Actu Forex – France: Et si la France organisait un défaut partiel sur sa dette?

(ProfesseurForex.com) – Dans une tribune publiée ce matin dans le journal Les Echos, Gaspard Koenig, le responsable d’un think thank français, évoque la possibilité que la France organise un défaut sur sa dette, dans un texte titré « Pourquoi il faut restructurer notre dette ».

Dans ce texte, il prône en effet un défaut partiel de la France sur sa dette, en d’autres termes, il estime que décider sciemment d’effacer une partie de la dette de la France serait une bonne idée…

Le système bancaire est aujourd’hui assez solide pour pouvoir encaisser une réduction assez forte (jusqu’à 25% environ) de la valeur des obligations souveraines des Etats européens en difficulté… » écrit-il, suggérant dans le cas précis de la France, de mettre en place « un moratoire de trois ans sur les taux d’intérêt de la dette, qui permettrait d’économiser environ 200 milliards d’euros, mis au service d’un véritable choc de libéralisation, et de retrouver un excédent primaire dès 2017. » (Il s’agirait en gros de ne pas toucher au principal de la dette, mais de ne plus payer les intérêts pendant trois ans…)

Selon Koenig, un tel acte permettrait de « libérer les nouvelles générations du fardeau de la dette, tout en faisant supporter la majeure partie du coût aux épargnants de la Génération 1968, qui ont tant profité des largesses d’un système à crédit (via leurs placements en OPCVM et assurances-vie, qui seraient les premiers touchés). »

D’un point de vue juridique, l’idée reste réalisable grâce à la clause d’action collective incluse aux obligations souveraines, qui permettrait de forcer les créanciers de la France à accepter de perdre une partie de l’argent prêté.

Koenig se base sur des exemples pour étayer son propos, et souligne que 84 pays ont fait défaut sur tout ou partie de leur dette, pour au final arriver à se redresser.

Même la France a déjà organisé une faillite partielle, en 1797, sous l’égide de Dominique Ramel, ministre des Finances du Directoire. Deux tiers de la dette française avaient alors été annulés, conduisant à la ruine beaucoup d’investisseurs français, puisque la dette était alors principalement détenue au niveau national.

Mais la mondialisation est depuis passée par là, et l’essentiel de la dette est désormais détenue par des investisseurs étranger, ce qui rend la perspective de l’organisation d’un défaut partiel politiquement moins délicate…

Reste la certitude d’une lourde sanction du marché : La plupart des économistes estiment en effet que Paris perdrait totalement la confiance des marchés en cas de défaut partiel, et ne pourrait plus emprunter pendant de nombreuses années. Par ailleurs, la France est la seconde économie de la Zone euro, et un défaut, même partiel d’un pays de cette importance pourrait avoir de graves conséquences, comme la désintégration de l’euro et des structures européennes, avec in fine une remise en cause de la stabilité sociale…

Copyright (c) 2013 ProfesseurForex.com. Tous droits réservés.