Napolitano va rencontrer aujourd’hui les leaders politiques Berlusconi, Grillo et Bersani

(ProfesseurForex.com) – Pier Luigi Bersani, qui a remporté le plus de voix lors des élections du 25 février, n’est pas parvenu à former une coalition gouvernementale et a renvoyé la balle dans le camp du président Napolitano (87 ans) dont le mandat arrive à terme à la mi-mai.

Après 5 jours de négociations, Bersani a échoué à trouver un terrain d’entente avec le parti de centre droit de Berlusconi, la deuxième force en présence au Sénat ainsi qu’avec le parti « 5étoiles » de l’ancien comique Beppe Grillo.

Le centre droit demanderait le droit de nommer le prochain président de la république alors que le comique refuse lui de s’allier avec les partis qu’il fustige et qui ont mené le pays là où il en est.

La prochaine option qui se présente au président Napolitano est désormais de présenter un « technocrate », qui aurait l’assentiment des grands partis, comme ce fut déjà le cas pour Mario Monti. C’est la dernière option avant de nouvelles élection qui seront inéluctables. Malheureusement, à l’heure actuelle, les sondages prédisent un nouveau blocage politique en cas de nouvelles élections.

Plusieurs nom circulent donc désormais comme celui de l’actuel président de la banque centrale Italienne, Mr Fabrizio Saccomanni ou encore le président de la cour constitutionnelle, Mr Franco Gallo.

Mais avant d’envisager cette option, le président Napolitano va rencontrer tous les leaders dès aujourd’hui. Silvio Berlusconi en premier, suivi de Beppe Grillo avant de finir avec Luigi Bersani. Car même un « président de consensus » autre que les actuels leader politiques en course aura besoin du soutien du parlement et du Sénat, ce qui sera difficile étant donné les divisions politiques marquées entre les différents partis.

Rappelons que le marasme politique Italien inquiète les marchés qui se posent la question de la capacité de l’Italie de faire face et sortir de la récession et inverser la courbe de la dette qui atteint désormais plus de 2 000 Milliards d’Euros. L’échec des négociations de Bersani fait également planer l’ombre d’une nouvelle dégradation de la part de Moody’s qui s’était réserver le droit d’agir de la sorte en cas de négociations stériles. Et pendant ce temps, la spéculation refait surface sur les taux d’emprunt du pays…

Tant que la bote ne se sera pas doté d’un capitaine, il est fort probable que l’Euro continue d’être sous pression, sans compter les anticipations de baisse du taux directeur de la BCE.

Enfin soulignons que le président Napolitano est opposé à de nouvelles élections.

Copyright (c) 2013 ProfesseurForex.com. Tous droits réservés.