Eurogroupe, à l’ordre du jour : Chypre, Espagne, Grèce, Union bancaire, MES, Jeroen Dijsselbloem

(ProfesseurForex.com) – Aujourd’hui démarre le premier Eurogroupe de l’année 2013 qui sera marquée par le départ de son président Jean-Claude Juncker, qui tire sa révérence après huit ans de bons et loyaux services, dont la moitié passés à défendre l’existence même de la zone euro, menacée d’implosion par la crise.

Le Premier ministre luxembourgeois, 58 ans, passera le flambeau dès lundi à un quasi-inconnu… le Néerlandais Jeroen Dijsselbloem, 46 ans, ministre des Finances de son pays depuis à peine deux mois et seul candidat à ce poste.

Espagne

Au menu de cet ECOFIN, l’Espagne, la Grèce et Chypre. Après avoir reçu un prêt de 37 milliards d’Euros en décembre, le ministre des finances Espagnol va devoir rendre des comptes quant à la recapitalisation du secteur bancaire. Le dossier devrait être vite expédié. En effet, les marchés semblent desserrer l’étau autour de la péninsule Ibérique comme en atteste la chute de 2 % du taux à 10 ans depuis le pic en 2012. La question d’un nouveau plan d’aide ne semble plus être sur la table des négociations.

Grèce

La Grèce devrait recevoir une nouvelle tranche de plus de 9 milliards d’Euros qui fait suite au récent bote du parlement hellénique d’une nouvelle hausse d’impôts. Le pays devrait désormais être tranquille pour les 6 prochains mois, le temps de voir les premiers résultats de la cure d’austérité.

Chypre

Chypre va également être au centre des tractations même si le ministre des finances Allemand a déclaré ce matin qu’un accord concernant la petite île était encore « loin d’être entériné ». En effet, le pays refuse toujours de mettre en place certaines privatisations et il est fort probable que les choses ne se décantent qu’après les nouvelles élections nationales du mois de février. L’actuel président Demtris Christofias pousse toujours pour que son pays bénéficie d’une recapitalisation bancaire directe et rétroactive.

MES

Ce sujet délicat devrait être le principal sujet des débat des grands argentiers Européens aujourd’hui et demain. En effet, l’Espagne, l’Irlande, le Portugal et même la Grèce vont de nouveau demander à ce que le MES puisse être utilisé « rétroactivement » pour recapitaliser directement les banques (sans que ces prêt ne viennent donc alourdir la dette des gouvernements). Une recapitalisation qui concernera les « legacy asset » ou autrement dit, les dette du passé.

En d’autres termes, ces pays qui ont déjà procédé à des recapitalisation bancaire veulent être remboursés par le MES (doté actuellement de 500 milliards d’Euros). Une option qui a déjà été écartée par Angela Merkel. La chancelière devrait continuer de tenir sa position, ne voulant pas se mettre à dos une partie de son électorat. Notons en passant que le parti de la chancelière, la CDU, a perdu les élections en basse Saxe ce weekend. Un revers qui ne devrait pas assouplir la position Allemande dans ce dossier.

Union bancaire

Enfin et bien entendu, l’Union bancaire sera également au menu. Un point très important car tant que cette dernière ne sera pas opérationnelle, il ne pourra y avoir de recapitaliations bancaires directes. La question des recapitalisations « rétroactives » reste une question politique dont dépend la structure de la supervision bancaire ainsi que de son mécanisme de résolution des crises.

L’aspect juridique devait être entériné au premier janvier mais le président de la commission a fait savoir la semaine dernière qu’il faudra attendre encore plusieurs semaines avant d’avoir un communiqué officiel sur la question.

Copyright © 2013 Professeurforex.com. Tous droits réservés