BCE : Etat des lieux avant la conférence de presse de Mario Draghi

(ProfesseurForex.com) – Mario Draghi va avoir la chance ce jeudi de s’exprimer à propos des récentes inquiétudes vis-à-vis de la vigueur de la monnaie unique qui se dirige actuellement vers les 1,40 $ sur le marché des changes. De nombreux politiciens Européens, François Hollande en tête, on récemment laissé entendre qu’un Euro fort serait une menace au retour de la croissance.

Mario Draghi avait déclaré le mois dernier que l’Euro était « bien en-dessous de sa moyenne historique », sans pour autant juger si le niveau actuel de l’Euro était « dangereusement haut », comme l’a souligné Jean-Claude Juncker, l’ancien président de l’Eurogroupe, juste avant de laisser sa place au ministre des finances Hollandais.

Les investisseurs seront donc très attentifs aux mots de Mario Draghi. Si ce dernier venait à prononcer des mots tels que « guerre des monnaies » « dévaluation compétitive », cela indiquerait que la BCE est bien plus concernée par l’appréciation de l’Euro, qu’anticipé.

La BCE a jusque là toujours favorisé l’intervention « verbale » où les actions concertées avec d’autres banques centrales plutôt que la baisse de son taux directeur (ou encore plus agressif, le Quantitative Easing, qu’utilisent sans vergogne les USA et le Japon).

Une éventuelle baisse du taux directeur sera également attendue de pied ferme par les marchés. En effet, l’appréciation de l’Euro rend les exportations de la Zone Euro plus chères. Un facteur fâcheux alors que la Zone Euro est en récession avec 26 millions de chômeurs.

François Hollande a été clair hier devant le parlement Européen en appelant la Zone Euro a ne plus laissé fluctuer l’Euro au gré des marchés. Une annonce forte qui risque de faire écho lors du prochain G20 qui se déroulera à Moscow.

Selon les analystes de Unicredit, chaque appréciation de 10 % de l’Euro coûte 0,7 % de croissance, sur une base annualisée. Une baisse du taux directeur de la BCE devrait, tout du moins à moyen terme, être en mesure de freiner l’appréciation de la monnaie unique.

Cette option semble néanmoins ne pas être envisagée pour l’instant par le conseil des gouverneurs de la BCE dont les membres ont voté à l’unanimité pour laisser le taux directeur inchangé à 0,75 %, son plus bas historique. Les 50 économistes interrogés par Dow Jones Newswires pensent que la BCE va laisser son taux directeur inchangé demain, pour le septième mois d’affilé.

En effet, l’amélioration des conditions des marchés financiers, cité par Mario Draghi le mois dernier pour expliquer la décision de laisser le taux directeur inchangé, ont continué de s’améliorer ces 4 dernières semaines.

D’autre part, la BCE ne semble pas s’inquiéter outre mesure d’un resserrement de la politique monétaire après que les banques de la Zone Euro aient annoncé vouloir rembourser les LTRO à l’avance. Seulement 3 milliards ont été remboursés pour l’instant mais les banques auront une nouvelle occasion le 22 février et il se peut que le montant des remboursements soit significativement supérieur (le consensus tablait sur environ 100 milliards il y a deux semaines…).

Conclusion : La BCE va très certainement laisser son taux directeur inchangé et les investisseurs se focaliseront sur l’avis de Mario Draghi vis-à-vis de la guerre des monnaie ambiante, menée tambour battant par le Japon.

Copyright © 2013 Professeurforex.com. Tous droits réservés