Japon : Shinzo Abe force la BoJ à faire tourner la planche à billets

(ProfesseurForex.com) – Shinzo Abe a repris les rennes du Japon après une courte parenthèse de trois ans résultant d’un tournant historique qui avait vu le parti Démocrate du Japon (PDJ) prendre le pouvoir pourtant acquis aux conservateurs depuis un demi-siècle. Il s’agit du septième chef d’état en 6 ans…

Les conservateurs sont attendus sur les thèmes de la politique étrangère mais surtout au niveau de l’économie qui pâtit fortement des représailles économiques Chinoises ainsi que des catastrophes naturelles. La majorité des deux tiers obtenue au parlement avec le soutient de son allié traditionnel, le Komeito (Boudhiste), devrait neutraliser les velléités d’opposition de la chambre haute et laisser le champ libre aux conservateurs pour insuffler des perspectives ambitieuses au pays du soleil levant.

La pression est donc désormais plus que jamais sur la BOJ (banque centrale Japonaise) qui a donc assoupli de nouveau sa politique monétaire lors de sa réunion en décidant d’augmenter le montant des rachats d’actifs (QE) ainsi qu’en laissant son taux directeur entre 0 et 0,1 %. Il s’agit du troisième assouplissement monétaire en 4 mois…

La Banque du Japon a déclaré « avoir jugé approprié de prendre des mesures fortes supplémentaires afin d’éviter que l’économie japonaise ne dévie du chemin d’un retour vers une croissance modérée ».

Dans le détail, ce sont 5000 milliards de Yens supplémentaires qui seront utilisés pour acheter de la dette de l’Etat (Dette à court terme allant de quelques mois à 2 ans voir plus). Une monétisation de la dette qui a dérapé de 170 % du PIB à plus de 250 % durant le court mandat de l’opposition. Une première alors que la BoJ se concentrait jusque là sur les obligations d’entreprises, les titres adossés à des fonds d’investissement immobiliers, etc… 5000 autres milliards y seront consacrés.

La décision de la BoJ d’augmenter de 10 000 milliards de yens son programme d’assouplissement quantitatif, pour le porter à 101.000 milliards (907,5 milliards d’euros), était attendue des marchés et a d’ailleurs été accueillie par des prises de bénéfice à la Bourse de Tokyo, où l’indice Nikkei a cédé 1,19% jeudi.

Le yen a perdu quelque 9% de sa valeur face au dollar depuis septembre, quand les supputations sur le retour au pouvoir de Shinzo Abe ont laissé entrevoir une politique monétaire et économique plus favorable. Parallèlement, le Nikkei a renoué avec les 10.000 points pour la première fois en huit mois mais aujourd’hui, les traders ont également vendu la nouvelle sur la paire USD/JPY.

Rappelons également que la BoJ avait déjà lancé en octobre un programme de prêts illimités pour les banques d’une durée supérieure à celle du LTRO de la BCE (3 ans contre 4 ans pour la BoJ) afin de tenter de booster le crédit et supporter l’investissement et la consommation. La croissance en d’autres termes. Une croissance dont les perspectives se sont largement dégradées depuis l’incident autour de l’archipel Senkaku. En effet, la Chine est le plus large partenaire économique du Japon.

Les gouverneurs ont également admis qu’il réviseraient leur objectif d’inflation lors de la réunion du mois de janvier pour probablement le passer de 1 % à 2 %. Un souhait émanant du nouveau leader Shinzo Abe, chantre de l planche à billets. En effet, le pays est toujours empêtré dans la déflation. Une déflation plus prononcée au niveau des salaires que des produits de consommation, érodant donc le pouvoir d’achat des Japonais.

Le gouverneur de la BoJ, Masaaki Shirakawa, résiste tant bien que mal à la pression du nouveau pouvoir en tentant de préserver l’indépendance de l’institution mais apparaît en position de faiblesse alors que son mandat de cinq ans se termine en avril.

Copyright © 2012 Professeurforex.com. Tous droits réservés