L’avis des banques – EUR/USD : La BCE participe bel et bien à la guerre des monnaies. Comment évoluera la paire selon Citigroup

(ProfesseurForex.com) – Steven Englander, Directeur Général de Citigroup, a déclaré ceci lors d’une interview :

« Il y a un débat cherchant à savoir si la BCE utilise de façon délibérée une communication suggérant un abaissement supplémentaire de son taux directeur et également un taux de rémunération des dépôts négatif comme des outils afin d’abaisser le cours de l’euro et fournir un stimulus économique via le canal des exportations.

Ceci a été appuyé par une inflation plus faible que prévue, et par le fait qu’un taux négatif est anticipé par le consensus comme un facteur d’affaiblissement de l’euro. Etant donné que les économies de la périphérie ne sont pas autant orientées autour des exportations que les économies du Nord, et que la croissance mondiale ralentit au lieu de s’accélérer, un euro plus faible donnera probablement plus de croissance marginale, mais sera loin d’être un facteur décisif de changement.

Par conséquent, il est plus probable que la BCE encourage une faiblesse modérée de l’euro sur la base que cela ne peut pas faire de mal au vu du contexte actuel, voire même un peu de bien, mais pas sur la base qu’une faiblesse de la devise peut se substituer à la demande intérieure.

Une minorité pense qu’un taux négatif des dépôts conduira à générer un rally important des obligations européennes et des marchés actions, particulièrement dans la périphérie, et viendra donc soutenir l’euro.

Cela viendrait chasser l’opinion selon laquelle l’attractivité des marchés d’actifs, particulièrement dans la périphérie, viendraient compenser l’impact de taux à court terme plus faibles.

Enfin nos modèles mathématiques, se fondant sur le comportement de la paire depuis Août 2012, suggèrent une faiblesse de l’EUR/USD plutôt qu’une force. »

Copyright (c) 2013 ProfesseurForex.com. Tous droits réservés.