Le point sur la situation Chypriote et le contrôle des capitaux

(ProfesseurForex.com) – Le renflouement de Chypre à hauteur de 10 milliards d’euros a conduit l’île à accepter un accord visant à prélever d’importantes taxes sur les comptes bancaires supérieurs à 100 000€. L’accord a également conduit à la fermeture de l’une des deux plus grosses banques de Chypre (Laiki). Ce compromis est censé éviter la faillite du pays et une éventuelle sortie de la Zone-Euro (chose qui a été considéré très sérieusement par le parlement Chypriote).

Michael Sarris, le ministre des finances chypriote, a indiqué mardi que les plus hautes taxations pourraient être évaluées autour de 40%.

Le ministre des affaires étrangères, Ioannis Kasoulides, a déploré « le prix important du plan d’aide » et a déclaré que « le modèle économique de l’île avait brutalement été détruit ».

Les banques chypriotes ont rouverte leurs portes ce matin vers 11h après une grosse semaine de fermeture. La banque centrale de Chypre limite désormais les transferts de capitaux pour éviter une fuite massive des déposants.

Rappelons que depuis lundi, jour décisif au niveau du plan de restructuration bancaire, les institutions craignent une fuite massive des capitaux. En effet, les autorités redoutent que les déposants, inquiets pour leur épargne et insatisfaits de l’accord conclu lundi à Bruxelles avec les créanciers internationaux, ne se ruent dans les établissements bancaires.

Pour évincer ces doutes, le transfert d’argent à l’étranger n’est plus autorisé sauf si il contribue aux financements d’importations. Les banques ont désormais plafonné les paiements par carte de crédit à l’étranger à 5000€ par mois par individu, elles ont de plus imposé aux voyageurs le montant maximum de 3000€ de liquidité par « voyage ». Les chèques de banques ne pourront plus être convertis en liquide et les chypriotes sont maintenant bridés à 300€ par jour. Quant aux étudiants, ils pourront transférer de l’argent à l’étranger en respectant le plafond de 10 000€ par trimestre.

Ce contrôle semble indispensable estiment certains économistes, le risque de fuite des déposants et investisseurs étant selon eux, trop important. Notons qu’en cas de fuite, cela forcerait la BCE à aider davantage Chypre en l’obligeant à venir au secours des banques de l’île.

Lundi, ces mesures dites de « contrôle » ont été acceptées par l’Eurogroupe, les ministres ont affirmé qu’ils souhaitaient que ce contrôle soit « temporaire, mesuré et non discriminatoire ».

Officiellement, ces mesures ne sont valables que pour 4 jours mais elles ont de fortes chances d’être renouvelées.

« Il nous semble fort probable que les mesures de contrôle des capitaux demeurent effectives plusieurs semaines, voire plusieurs mois », a déclaré l’économiste Alan Lemangnen.

« Les risques de fuite de dépôts si les contrôles de capitaux sont supprimés ou assouplis nous semblent importants », ont écrit les économistes de Citigroup hier après-midi.

« Nous cherchons le meilleur moyen de limiter la possibilité que d’importantes sommes d’argent quittent le pays sans imposer de conditions pénalisantes pour l’économie, les entreprises et les particuliers », a affirmé Michael Sarris, hier à la télévision.

Mercredi, 500 chypriotes scandalisés par les faits ont manifesté devant les bureaux de l’Union-Européenne à Nicosie.Rappelons que le système de contrôle des capitaux imposé en Islande en 2008 est toujours en place aujourd’hui.

Copyright (c) 2013 ProfesseurForex.com. Tous droits réservés.