Espagne – Actu Forex : Fitch salue l’augmentation des provisions du secteur bancaire afin de couvrir leur exposition aux actifs immobiliers « toxiques »

(ProfesseurForex.com) – La semaine dernière, six des plus grandes banques espagnoles ont fait état, dans leurs résultats financiers de l’année 2012, de provisions liées à de substantielles dépréciations afin de couvrir leur exposition aux actifs immobiliers « toxiques », ceci améliorant leur couverture a déclaré l’agence de notation Fitch. Cela conduit à une réduction significative du revenu net ou des pertes nettes, malgré des bénéfices meilleurs qu’anticipés et un strict contrôle des coûts. Les expositions sur actifs immobiliers reste la grande faiblesse pour la majorité des banques espagnoles et il existe également un risque de débordement sur des emprunts dépréciés dans d’autres segments de marché, surtout si comme l’estime l’agence de notation, l’économie se contracte encore un peu plus cette année.

Même les deux banques espagnoles internationales, Santander et BBVA, ont fait état d’une chute de respectivement 59 % et 44 % de leurs profits. Ce déclin est principalement attribuable aux provisions passées sur des expositions d’actifs immobiliers. Les bénéfices des autres régions du monde, plus particulièrement l’Amérique Latine, ont aidé à absorber les charges.

Les deux banques ont fait preuve de proactivité en s’attaquant à ce type d’exposition. Elles ont accéléré la vente de ces actifs en prévision d’un marché potentiellement plus exigeant pouvant émerger lorsque la bad bank (entité financière chargée de recevoir les actifs douteux transférés par les banques, avant de les revendre aux meilleures conditions de marché possibles) Sareb ne démarre son programme d’effacement et d’élimination de ces mêmes actifs.

Les revenus intérieurs se sont raisonnablement maintenus malgré une économie fragile, des volumes de ventes moins élevés, et un désendettement bancaire. Le bénéfice net d’intérêts à augmenter dans les six banques, aidé par une gestion serrée des spreads, particulièrement sur les nouveaux prêts et ceux dont la durée a été reconduite et les carry trades (ou le fait de s’endetter dans une devise à faible taux d’intérêt et à placer ces fonds empruntés dans une autre devise à taux d’intérêt plus fort) sur obligations souveraines dans certaines institutions. Ces banques ont bénéficié de la fuite vers les actifs de qualité pour les dépôts et ont été capables d’ajuster le prix en conséquence, malgré la concurrence pour obtenir le financement. Leurs activités de détail et les efforts menés au cours des ventes croisés ont permis de soutenir les revenus liés aux commissions. Les coûts continuent d’être convenablement contrôlés.

L’agence estime que l’exposition de ces banques sur des actifs immobiliers espagnols sera couverte de 40 % à 50 % (73 % pour Santander). On peut s’attendre à une détérioration plus importante du portefeuille immobilier, mais des efforts à grande échelle ont déjà été faits pour la majorité de ces banques, se conformant totalement au deux décrets royaux entrés en vigueur en 2012. A l’instar des deux banques internationales, CaixaBank, Banco Sabadell and Banco Popular cherchent également à vendre ces actifs transférés dans leur bad bank interne. Bankinter quant à elle, a une exposition bien moindre sur les actifs immobiliers.

2013 sera une autre année très éprouvante, étant donné qu’on s’attend à ce que le PIB espagnol chute de 1,6 % supplémentaire. La détérioration des comptes des PME et des emprunts immobiliers est attendue, compte tenu de la récession et du chômage grandissant. Un désendettement supplémentaire, des taux d’intérêts bas, et un grand nombre d’actifs dépréciés réduiraient grandement le revenu net d’intérêt. Des spreads plus élevés sur les emprunts renouvelés pourrait ôter une partie de cette pression exercée par les éléments précédemment cités.

L’appétit des investisseurs les plus influents (hedge funds, banques) pour les obligations seniors et les obligations garanties est encourageant. Etant donné qu’une opportunité d’émission est de courte durée, la plupart des institutions continue de réduire le fossé de financement en réduisant les emprunts et en incitant les particuliers à effectuer des dépôts. Cependant, la prochaine en datte peut s’avérer plus difficile suite au montant maximal de dépôts récemment proposé.

Les banques ont commencé à rembourser une conséquente proportion des emprunts LTRO à la BCE, tout particulièrement la banque Santander. Fitch souhaite que les banques de plus petite envergure soit plus prudentes à propos du changement possible des conditions de marché (elles sont plus sujettes à conserver les fonds LTRO à des fins de carry trades ou afin d’avoir un matelas de sécurité).

Copyright © 2013 Professeurforex.com. Tous droits réservés