L’Avis de PFX : Les Italiens vont devoir retourner voter

(ProfesseurForex.com) – Le favori Mario Monti a terminé en 4e position, loin derrière le célèbre populiste  Beppe Grillo. Les partis de gauche ont obtenu l’avantage sur Silvio Berlusconi pour seulement quelques voix alors que rappelons le, l’ancien président du Conseil avait pourtant quitté le pouvoir sous les injures de la foule il n’y pas si longtemps.

Bien que ces résultats soit inquiétants, ils ne sont pas surprenants pour autant.

Comprenons bien que Monti et Bersani ont rabâché une réalité peu attrayante pendant toute leur campagne :l’austérité.

Un terme à faire fuir la population, une campagne politique peu digne d’un projet d’avenir réel.

Grillo et Berlusconi avaient un plan bien plus enjoué. Le premier a répondu à de nombreux citoyens en tenant un discours révolutionnaire et antisystème, le second a promis à ses électeurs de leur restituer les impôts préalablement collectés par Mario Monti.

Le nouveau Parlement italien a désormais 3 minorités qui ne sont pas en mesure de former une majorité. Il s’agit d’un jeu de pouvoir dans lequel Pier Luigi Bersani, le vainqueur des élections, est le grand perdant. A contrario, la résurrection électorale de l’ancien Premier ministre Silvio Berlusconi lui donne un aspect de victoire, tout comme l’ex-comique Beppe Grillo qui a tout de même recueilli 25 % des suffrages.

Afin de traduire en chiffre l’exaspération des citoyens Italiens, notons qu’en Italie, la confiance pour le gouvernement est de 5% de l’électorat et la confiance au Parlement est à 8%….

Il s’agit désormais de trouver un gouvernement. Le délai pour le former est serré. En effet, le Parlement se réunira pour la première fois le 15 Mars.

Les partis doivent donc s’entendre dans les 10 jours à venir sur le Senat et les dirigeants de la Chambre des Députés. Ensuite, ils doivent nommer un Premier ministre, qui doit lui-même composer un gouvernement et prêter serment.

Un tel scénario reste peu probable. En effet, Bersani ne s’alliera pas avec Berlusconi et Grillo ne supportera pas Bersani. Conclusion : Un gouvernement de technocrates (comme le gouvernement Monti suite au départ de Berlusconi) semble donc la solution.

Mais Grillo est venu doucher ces espoirs ce matin en refusant un tel scénario obligeant Bersani à menacer de conduire de nouvelles élections (qui prolongerait le vide politique de plusieurs mois).

Cette perspective n’a pas été apprécié des marchés ce matin avec une sanction immédiate de l’Euro aujourd’hui.

Mais au vu des derniers développements, nous pouvons légitimement penser que de nouvelles élections semblent se dessiner de plus en plus nettement…

Copyright © 2013 Professeurforex.com. Tous droits réservés