La BCE réagit à l’incertitude politique Italienne

(ProfesseurForex.com) – La hausse des taux en Italie suite à cette élection qui laisse la bote dans une impasse politique certaine (Aucun parti ou coalition n’est pour l’instant en mesure d’affirmer avoir une majorité au Sénat) et la BCE était donc attendue au tournant.

La banque centrale Européenne n’a pas tardé à réagir face à ce risque majeur d’instabilité dans la Zone Euro et a dépêché Benoît Coeure, le représentant Français au directoire du conseil des gouverneurs, pour raviver les espoirs d’une entrée en piste de la banque via son programme OMT.

Benoît Coeure est en charge des opération de marché, et chapeautera le programme OMT a déclaré que le programme OMT de rachat d’obligations (obligations de maturités allant jusqu’à 3 ans) n’était « pas une arme nucléaire de dissuasion ». Des propos qui viennent contredire ceux du gouverneur Belge Coene qui avait utilisé cette expression il y a quelques semaines.

Par ces mots, Benoît Coeure envoi un signal fort aux marchés en laissant entendre que l’Italie pourrait compter sur l’aide de la BCE en cas de tensions persistantes sur sa dette. Mais il a également rappelé les conditions d’accès que sont une demande d’aide officielle au MES (Afin que l’Allemagne donne son assentiment puisqu’elle possède un droit de veto au sein du MES) ainsi qu’un accès total aux marchés de la dette internationaux.

Sur ce dernier point, la Grèce, l’Irlande et le Portugal ne sont donc pas éligibles puisque ces pays se refinancent toujours via le plan d’aide conjoint de l’UE (FESF, MES) et du FMI. Ces pays n’ont toujours pas tenté d’émettre des obligations à 10 ans mais notons que l’Irlande est sur le point de faire son grand retour sur le marché de la dette pour toute la palette de maturités.

Mais Benoît Coeure a déçu en déclarant que la BCE ne pouvait pas faire grand chose lorsque les taux montent sur fond « d’Evénement politiques ».

Concernant l’Irlande et le passe-droit dont pourrait bénéficier le pays (Dans le cadre de cet accord, Dublin a obtenu un allongement de l’échéance de remboursement et une baisse des taux d’intérêt. Cela a été possible grâce à la transformation des prêts accordés par la BCE et désormais appelés « promissory notes », en obligations à long terme, a précisé le Premier ministre irlandais), Coeure a déclaré que les inquiétudes vis-à-vis de l’éternelle question : « financement direct de l’Etat par la BCE? » seraient soulagées si la BCE était autorisée à vendre ces nouvelles obligations sur les marchés internationaux (bénéficiant donc de la garantie de la BCE…).

Pour conclure, notons que la BCE semble prendre note de la situation en Italie mais reste évasive. Ces propos n’augurent pas d’une action rapide mais rassure un tant soit peu les marché aujourd’hui avec l’Euro qui parvient à se maintenir.

Copyright © 2013 Professeurforex.com. Tous droits réservés