L’avis des banques – EUR/USD : L’affaiblissement de la paire atteint ses limites selon Goldman Sachs, Prévisions : 1,36 au 2° trimestre et 1,40 au 3° trimestre

(ProfesseurForex.com) – Goldman Sachs déclare que même si le mois dernier, tous les ingrédients nécessaires pour que l’EUR/USD entame un rally étaient réunis, la paire a plongé de 1,34 mi-Février à un peu plus de 1,30 mi-Mars.

Afin de clarifier, la banque déclare ceci :

« En prévision de la réunion de la BCE, le marché a intégré dans ses cours des attentes monétaires plus souples en matière d’inflation et de taux d’intérêts. Elles n’ont pas été confirmées. Par ailleurs, bien que le président de la BCE Mario Draghi ait mentionné que l’euro jouait un rôle significatif dans les évaluations économiques de la  BCE, il a été clair sur le fait que le taux de change de l’euro n’est pas un objectif prévu par la politique de la Banque Centrale Européenne. Les données de la Zone Euro ont été encourageantes dans leur majorité et les données américaines ont soutenu un appétit pour le risque. »

Pourquoi l’EUR/USD n’a-t-elle alors pas réussi à réagir positivement ?

Goldman Sachs répond ainsi :

« Cependant, la réponse du marché a reflété le différentiel de croissance via l’élargissement de l’extrémité de la courbe des différentiels de taux d’intérêts en faveur du dollar. »

A cause de ce changement dans les attentes de croissance relative, Goldman Sachs abaisse ses prévisions concernant l’EUR/USD de 1,40 à 1,36.

Au-delà du 2° trimestre, la banque maintient son opinion selon laquelle l’EUR/USD prendra la direction de plus hauts à 1,40 au 3° trimestre en faisant référence aux éléments suivants.

Premièrement, les politiques de la Fed ancrent l’extrémité de la courbe des taux d’intérêts américains à de bas niveaux et cette même extrémité est plus pertinente concernant le forex.

Deuxièmement, les taux d’intérêts réels à terme de gré à gré aux Etats-Unis restent faibles.

Troisièmement, les différentiels de taux d’intérêts réels suggèrent un euro à de plus hauts niveaux.

Enfin, le lien historique entre l’appétit au risque et le dollar joue également en faveur de l’EUR/USD.

Copyright (c) 2013 ProfesseurForex.com. Tous droits réservés.