxe mettant en cause l’homme d’affaire Joannis Kazouros. L’actuel président du parlement Grec…, Evangelos Meimarakis, et les deux anciens ministres Michalis Liapis et Georges Voulgarakis sont mis en cause dans cette enquête qui visait une trentaine de personnalités depuis trois mois. D’autres hommes politiques de tous bords seraient également sur la liste de la Sdoe (Briguade du fisc Grec).

Un nouveau scandale qui va certainement remettre la Grèce sur le devant de la scène alors qu’elle s’était déjà illustrée ce weekend en ne parvenant pas à se mettre d’accord avec la Troïka malgré l’ambition du ministre du budget de présenter le plan finalisé ce dimanche.

Ce week-end, le journal allemand Der Spiegel faisait savoir que la Grèce devait combler 20 milliards d’euros de déficit budgétaire afin de se mettre en conformité avec les exigences requises par ses créanciers internationaux(et non plus 11,5 milliards) en contrepartie de l’aide financière qui lui a été apportée. Un représentant du ministère des finances grec a tenu à démentir cette information ce lundi en avançant que le trou à combler ne représentait « que » 13,7 milliards et qu’il fallait y retrancher 2 milliards de revenus à venir (les privatisations que tout le monde attend toujours?…). Parmi les mesures devant être prises, notons des baisses de salaires, des diminutions de montants versés sous formes de pensions et autres avantages sociaux, une hausse de l’âge de la retraite.

Hier, c’est Christine Lagarde qui est montée au créneau pour affirmer que les 11,5 milliards d’Euros ne sont pas assez pour pousser le FMI (avec l’UE) à débloquer la prochaine tranche d’aide. Notamment en raison du retard pris sur le programme de privatisations.

Alors que les poids lourds de la Zone Euro ont tous déclaré vouloir que la Grèce reste au sein de la Zone Euro (pas les députés Allemands…), le ciel s’assombrit de nouveau à Athènes.

Retour sur quelques caractéristiques macro-économiques grecques:

-Dette : Environ 280 milliards d’Euro (367 milliards avant le défaut sur les créanciers privés en début d’année)

-Conjoncture économique : En récession depuis 5 ans, -6,2 % d’une année sur l’autre au 2e trimestre 2012

-Chômage : 23,6 % au T2 2012

-PIB : Environ 230 milliard d’Euros

-Production industrielle : -5 % d’une année sur l’autre

-Déficit budgétaire : prévu à 1,5 % du PIB pour l’année 2012 (Hors service de la dette…)

A cause du service de sa dette, le déficit budgétaire grec explose. Comme l’a annoncé aujourd’hui le ministre des finances, Antonis Stournaras, une des manières de rentrer dans les clous de la Troïka est que la BCE patiente pour recevoir le remboursement des quelques 40 milliards d’Euro d’obligations Grecques qu’elle détient.

Cela a d’ailleurs sûrement été l’objet de la visite du premier ministre Grec, Antonis Samaras, à Mario Draghi la semaine passée.

Copyright © 2012 ProfesseurForex.com. Tous droits réservés