Les banques Chypriotes risquent un retrait massif des dépôts des épargants

(ProfesseurForex.com) – Les prélèvements bancaires sont interrompus à Chypre, la banque centrale chypriote craint la fuite des capitaux

Le parlement Chypriote doit approuver une loi obligeant l’expropriation partielle des comptes détenus par les déposants du pays.

Le vote a déjà été retardé de deux jours mais le gouvernement chypriote a averti que la législation imposant un prélèvement ponctuel sur les dépôts des banques de l’état serait certainement rejetée aujourd’hui.

L’Union européenne veut obliger les clients des banques de Chypre à participer au plan de sauvetage du pays. En effet, le prélèvement ponctuel sur les dépôts des banques devrait lever environ 5,8 milliards d’euros, c’est la condition fixée par l’UE pour que Chypre puisse bénéficier du plan de sauvetage de l’ordre de 10 milliards d’euros provenant du mécanisme européen de stabilité (MES).

Le parlement chypriote doit se réunir aujourd’hui à 17h pour voter concernant la taxe prévue aux dépôts bancaires. Jusqu’à présent, 28 membres du parlement de 56 sièges ont affirmé rejeter la loi.

Ce procédé a également alerté les marchés financiers, certains investisseurs craignent désormais les conséquences de tous ces échos. En effet, dans d’autres états en difficulté, le risque de voir les déposants se ruer vers les banques pour retirer leur argent n’est pas exclu.

Explicitement parlant, selon l’accord conclu le week-end dernier à Bruxelles à propos du plan de sauvetage, tous ceux qui ont déposé de l’argent dans les banques chypriotes seraient condamnés à payer une taxe « participative » indépendamment du fait qu’ils soient Chypriotes, Grecs, Britanniques, Russes ou d’autres nationalités.

Notons tout de même que le plan prévoit d’attribuer une plus grosse part de contribution pour les clients chypriotes plus aisés et que les épargnants possédant un dépôts inférieur à 20 000 Euros devraient finalement être épargnés.

De lourdes inquiétudes demeurent désormais, sachant que les 2/3 des dépôts chypriotes appartiennent à des investisseurs Russe. La clef du dossier pourrait d’ailleurs se trouver à Moscow où une délégation de la commission se rendra demain alors que le ministre des finances Chypriote devrait déjà être arrivé sur place.

Imaginons 2 minutes que ces investisseurs retirent l’intégralité de leurs dépôts dès que possible.

Toute l’économie du pays est alors menacée.

En toute connaissance de cause, l’UE insiste pour que les clients des banques chypriotes soit tenus de participer au plan de sauvetage. Rappelons que le montant de ce plan de sauvetage avoisine les 10 milliards d’euros, ce qui représente déjà 60% du PIB annuel de Chypre.

Sans prendre en compte ce plan de sauvetage, le ratio dette/PIB du pays était estimé à 93% du PIB pour 2013. Le renflouement va augmenter considérablement un chiffre déjà exorbitant.

Au départ des négociations, Chypre avait demandé 17 milliards d’euros à l’UE. Les hauts fonctionnaires de la Zone-Euro avaient affirmé que ce montant ajusterait le ratio dette/PIB à un niveau insoutenable, nécessitant in fine un défaut à la Grecque.

Hier soir, les ministres européens des finances ont convenu d’une plus grande flexibilité dans la négociation avec le gouvernement chypriote. Voici le communiqué du président de l’EUrogroupe suite à la réunion (uk).

Après les débats houleux visant à évincer les plus petits épargnants de cette taxe, les ministres des finances ont recommandé de ne pas appliquer la taxe à tous les dépôts. Un premier seuil avait été annoncé, seuil palier de 100 000€ indiquant que les clients bénéficiant de moins de ce montant seraient épargnés par la taxe unique. Cependant, l’objectif est de conserver un certain équilibre sur le montant total des prélèvements, les ministres avaient alors anticipé d’augmenter la part de contribution des comptes excédent 100 000€.

Aujourd’hui, le gouvernement de Nicosie (gouvernement Turque autoproclamé Chypre du Nord) a proposé une alternative au plan proposé :

Le gouvernement propose d’épargner les dépôts inférieurs à 20 000€ et d’appliquer une taxe de 6,75% aux dépôts compris entre 20 000 et 100 000€. Il propose également de taxer les comptes excédent 100 000€ à un taux de 9,9%.

Force est de constater que cette proposition rend la banque centrale chypriote nerveuse. En effet, les responsables de la banque craignent une fuite massive des capitaux. Panicos Demetriades, le gouverneur de la banque a déclaré qu’il s’attendait à ce qu’au moins 10% des dépôts soient transférés à l’étranger dans les premiers jours après la réouverture des banques.

Notons que si le président voit juste, la crise économique du pays pourrait potentiellement s’aggraver et nécessiter un appuis considérable de la part de la BCE.

Copyright (c) 2013 ProfesseurForex.com. Tous droits réservés.