Statu quo monétaire aux USA, la BCE promet plus de volatilité

(ProfesseurForex.com) – Voici le communiqué de la décision du FOMC du 20 mars, une simple page publiée 8 fois par an et non suivie d’un discours de la part du président de la FED, Ben Bernanke.

Le comité monétaire de la FED (FOMC) avait alors jugé d’après les chiffres du mois de janvier qu’un retour à une croissance modérée était envisageable après le mauvais dernier trimestre 2012 (-0.4 % t/t). Il ont vu juste puisque les Etats-Unis ont obtenu 2.5 % de croissance d’un trimestre sur l’autre (t/t) au premier trimestre (première estimation). Le comité avait également tablé sur une inflation à « 2 % ou en-dessous ». L’inflation est belle et bien ressortie en baisse, et plutôt fortement (1.5 % y/y contre 2 % au mois de mars / -0.2 % m/m), toujours sous pression grâce à la chute des prix des matières premières.

Plus récemment dans le beige book du 17 avril, la FED déclarait observer une amélioration dans le secteur manufacturier (en observant des données collectées avant le 5 avril), une mauvaise lecture puisque la très grande majorité des indices manufacturiers des différentes FED ont été décevants depuis. La FED avait néanmoins relevé ses anticipations de croissance de « modestes » à « modérées ».

Mais les nuages se sont amoncelés depuis et les récentes données économiques se sont pour la plupart affichées en-dessous du consensus ces deux derniers mois, notamment dans le secteur manufacturier et l’emploi (rapport ADP [119K contre 150K anticipé] très décevant une fois de plus aujourd’hui, largement en-dessous du consensus et indice ISM manufacturier à la lisière de la contraction [50.7 contre 51.3 précédemment].

La publication du communiqué de la FED du 01 Mai est donc restée mot pour mot en ligne avec la précédente, jugeant toujours que la croissance reste modérée, les perspectives d’inflation à long terme stables (mais reconnaissant qu’à court terme ce n’était pas ça..), une amélioration du marché de l’emploi…, les dépenses de construction des ménages en progression.

Bien entendu, la FED maintient le rythme mensuel de son Quantitative Easing QE en injectant 45 milliards dans les titres financiers reliés au marché immobilier et 40 dans la dette du gouvernement Américain (dont le rythme n’a pas l’air de ralentir franchement malgré le « fiscal cliff », soit dit en passant…).

La Fed maintient également son taux directeur proche de zéro (depuis 4.5 ans maintenant).

Les gouverneurs ont également rappelé les objectifs à partir desquels la politique monétaire pourrait être resserrée : Un taux de chômage sous les 6,5%, sous réserve que l’inflation ne dépasse pas 2,5% avant d’arriver à ce taux.

Seul un gouverneur a voté contre cette politique monétaire, toujours la même, Mdme Esther L. George, la présidente de la FED de Kansas City.

Sur le Forex, l’Euro a légèrement reculé face au Dollar malgré un ton un rien plus « dovish » (enclin à assouplir la politique monétaire) mais bien moins que ne l’auraient pu anticipé les traders étant donné les très mauvais chiffres de l’économie Américaine ces derniers temps. C’est donc finalement une volatilité qui profite à l’Euro, en plein rallye haussier depuis le début de la semaine.

En résumé, NEW FLASH : Le QE n’est pas toujours pas prêt de s’arrêter…

L’attention se dirige désormais vers Mario Draghi et la communication du taux directeur peu avant la conférence de presse à 13h45 (lien vers la conférence de presse de Mario Draghi, 14h30). En effet, en Europe aussi les anticipations d’assouplissement monétaire se sont multipliées ces derniers temps, notamment depuis que les gouverneurs Allemands (Asmussen BCE /Weidmann buba) et même le vice président Vitor Constancio sont montés au créneaux pour signifier qu’ils ne s’opposeraient pas à une baisse du taux directeur étant donné les derniers chiffres Européens.

François Hollande est également venu faire pression sur la BCE en déclarant tout simplement que la banque centrale devrait adopter « le taux directeur le plus bas possible ». Un clin d’œil à la chancelière Allemande qui a déclaré ces derniers jours que l’économie Allemande aurait davantage besoin d’une hausse du taux directeur… (Les résultats de la croissance Allemande pour le premier trimestre seront déterminants mais soulignons que l’inflation recule significativement depuis le début de l’année en Allemagne, un feu vert pour une politique monétaire plus accommodante).

Rendez-vous demain pour la conférence de presse de la BCE qui promet d’être autrement plus volatile que le communiqué du FOMC de ce soir qui laisse finalement la paire EUR/USD au même niveau qu’auparavant sur le marché des change.

Copyright (c) 2013 ProfesseurForex.com. Tous droits réservés.