EUR/USD : Toujours haussier, mais configurations risquées

(DailyFX.fr) – Depuis le moment où Mario Draghi, président de la Banque centrale européenne (BCE), a mis en place une structure pour acheter des obligations des pays de la zone euro, et notamment celles émises par le Trésor espagnol, la situation sur les marchés financiers s’est nettement améliorée alors qu’un niveau de confiance a été retrouvé chez les investisseurs.

Le retour de la confiance, quoique timide, s’est fait sentir sur tous les marchés alors que les actifs dits « risqués » ont largement bénéficié des promesses de la BCE ainsi que du lancement du troisième programme d’assouplissement par la Réserve fédérale aux Etats-Unis. Et c’est notamment l’euro, la monnaie qui avait été pourtant fortement attaquée entre août 2011 et juillet 2012, qui s’est avérée être l’un des actifs les plus surperformants sur le Forex ces derniers mois.

Jeudi dernier, pendant que Draghi faisait état de la stabilisation actuelle des marchés financiers lors de sa conférence de presse, l’euro s’est fortement apprécié face à tous ses homologues (USD, JPY, CHF, GBP, AUD, NZD, CAD) après s’être trouvé sous pression au début du mois. Le jour suivant, alors que les traders ont normalement une tendance à couper des positions avant le week-end pour encaisser leurs bénéfices, la monnaie unique a continué de monter rapidement pour finir la semaine sur ses plus hauts face au dollar américain (1.3340) ainsi qu’au yen japonais (119).

Concernant la paire EUR/USD, étant donné les nouveaux plus hauts enregistrés au-dessus des 1.3300 la semaine dernière, il serait tout à fait normal de voir la monnaie unique continuer de bénéficier de l’environnement actuel sur les marchés pour atteindre prochainement ses plus hauts de 2012 (1.3485). En effet, ce niveau est mon objectif à la hausse depuis le mois d’octobre lorsqu’il est devenu évident que la psychologie du marché avait radicalement changé entre fin juillet et début septembre. Mais à vrai dire, je commence à me demander si cet objectif sera atteint alors que j’ai commencé à noter plusieurs éléments techniques sur les graphiques de l’EUR/USD qui me disent qu’il y a peut-être des risques baissiers considérables en ce moment.

Faisons alors un tour sur les graphiques pour mieux comprendre l’évolution de l’EUR/USD et les raisons pour lesquelles j’ai l’impression que la hausse pourrait être sérieusement remise en cause d’ici peu.

D’abord, commençons par le graphique hebdomadaire ci-dessous. Il est facile de remarquer que depuis la réaction au-dessus des 1.2050 en juillet, la tendance est clairement haussière alors que le cours évolue au-dessus des moyennes mobiles à 20 et 30 semaines (MM20 et 30). Le dernier contact avec ces deux moyennes mobiles en novembre a permis un très bon point d’achat à 1.2660 lorsque le cours a retracé une partie du mouvement haussier réalisé entre juillet et septembre. Il est aussi facile de remarquer que le cours réagit bien aux retracements de Fibonacci qui sont apparents sur ce graphique. Il suffit de tracer un Fibonacci à partir des plus hauts de 2011 jusqu’aux plus bas de 2012 pour trouver des niveaux clé qui fonctionnent très bien comme des supports et résistances. Maintenant que l’EUR/USD a fait de nouveaux plus hauts au-dessus des 1.3300, il semble que la paire s’apprête à un éventuel test du prochain retracement (50%) à 1.3490, soit juste au-dessus des plus hauts de 2012. Petit bémol, le cours a terminé la semaine dernière sur sa bande supérieure de Bollinger hebdomadaire, ce qui laisse penser que nous ne sommes pas à l’abri d’une nouvelle correction comme en septembre dernier lors du dernier contact avec cette résistance dynamique. Remarquez par contre que les bandes du Bollinger sont orientées vers le haut et que le cours peut théoriquement continuer de monter tout en ralliant la bande supérieure dans les prochaines semaines.

EUR/USD, Chandeliers Hebdomadaires

EURUSD_Toujours_haussier_mais_configurations_risquees_body_EURUSD_W1.png, EUR/USD : Toujours haussier, mais configurations risquées

Graphique créé via Marketscope 2.0 de FXCM

Ensuite, sur le graphique journalier ci-dessous nous remarquons que la dynamique est bien sûr haussière alors que le cours continue d’être soutenu par la moyenne mobile exponentielle à 45 jours (EMA45). Jeudi dernier, c’est justement la tenue au-dessus de cette moyenne mobile à 1.3050 qui a permis à la paire de rallier fortement et de dépasser ses anciens plus hauts enregistrés à 1.3300. Avec la cassure de ce seuil vendredi, il serait normal de voir de nouveaux plus hauts dans le sens de cette tendance en place depuis juillet. Toutefois, je note une possible divergence du RSI journalier alors que cet indicateur n’a pas encore fait de nouveaux plus hauts comme le cours l’a déjà fait. Au moment de la rédaction de cette analyse, il est trop tôt pour savoir si le RSI fera de nouveaux plus hauts et ainsi invalider cette divergence. Mais si cet indicateur ne dépasse pas le niveau des 70 et si l’élan haussier commence à montrer des signes de ralentissement par la suite, il serait tout à fait possible de voir un essoufflement des pressions acheteuses sur cette paire. Dans un tel scénario, étant donné l’ampleur des mouvements qui peuvent suivre de telles divergences, il serait possible que l’EUR/USD fasse tout simplement un point haut quelque part entre les 1.3350 et 1.3500.

EUR/USD, Chandeliers Journaliers

EURUSD_Toujours_haussier_mais_configurations_risquees_body_EURUSD_D1.png, EUR/USD : Toujours haussier, mais configurations risquées

Graphique créé via Marketscope 2.0 de FXCM

Enfin, en faisant un zoom sur le graphique horaire de la paire, il apparaît que le cours oscille au sein d’une configuration en biseau d’élargissement ascendant depuis deux mois. Cette figure de retournement qui prend forme lors des sommets a certainement besoin d’être validée pour pouvoir confirmer le potentiel baissier sur l’EUR/USD. Il faut remarquer que même si cette figure devait se valider dans les semaines à venir, le cours peut très bien continuer de monter au sein du biseau pour atteindre théoriquement sa résistance (actuellement à proximité des 1.3580). Si par contre la paire ne dépasse pas les 1.3360 et se stabilise dans un range étroit au début de cette nouvelle semaine par la suite, il se peut alors que le cours n’atteigne pas les 1.35. Encore une fois, une possible divergence baissière du RSI horaire peut être constatée sur le graphique ci-dessous, et il faudrait que cet oscillateur technique fasse de nouveaux plus hauts au-dessus des 81.90 dans les prochaines séances pour l’invalider. Pour le moment une telle invalidation n’est pas impossible, surtout étant donné le manque de raisons fondamentales pour entraîner un retournement de la paire.

EUR/USD, Chandeliers de 360 minutes

EURUSD_Toujours_haussier_mais_configurations_risquees_body_EURUSD_H6.png, EUR/USD : Toujours haussier, mais configurations risquées

Graphique créé via Marketscope 2.0 de FXCM

Les trois graphiques de l’EUR/USD que nous venons de voir nous indiquent le point suivant : la tendance en place est bel et bien haussière depuis six mois et en dépit de quelques éléments techniques comme les divergences qui commencent à prendre forme la hausse pourrait perdurer dans les semaines à venir. Mais il importe également de regarder d’autres actifs pour renforcer ces convictions et pour aussi détecter des possibles pièges dans lesquels nous pouvons tomber en nous limitant uniquement aux graphiques de l’EUR/USD pour établir un plan de trading sur cette paire. Pour ce faire, il est justement intéressant de regarder l’USD/CHF alors que l’évolution de cette paire de devises montre une quasi-parfaite corrélation négative avec l’EUR/USD du fait du seuil plancher de l’EUR/CHF mis en place par la Banque nationale suisse (BNS) en septembre 2011. Tandis que ces deux paires étaient déjà inversement corrélées bien avant l’intervention de la BNS, cette corrélation négative s’est amplifiée une fois que le cours plancher du franc suisse contre l’euro a été défini. Cette forte corrélation peut être remarquée sur le graphique ci-dessous alors que tous les sommets de l’EUR/USD depuis septembre 2011 correspondent aux creux de l’USD/CHF. Et c’est exactement la même chose pour les autres paires en euro (ex : EUR/AUD vs AUD/CHF).

Corrélation entre l'EUR/USD et l'USD/CHF depuis septembre 2011

EURUSD_Toujours_haussier_mais_configurations_risquees_body_EURUSD_CORRELATION.png, EUR/USD : Toujours haussier, mais configurations risquées

Graphique créé via Marketscope 2.0 de FXCM

Or, parfois cette corrélation peut s’affaiblir sur le très court terme, produisant un certain écart de performance entre les deux paires. Mais lorsqu’une telle divergence apparaît elle est généralement corrigée par une nouvelle convergence des performances par la suite. Il est important de noter ce mécanisme fondamental car tandis que l’EUR/USD faisait de nouveaux plus hauts vendredi dernier, le cours de l’USD/CHF n’a pas enregistré de nouveaux plus bas. Il apparaît en fait que l’USD/CHF tient toujours sur un support constitué par la conjugaison de niveaux de Fibonacci à 0.9100. Le fait que ce niveau continue de tenir en dépit des nouvelles de la semaine dernière ne veut pas forcément dire que l’écart de performance entre les deux paires va se réduire via une baisse de l’EUR/USD. Il est également possible que l’USD/CHF rattrape son retard en faisant de nouveaux plus bas sous les 0.9100. Ce qui est plus ou moins certain, c’est que cette divergence entre les deux paires n’est que temporaire et va être corrigée rapidement.

USD/CHF, Chandeliers Journaliers

EURUSD_Toujours_haussier_mais_configurations_risquees_body_USDCHF_D1.png, EUR/USD : Toujours haussier, mais configurations risquées

Graphique créé via Marketscope 2.0 de FXCM

Toutes choses égales par ailleurs donc, il n’y a pas de raison fondamentale pour pouvoir parler sérieusement d’un retournement de l’EUR/USD malgré quelques éléments techniques qui indiqueraient l’inverse. Avec le risque extrême écarté pour le moment en zone euro et l’accord sur la politique budgétaire aux Etats-Unis signé il y a deux semaines, les marchés semblent tout à fait convaincus de la direction qu’ils poursuivent depuis plusieurs mois. Mais n’oublions pas non plus que c’était justement en juillet 2011, lorsque les démocrates et républicains sont parvenus à s’accorder sur le relèvement du plafond de la dette aux Etats-Unis, que par la suite les marchés ont chuté. La résolution temporaire du mur fiscal a été saluée par les marchés il y a deux semaines, mais rares sont les économistes qui disent que cet accord est une bonne chose pour l’économie américaine. Bien au contraire, au lieu de trouver une véritable solution aux problèmes fiscaux de l’Etat américain, le Congrès et la Maison-Blanche ont opté plutôt pour une réponse temporaire alors qu’en même temps le Trésor américain commence sérieusement, semble-t-il, à réfléchir par rapport à une pièce de platine de 1 000 milliards de dollars pour permettre au gouvernement de faire face à ses dépenses. C’est effectivement une situation qui pourrait vite se dégrader, surtout compte tenu des discussions qui devraient recommencer d’ici peu pour relever le plafond de la dette encore une fois !

Mais si cette histoire de pièce de platine et du nouveau relèvement du plafond de la dette n’intéresse pas tellement les marchés pour le moment, c’est justement cette complaisance de la part des investisseurs qui pourrait être une alerte rouge. Pour donner une indication visuelle de cette complaisance qui s’est installée sur les marchés ces derniers mois, il suffit de regarder un graphique de l’indice VIX (« Chicago Board Options Exchange Volatility Index ») et de noter qu’il a fait de nouveaux plus bas de cinq ans vendredi dernier. Pour ceux qui ne connaissent pas le VIX, c’est un baromètre du degré de complaisance / nervosité présent sur les marchés, d’où son appellation « l’indice de la peur », et qui estime tout simplement la volatilité de l’indice boursier S&P500 pour les 30 prochains jours.

Etant donné que la volatilité est la mesure la plus courante du risque sur les marchés, généralement lorsque le VIX monte cela correspond à une baisse du S&P500 et vice versa. Etant donné que le VIX a enregistré de nouveaux plus bas de cinq ans vendredi pendant que le S&P500 a pour sa part enregistré de nouveaux plus hauts, il est évident que les marchés sont dans une situation de complaisance et que cette situation, tant qu’elle ne change pas radicalement, plaiderait en faveur d’une progression des actifs risqués. Or, c'est justement là quand la foule d’investisseurs montre une telle complaisance totale qu’il faut être sur ses gardes. Sans savoir ce qui pourrait entraîner un retournement sur les marchés, je note tout simplement que le VIX approche dangereusement d’un support historique qui entraîne des rebonds conséquents depuis 2008. Encore une fois, il est possible que les actifs risqués continuent d’évoluer favorablement et que le VIX continue de glisser, mais le risque d’une correction sur les marchés doit être pris en compte par chaque trader et investisseur avant de se placer.

CBOE Volatility Index (VIX)

EURUSD_Toujours_haussier_mais_configurations_risquees_body_VIX.png, EUR/USD : Toujours haussier, mais configurations risquées

Source : Yahoo! Finance

Enfin, ce qu’il faut surtout retenir de cette analyse, c’est le suivant : tandis que nous n’avons toujours pas de raison fondamentale de croire que l’EUR/USD et les autres actifs corrélés au risque vont se retourner à la baisse, certaines configurations chartistes laissent penser que le risque baissier est plus grand que les marchés ne le pensent. Ceci dit, sans déconvenue dans les prochaines semaines, les tendances devraient rester intactes, et il serait tout à fait possible de voir l’EUR/USD continuer de gagner du terrain. Mais personnellement, étant donné ces risques et la complaisance actuelle sur les marchés, je me dis que c’est peut-être le moment de sortir tout simplement ou au moins de rechercher une protection via d’autres marchés et d’autres produits.

SPX500, Chandeliers Hebdomadaires

EURUSD_Toujours_haussier_mais_configurations_risquees_body_SPX_W1.png, EUR/USD : Toujours haussier, mais configurations risquées

Graphique créé via Marketscope 2.0 de FXCM

Par Adrian Raymond, Analyste de Marché pour DailyFX.fr

Pour me contacter, écrivez à araymond@fxcm.fr

Suivez-moi sur Twitter : @AdrianRaymondFX