Ben Bernanke maintient sa politique monétaire accommodante

(ProfesseurForex.com) – La FED a délivré un statu quo monétaire en bon et du forme mercredi et maintient sa politique monétaire ultra-accommodante. Sans surprise aucune, le taux directeur reste à 0 % (cela ne coûte donc rien aux banques d’emprunter de l’argent auprès de la FED) et le programme d’achat d’obligations d’État et d’actifs titrisés (actifs adossés au marché immobilier) reste inchangé, soit 85 milliards de Dollars par mois.

Le FOMC estime que la croissance est de retour à un rythme modéré après la pause de la fin d’année 2012. Les gouverneurs semblent se satisfaire du marché immobilier qui semble enfin entrer dans un cycle vertueux. En effet, tous les indicateurs sont en hausse comme les mises en chantier, les permis de construire, le prix des maisons et les ventes de maisons neuves, ces dernières étant au plus haut depuis juillet 2008. Cela contribue à créer un « effet richesse » chez les ménages dont on peut penser qu’ils continueront à consommer dans les mois à venir.

La hausse des bourse contribue également à exacerber cet « effet de richesse mais Ben Bernanke a souligné qu’il n’utilisait pas le niveau des bourses pour mesurer le succès de sa politique monétaire.

Mais si le marché immobilier et les bourses renvoient des signes encourageants, le taux de chômage reste élevé,toutefois sur une pente descendante depuis plusieurs mois, il est vrai. Il s’est affiché à 7,7 % de la population active en février après 7,9 % en janvier. Pour autant, nous sommes encore loin du seuil de 6,5 % que Ben Bernanke aurait apparemment retenu pour justifier un changement de cap de la politique monétaire. Pour information, selon la FED, le chômage ne devrait revenir à ce niveau idéal (6,5 %) seulement en 2015…

D’autre part, l’inflation reste bien ancrée sous l’objectif de long terme de la FED (2 %), ce qui laisse le champ libre à Ben Bernanke pour faire marcher la planche à billets.

Néanmoins, soulignons qu’il y a tout de même quelques « faucons » au sein du comité monétaire de la FED. Les gouverneurs des FED de Philadelphie, de Richmond et de Dallas sont sceptiques et se sont publiquement inquiétés du fait que le Bilan de la FED va bientôt atteindre le montant symbolique de 4 000 milliards de Dollars si le QE continue au même rythme (en comparaison, le Bilan de la BCE s’établit à 2666 Mds d’Euros). Le comité a néanmoins estimé que les risques étaient gérables tout en soulignant que le changement de cap sera difficile.

En effet, les marchés commencent de plus en plus à s’inquiéter de la réaction des marchés lorsque le QE prendra fin. Ben Bernanke s’en inquiète aussi apparemment puisqu’il a commencé sa conférence de presse seulement 30 min après la publication du communiqué du FOMC (contre 1h45 d’habitude). Il ne souhaite laisser aucune place aux erreurs d’interprétation.

Tout ceci étant dit, l’Euro a trinqué suite à cette conférence de presse pourtant décevante sur les points qui intéressaient réellement les marchés. En effet, le timonier de la FED s’est une nouvelle fois refusé de donner des seuils clefs d’amélioration de la conjoncture qui justifieraient une réduction de la quantité d’actifs achetés chaque mois.

Autre déception qui aurait pu desservir le Dollar, la FED a révisé à la baisse ses perspectives de croissance. Désormais, la réserve fédérale table sur une croissance située entre 2.3 % et 2.8 % (contre 2.3 % – 3 % précédemment) en 2013. Les perspectives pour 2014 sont également revus en baisse à 2.9 % – 3.4 % (contre 3 % – 3.5 %).

L’impasse politique à Chypre (sans compter celle en Italie) semble rester la principale inquiétude chez les traders et, la volatilité induite comme à l’accoutumée par les discours de Ben Bernanke, a finalement plombé l’Euro sur le marché des changes.

Copyright (c) 2013 ProfesseurForex.com. Tous droits réservés.