L’avis des banques – EUR/USD : Selon le Crédit Agricole, tout ce qu’il faut savoir est que la paire se dirige vers les 1,2746

(ProfesseurForex.com) – Manuel Oliveri, stratège forex au Crédit Agricole lors d’une interview :

« Ces derniers temps, l’EUR/USD a été sous pression. Ceci est en partie due au fait que la BCE a adopté une attitude plus souple en matière monétaire et également au fait que les attentes américaines en matière de croissance augmentent de nouveau.

Nous nous attendons à observer une baisse de la paire.

Il a peu de chances que les attentes concernant la politique monétaire de la BCE soutiennent la paire et ce durant un moment.

Aux Etats-Unis, les perspectives de croissance restent plus pertinentes qu’en Zone Euro, ce qui, à son tour, rabaisse les attentes des investisseurs concernant le taux directeur de la Fed.

Les politiques monétaires divergentes ont créé une configuration où l’EUR/USD a reculé au plus bas en cette année à 1,2476. De façon similaire, nous nous attendons à ce que l’EUR/GBP s’oriente à la baisse. Concernant l’EUR/JPY, nous estimons que le repli sera limité étant donné la politique monétaire agressive de la BoJ.

La probabilité que les investisseurs perçoivent une BCE soutenant mieux l’euro est des plus faibles et cela restera le cas longtemps. Selon le président de la BCE Mario Draghi, cette dernière est prête à encore abaisser son taux directeur si nécessaire.

Au même instant, il reste possible que le taux de rémunération des dépôts devienne négatif. Par conséquent,  il deviendra alors logique de spéculer un minimum sur ce taux. Les attentes des investisseurs resteront fortement plafonnées, et cela au détriment de l’euro.

Néanmoins, les perspectives d’une politique monétaire plus accommodante de la part de la BCE dépondront des perspectives de croissance et d’inflation. Cependant, il apparait peu probable de pouvoir observer une amélioration considérable des perspectives et ce durant un certain temps.

Au contraire, les indicateurs tels que la composante des nouvelles commandes de l’indice manufacturier PMI restera inchangée pour l’instant. Simultanément, les conditions du marché de l’emploi continuent de peser sur le sentiment de confiance des consommateurs.

Tout ceci suggère donc que la croissance sera un élément défavorable. Nous attendons donc à ce que la BCE maintienne la même attitude encore longtemps tout en restant ouverte à l’idée d’utiliser des mesures supplémentaires si nécessaire.

Pour toutes ces raisons, il est clairement notable que les conditions européennes restent bien moins favorables que dans le reste du monde.

Par exemple, de meilleures conditions du marché de l’emploi américain ont été bien accueillies par les investisseurs concernant le fait que la Fed ait décidé de resserrer sa politique monétaire plus tôt que prévu. SI les prochaines données devraient normalement décevoir (ce qui a été le cas pour celles du marché de l’emploi), il est possible que les taux à court et moyen terme augmentent. Par conséquent, les attentes concernant les politiques monétaires divergentes peuvent très bien augmenter la probabilité que l’EUR/USD atteigne de nouveaux plus bas. Cela est particulièrement étant donné que la paire est moins sensible à l’appétit pour le risque, et selon les données de la CFTC concernant le marché monétaire, le positionnement spéculatif apparait être relativement équilibré. Cela suggère donc qu’il y a peu de chances que la paire reparte à la hausse. »