Actu Forex – France : Une fois de plus, Berlin critique l’économie Française et pointe du doigt ses faiblesses

(ProfesseurForex.com) – Le quotidien allemand « Handelsblatt » a publié des extraits d’un rapport du ministère de l’Economie allemand qui juge sans flatterie la situation économique de la France.

La saga Hollande/Merkel évolue jour après jour. Le Parti Socialiste français avait lancé des attaques en série contre la politique de la chanceliere Angele Merkel. Les socialistes l’ont accusé d’étouffer la croissance européenne de façon « égoïste ».

C’est désormais au tour du ministère allemand de l’économie de porter un jugement sur la situation économique française. Des extraits d’un rapport interne du ministère dévoilent que l’analyse est peu flatteuse, nous pouvons y lire « l’industrie française perd de plus en plus de compétitivité, la délocalisation à l’étranger des entreprises se poursuit ». Le ministère allemand a tenu à préciser que ce document était dédié à un usage exclusivement interne et qu’il n’est pas destiné à être publié.

Le rapport relate des « coûts du travail en forte hausse » en France, notons que le Handelsblatt est en général bien renseigné sur tout ce qui provient des services de Philipp Rösler. Le journal conclut sur deux pages d’analyse sur la France en notant que « le fier voisin » français « menace de devenir l’homme malade de l’Europe ».

Notons que la publication de ce rapport à la une d’un quotidien allemand de référence international dans le milieu des affaires intervient dans un contexte tendu des relations franco-allemandes. Ces derniers temps Berlin tentait pour le moment de minimiser les tensions et s’abstenait de manière générale de pointer la France du doigt. La presse allemande et certains d’observateurs ont vu dans les attaques du PS une tentative de ralentissement du rythme de mise en œuvre des réformes en France

De plus, mardi, dans le quotidien régional Kölner Stadtanzeiger, le commissaire européen allemand Günther Oettinger appelle Paris à passer à la vitesse supérieure.

« Ma position est : nous sommes prêts à accepter le déficit public de 2013 seulement si des réformes structurelles sont mises en œuvre. Des réformes du marché du travail, un temps de travail allongé, un plafonnement de la croissance des retraites, des suppressions de postes dans le secteur public »

Il devient donc relativement crédible de penser que Paris ne respectera pas le plafond du déficit public imposé par les règles européennes cette année.

Copyright (c) 2013 ProfesseurForex.com. Tous droits réservés.