Un an déjà, le bilan économique de François Hollande en 6 points clés

(ProfesseurForex.com) – Un an est passé jour pour jour depuis que François Hollande a accédé à la fonction suprême. Nous revenons dans cet article sur l’évolution de la conjoncture économique Française depuis que les socialistes ont pris les rennes de l’état.

10 % de chômeurs supplémentaires

Voici l’indicateur économique le moins flatteur à mettre au crédit du nouveau gouvernement. Le nombres de chômeurs catégorie A (cad sans activité aucune) a augmenté de 300 000 personnes, pour atteindre le triste chiffre de 3.225 millions, soit une hausse de 10 %. Si l’on ajoute les catégories B et C (demandeurs d’emploi ayant une activité réduite), le chiffre s’élève à 5.034 millions… Et si l’on en croit le riche ministre du travail Michel Sapin, la tendance n’est pas prêt de s’inverser (alors qu’elle avait été promise pour la fin 2013). En effet, les perspectives de croissance sont nulles pour cette année.

0 % de croissance en 2012

+0.2 % au T3, -0.3 % au T4. La France a terminé l’année 2012 avec une croissance nulle. Le FMI table sur un recul de 0.1 % en 2013 et la commission Européenne sur 0.1 %. Autant dire que les perspectives de croissance sont peu glorieuses… Espérons que la « fin de l’austérité » proclamée par Pierre Moscovici permettra de créer davantage de croissance. Peu probable compte tenu du marasme économique de ses voisins Européens.

Déficit budgétaire à 4.5 % du PIB en 2012

87,2 milliards d’euros, au lieu des 86,2 milliards prévus. Ce chiffre intègre les crédits nécessaires à la recapitalisation de Dexia (2,6 milliards d’euros), soit 4.5 % du PIB. Conséquence de la dérive du déficit public, la dette de la France a aussi dérapé. Elle a dépassé plus vite que prévu le cap des 90% du PIB dès la fin 2012 (90,2%), à 1834 milliards d’euros. En 2013, la France table sur un déficit budgétaire de 3.9 % du PIB. Loin du 3 % initialement négocié avec l’UE dans le cadre du pacte budgétaire. La France a également obtenu de l’UE un répit de deux ans pour atteindre ces fameux 3 % en cas de mauvaise croissance.

-7.4 pour l’indice du climat des affaires

Les patrons ne sont pas à la fête sous la présidence de François Hollande. L’indice calculé par l’INSSE a reculé à 84 en avril, bien loin de sa moyenne de long terme qui est de 100 points. La stagnation économique en est l’origine. La production industrielle par exemple recule de 3.4 % d’une année sur l’autre. En 2012, l’investissement des entreprises a reculé de 0.5 %. Le fameux crédit d’impôt compétitivité de François Hollande ne semble pas renverser le cours des choses…

Exportations

La France a enregistré la deuxième plus mauvaise année de son histoire en 2012 en accusant un déficit commercial (chronique) de 67.4 Mds d’Euros. Il a tout de même été réduit de 6 MDS par rapport au record absolu de 2011. Un baisse engrangé grâce à un rebond de 3.2 % des exportations Françaises (notamment tiré par l’Asie + 13 %). Aussi surprenant que cela puisse paraître au vu de l’importance du déficit, le commerce extérieur aura donc été le principal moteur de la croissance l’année dernière avec une contribution positive de 0,7 point de PIB. Vigueur qui a permis de compenser la déprime des autres composantes de l’activité (consommation des ménages, investissement des entreprises, stocks…).

-0.4 % pour le pouvoir d’achat

Et calculé en unité de consommation d’un ménage, le chiffre s’établit à -1 %. Un tel recul n’était plus arrivé depuis François Mitterand. La hausse du chômage et des salaires peu dynamiques expliquent en grande partie ce recul. Mais il est vrai que les hausses d’impôts du gouvernement ont directement pesé sur le revenu des ménages, notamment aisés, en fin d’année.

En somme, le président a fait bien des promesses (comment lui en vouloir) mais la réalité économique est là, implacable. La situation de la France s’est détérioré depuis un an. Combien d’années encore avant que la tendance s’inverse et que nous trouvions le chemin vertueux que l’Allemagne a apparemment trouvé (équilibre budgétaire dès 2012, exportations à faire rougir la Chine, taux de chômage inférieur à 7 % etc…)

Copyright (c) 2013 ProfesseurForex.com. Tous droits réservés.