BCE – Un statu quo monétaire se profile de nouveau à Francfort

(ProfesseurForex.com) – Après avoir évité la catastrophe l’année dernière en annonçant qu’il ferait tout ce qu’il faudra pour sauver l’Euro, Mario Draghi va devoir passer de la parole à l’acte en 2013.

Alors que le président de la BCE devrait annoncer une fois de plus un statu quo monétaire, la pression des marchés pour que la BCE agisse pourrait vite devenir irrésistible dès le premier semestre.

La Barclays par exemple avait pronostiqué l’année dernière une baisse du taux directeur à 0,50 % (0;75 % aujourd’hui) mais a depuis changé son opinion. Mais notons que le tiers des économistes interrogés par Reuters s’attendent à une baisse du taux directeur d’ici le mois de mars.

Rappelons que Mario Draghi a avoué lors de la conférence de presse du mois de décembre qu’il y avait eu un vif débat quant à l’abaissement du taux directeur, certains journaux rapportant même que sans l’opposition de la France, l’Allemagne et de Mario Draghi, un vote aurait vu le conseil des gouverneurs abaisser le taux directeur. Il y a donc une certaine attente de la part des marchés mais le consensus global table sur un statu quo monétaire en raison de différent gouverneurs (Peter Praet membre du conseil des gouverneurs, au WSJ par exemple) qui ont récemment monté au créneau pour refroidir les hardeurs du marché.

D’un point de vue technique, étant donné la fragmentation des marché financiers Européens dans les différents pays, il est vrai qu’une baisse des taux pourrait avoir peu d’impact sur les pays en difficulté. Il faut d’abord reconstruire les canaux de transmission de la politique monétaire (Ce que le programme OMT de rachat d’obligations est sensé achevé… peut être sera-t-il enfin utilisé cette année car les marchés pourraient rapidement devenir impatients).

Plusieurs gouverneurs ont avoué que les mesures de politique monétaire « non standard » ont beaucoup plus d’effet qu’une baisse des taux. Un constat que la BoE a également réalisé. La BCE va-t-elle donc dans ce contexte utiliser une de ses dernières cartouches ? Peu probable.

Néanmoins, la question d’une instauration de taux négatifs concernant les dépôts des banques auprès de la BCE est en discussion. Peut être que ce taux sera baissé à la place du taux directeur (Le taux de rémunération des dépôt auprès de la BCE est actuellement de 0 %).

Mais n’oublions pas que l’inflation est revenu à 2,2 % en décembre et que cela permet à la BCE d’avoir les mains plus libres pour assouplir sa politique monétaire. Néanmoins, soulignons qu’un nouveau LTRO semble peu probable étant donné que beaucoup de banques pensent déjà rembourser prématurément leurs emprunts avant les trois ans pour lesquelles la BCE avait prêté plus de 1000 milliards d’Euros.

Les perspectives économiques sont également peu glorieuses avec une récession qui devrait continuer dans les pays en difficulté. La BCE elle même s’attend à une légère récession en 2013. Si le ralentissement de la dégradation de la conjoncture économique ne continue pas au premier trimestre 2013 ou que la confiance des investisseurs inverse sa récente tendance haussière, la BCE va certainement devoir passer à l’action en abaissant son taux directeur.

Mais qu’on se le dise. En n’ayant pas la possibilité de monétiser la dette en faisant marcher la planche à billet, la BCE ne plus faire grand chose pour tenter de supporter la croissance.

Copyright © 2012 Professeurforex.com. Tous droits réservés