Actu Forex – Allemagne : Berlin doit choisir entre accepter les Euro-obligations ou quitter la Zone euro selon Georges Soros

(ProfesseurForex.com) – Dans un discours prononcé hier soir en Allemagne devant des acteurs économiques et financiers allemand, le célèbre investisseurs Georges Soros s’est montré très critique à l’égard du rôle et de la position de l’Allemagne dans le cadre de la crise de la dette européenne.

Selon lui, le problème de la zone euro vient du manque de leadership de l’Allemagne qui doit « choisir entre accepter les euro-bonds et quitter la zone euro », tout en soulignant que le pays est le seul « en capacité de régler la situation »…

Pour Georges Soros, les problèmes que traverse l’Europe viennent des origines de l’Euro et du caractère incomplet du traité de Maastricht, qui prévoit une union monétaire sans union politique, avec la création d’une banque centrale indépendante qui a entrainé les pays de la Zone euro à s’endetter dans une monnaie dont ils n’avaient pas le contrôle.

Soros souligne que jusqu’en 2007, les marchés financiers n’avaient pas conscience de ces problèmes, et tous les pays de la Zone euro étaient à peu près égaux sur le marché de la dette. Mais à partir de 2009 et les révélations sur l’ampleur de la crise grecque, le marché semble s’être « vengé » sur les pays périphériques les moins solides, entrainant les réactions en cascades qui ont constitué la crise dans laquelle nous nous trouvons encore aujourd’hui.

Toujours selon Soros, l’Allemagne n’a pas eu la réaction adéquat face à ces sanctions du marché, le pays ayant identifié des États non vertueux « responsables », ce qui a accentué la sanction du marché.

« Les États périphériques se voient reprocher leur manque de discipline budgétaire et d’éthique du travail, mais cela ne suffit pas. Il est certes nécessaire que les États de la périphérie procèdent à des réformes structurelles, comme le fit l’Allemagne après sa réunification. Pour autant, ignorer que l’euro lui-même présente des problèmes structurels qui doivent être corrigés revient à ignorer la cause profonde de la crise de l’euro » explique en effet Soros.

D’une manière générale, l’Allemagne se contente de solutions à minima tout juste suffisantes pour éviter un éclatement de la Zone euro, et demande aux pays du Sud de faire le reste du chemin avec des processus de redressement des finances publiques qui mettent à mal la croissance.

Georges Soros estime que si l’Allemagne continue d’agir ainsi, c’est parce qu’elle n’est pas encore touchée par la dépression qui touche la zone euro car elle reste compétitive à l’international.

Soros note cependant : « Je pense cependant que d’ici les élections, (elle) sera elle aussi entrée en récession, et cela dans la mesure où la politique monétaire menée par la zone euro est en total décalage avec celles des principales autres monnaies. Les acteurs extérieurs procèdent à un assouplissement quantitatif. (…) L’existence d’un yen plus faible, associé à la fébrilité de l’Europe, est vouée à affecter les exportations de l’Allemagne ».

De ce fait, selon Soros, l’Allemagne soit prendre des responsabilité qu’elle s’est refusée à prendre jusqu’à maintenant, afin de sortir l’Europe de la crise, et les Euro Bonds semblent être le meilleur remède, qui ferait disparaître le risque de défaut de paiement, et abaisserait immédiatement les coûts d’emprunt de la plupart des pays de l’Union monétaire. Mais la création d’Euro obligation obligerait à ajouter une Union politique à l’Union monétaire, avec in fine la création d’une Zone euro sur le modèle fédéral américain, un pas que peu de pays semblent prêts à franchir en Europe.

L’alternative à cette Europe fédérale serait selon Soros une sortie de l’Allemagne de la Zone euro… Ce point de vue, qui gagne de plus en plus de terrain chez les économistes, repose sur l’idée selon laquelle sans l’Allemagne, l’euro se déprécierait, permettant des gains de compétitivité pour les pays en difficulté, sans pour autant que leur dette libellée en euros ne devienne insoutenable.

Enfin, pour Georges Soros, si l’Allemagne évite ce choix (Euro obligation ou sortie de la Zone euro) et opte pour le statut quo, la situation négative perdurera dans le Sud de l’Europe, et la croissance allemande finira par être affectée, rendant le fer de lance de l’Europe de moins en moins apte à jouer le rôle qu’il joue actuellement dans l’Union Monétaire…

Copyright (c) 2013 ProfesseurForex.com. Tous droits réservés.