8 questions pour bien comprendre le plan d’aide à Chypre et ses conséquences

(ProfesseurForex.com) – Lundi à l’aube, les ministres des finances de la zone euro ont finalement validé un accord sur un plan d’aide à Chypre, qui permet certes au pays d’éviter la faillite, mais qui n’a pas pour autant été salué par les marchés, loin de là puisque l’EUR/USD notamment chutait fortement sur le forex hier.

Le plan de sauvetage signé entre Chypre et l’Eurogroupe implique en effet des sacrifices importants de la part des banques de l’île et de leurs plus gros déposants, ce qui n’a pas plu au marché, qui y voie autant un manque de solidarité européenne qu’un risque désormais plus élevé pour les investissements du secteur privé, apparemment plus exposés que le secteur public aux aléas de l’économie, puisque dans le cas chypriote, les autorités publiques ne font qu’imposer au secteur privé de mettre la main au portefeuille, en échange d’un prêt de 10 milliards d’euros.

Au lendemain de la validation de ce plan d’aide controversé, il convient de faire un point détaillé sur son fonctionnement, ses conditions et ses spécificités.

Quels sont les différents points de ce plan d’aide ?

-Un prêt de 10 milliards d’euros de la part de la Troika

-La faillite de Laiki Bank

-La reprise des dépôts garantis de Laiki Bank par Cyprus Bank

-Une ponction sur les comptes de dépôts supérieurs à 100.000 euros

Comment vont être utilisés les 10 milliards d’euros prêtés par l’Europe et le FMI ?

Ici aussi, rien n’est véritablement clair. Ce qui est sûr, c’est que le communiqué de l’Eurogroupe précise explicitement que les 10 milliards d’euros ne serviront pas à recapitaliser la Laiki ou la Bank of Cyprus. Les premiers versements sont attendus au début du mois de mai, via le MES, et une partie de cette aide sera versée par le FMI. On peut toutefois souligner que lors d’estimations datant d’il y a quelques semaines, les besoin en financement de ­Chypre atteignaient 17 milliards d’euros, soit un an de son PIB, don 10 milliards pour ses banques et 7 milliards pour refinancer sa dette publique et faire face aux dépenses de l’État.

Quel va être le montant des pertes accusées par les épargnants nationaux ?

Selon l’Eurogroupe, les détenteurs de comptes bancaires inférieurs à 100.000 euros ne seront pas concernés. Il n’est d’ailleurs plus question de taxe sur les dépôts, mais de perte contrainte et forcée sur les comptes de plus de 100 000 euros. La ponction opérée sur ces «gros comptes» dans les deux principales banques du pays devrait permettre de lever 4,2 milliards d’euros.

Quel va être l’avenir de Laiki Bank, mise en faillite ?

Très durement touchée par la crise grecque, la seconde banque du pays, Laiki, a été mise en faillite dans le cadre du plan d’aide. Les comptes inférieurs à 100 000 euros et les prêts de la BCE (9 milliards d’euros) formeront la partie saine de la banque.

Cette «good bank» sera absorbée par la Bank of Cyprus, première du pays. Le reste des dépôts de Laiki seront transférés dans une «bad bank» dont les fonds seront utilisés pour éponger les dettes de Laiki.

Quel mécanisme permettra de sauver la Bank of Cyprus, première banque du pays ?

Les épargnant détenteurs de comptes de plus de 100.000 euros à la Bank of Cyprus seront ponctionnés pour financer la recapitalisation de la banque, risquant ainsi de perdre 30 à 40% de leurs dépôts.

Chypre va-t-elle devoir faire d’autres sacrifices ?

En tout cas, c’est ce que semblait sous entendre Olli Rehn, qui a promis au peuple chypriote «un avenir proche très difficile»… L’Eurogroupe exige en effet d’autres réformes en dehors du système bancaire, avec notamment des privatisations et la hausse de l’impôt sur les sociétés de 10 % à 12,5 %.

A quel moment les banques vont pouvoir rouvrir ?

Depuis la première proposition de pan d’aide qui envisageait une taxe sur les dépôts bancaires, les banques ont été fermées pour éviter les fuites de capitaux dans la panique, qui auraient aggravé nettement la situation. Le ministre des Finances a annoncé tard lundi soir que toutes les banques chypriotes seraient logées à la même enseigne et rouvriraient jeudi, après près de deux semaines de fermeture des guichets, de transactions bloquées et de retraits rationnés aux distributeurs.

Chypre va-t-elle faire l’objet d’une fuite massive des capitaux ?

Rien n’est vraiment clair au sujet des mesures exactes qui seront prises pour éviter le phénomène, mais le gouvernement de Chypre a annoncé avoir prévu un gel des transactions et un contrôle des changes pour éviter une fuite massive.

Si on résume, une première solution a donc été trouvée pour éviter la faillite à Chypre, mais les conditions qui lui sont imposées en échange d’une aide (ponctions sur les gros dépôts bancaire, hausse de l’impôt sur les sociétés, etc…) sape les fondements même de l’économie de Chypre, qui repose sur son statut de paradis fiscal.

On se demande donc bien comment l’économie chypriote va pouvoir s’en relever, à moins de radicalement changer la nature de son économie, ce que l’île a d’ailleurs déjà fait par le passé en devenant un paradis fiscal pour devenir moins dépendante du tourisme…

Copyright (c) 2013 ProfesseurForex.com. Tous droits réservés.