EUR/USD : La FED commence à penser à sa stratégie de sortie du QE, les traders saluent la nouvelle sur le forex mais peut être un peu vite

(ProfesseurForex.com) – Alors que les marchés pensaient que Ben Bernanke s’en tiendrait à ses dernières déclarations, c’est à dire que la FED pourrait augmenter comme diminuer son QE, Ben Bernanke a finalement persuadé un peu plus les marchés par sa rhétorique que la FED pourrait diminuer le rythme mensuel du QE.

L’ampleur de la réduction est maintenant la prochaine question à se poser. Certains gouverneurs ont parlé d’ajustements de l’ordre de 5 milliards. Peu comparé au rythme actuel qui est de 85 milliards par mois…

Mais dans les faits, Ben Bernanke a également rappelé que la stratégie de sortie de la politique monétaire actuelle dépendraient des prochains développements économiques. Et si l’on regarde les chiffres de ces deux derniers mois, ils ne pointent pas vraiment vers une reprise durable…

Le président de la FED a également précisé qu’il était possible que les milliers de milliards utilisés via le QE pour acheter des actifs adossés aux marchés immobiliers ne soient pas revendus sur les marchés. La FED va donc probablement garder ces actifs dans son bilan jusqu’à ce qu’ils arrivent à maturité. Il s’agit donc désormais d’étudier les maturités de ces actifs. La FED a-t-elle acheté des actifs arrivant en moyenne à maturité dans 3 ans ou dans 20 ans ? …

Dans l’ensemble, nous pensons que le retournement des marchés, lorsque Ben Bernanke a abordé le sujet de la sortie de la politique monétaire accommodante n’est pas vraiment justifié car le discours reste le même : Le destin du QE dépend des prochains développements économiques au cours des prochains mois.

Autre facteur qui nous laisse penser que la FED risque fort de maintenir un rythme élevé pour son QE est que Ben Bernanke estime que l’inflation est sur la pente descendante, signifiant que si l’inflation continue de reculer, le QE ne sera pas diminué. Néanmoins, le timonier de la FED a compensé ces propos en déclarant que si l’inflation venait à grandir avant que l’objectif d’emploi ne soit atteint, la FED pourrait augmenter son taux directeur plus tôt que prévu (2015). Rajoutons que le taux de chômage structurel en Amérique se situe entre 5 % et 6 % d’après la FED.

Enfin, rappelons que la FED ne diminuera pas son QE tant que le taux de chômage ne sera pas revenu à 6.5 %. Nous en sommes encore loin et à moins que la FED estime que ce soit faisable au cours des 3-4 prochains mois, il est quelque peu déroutant de voir la FED faire le pari d’un ajustement du QE à cette période.

Mais le marché a parlé et c’est la baisse qui l’emporte finalement, même si selon nous il y a peu de chance que le QE soit drastiquement réduit en fin d’année. Tout dépendra de l’évolution de l’économie mais les traders ont préféré salué le fait que la FED pourrait seulement commencer à réduire par petites touches son QE d’ici quelques réunions du FOMC, si la conjoncture économique y est propice, si le taux de chômage atteint 6.5 % et si l’inflation arrête diminuer.

Cela fait beaucoup de « si » et étant donné que la première économie mondiale, l’UE, vient tout juste d’entrer en récession, l’arrêt complet du QE nous semble encore très lointain (Les US ne parviendront pas à créer beaucoup de croissance sans l’UE) et le retournement des devises aujourd’hui sur le forex paraît assez démesuré.

D’un point de vue graphique, la paire est de retour sous les 1.29 après avoir échoué à enfoncer les 1.30 qui correspondent aux 50 % des retracement de Fibonacci de la dernière vague baissière (données horaires). Le premier support se trouve sur les 1.2850 dont la cassure ouvrira potentiellement la voie vers un nouveau plus bas. Attention aux minutes de la FED à 20h qui pourraient être l’occasion pour les haussiers de reprendre la main avant la séance asiatique.

La paire évolue actuellement autour de 1.2860 sur le forex.

  • Graphique horaire

Copyright (c) 2013 ProfesseurForex.com. Tous droits réservés.