L’avis de PFX : La situation du Portugal montre que la crise de la zone euro est encore loin d’être terminée…

(ProfesseurForex.com) – Depuis maintenant plusieurs mois, nombre d’analystes et de dirigeants politiques européens se plaisent à répéter que la crise de la dette de la zone euro est terminée.

Cependant, les récents évènements tendent à prouver le contraire.

Il y a déjà eu Chypre, dernier pays ayant bénéficié d’un plan d’aide, qui est venu nous rappeler que la crise de la dette continue de menacer.

Plus récemment, la situation du Portugal, et les discussions sur le versement de la prochaine tranche d’aide à la Grèce sont également venus rappeler que la crise de la zone euro est sans doute bien plus loin d’être terminée que ce que l’on voudrais bien nous faire croire.

Pour en revenir au Portugal, on rappellera que la pays traverse une crise politique due à la démission la semaine dernière du ministre des finances, ce qui avait fait grimper le taux à 10 ans portugais à 8% sous l’effet de surprise de cette annonce.

On pourra estimer que le Portugal, qui ne représente que 1,8% du PIB de la Zone euro, n’a pas vraiment de quoi inquiéter la zone euro toute entière. Après tout, la Grèce, et surtout l’Irlande, ont pour l’instant réussit à éviter la faillite et entament leur redressement.

Mais la situation du Portugal est tout autre. En effet, à l’inverse de la Grèce ou de l’Irlande qui affichaient des taux de croissance très satisfaisants avant la crise, le Portugal est englué dans la mollesse économique depuis les années 90. En effet, sur la période 1990 – 2007, le PIB portugais a augmenté en moyenne de 2,3% par an, contre +6,4% pour l’Irlande et +3,1% pour le Portugal.

En d’autres termes, la Grèce et l’Irlande ont bénéficié d’économies solides pendant presque 20 ans avant la crise, ce qui leur a permis de traverser la crise certes douloureusement, mais de façon encore supportable, tout particulièrement en ce qui concerne l’Irlande.

A l’inverse, le Portugal était à la traine, et a en conséquence été « moins solide » lorsque la crise a frappé, ce qui rend plus difficile les cures d’austérité, le PIB par habitant du Portugal étant d’ailleurs un des plus faibles de la Zone euro.

En plus d’avoir un des PIB par habitant les moins élevé de la Zone euro, le Portugal affiche un taux de chômage très important, ce qui pèse également sur le chances de reprise, ce qui fait également monter les taux portugais, alourdissant la charge de la dette du pays.

En effet, même si les taux portugais ont fortement reculé en 2012, ils restent actuellement bien trop élevé. En somme, il faudrait que le taux de croissance du Portugal dépasse le taux de rémunération de ses obligations pour que le pays parvienne à sortir de la crise de la dette. En effet, si la croissance reste sous les taux obligataires, le pays ne gagne même pas assez d’argent pour rembourser les intérêts de sa dette, qui continue par conséquent d’augmenter…

En 2012, la charge de la dette représentait 4,5% du PIB au Portugal, et donc tant que la croissance n’aura pas atteint 4,5%, la situation de pays du pays restera difficile, et sa dette et ses déficits en augmentation.

Or, c’est un cercle vicieux qui se profile, puisque la situation du Portugal pourrait amener à de nouvelles dégradations de la part d’agences de notations, ce qui poussera également les taux à la hausse, aggravant les problèmes du pays… Le Portugal pourrait alors être contraint d’accentuer l’austérité de façon volontaire ou forcée via un nouveau plan d’aide, ce qui sera socialement très compliqué.

En effet, pour reparler des exemples irlandais et grecs, même avec presque 20 ans de croissance avant la crise, les mesures d’austérité ont été très mal accueillies et difficiles à faire passer, et la situation du Portugal risque de devenir encore plus délicate, ce qui pourrait in fine inciter le pays à sortir de la Zone euro pour tenter de s’en sortir via la dévaluation compétitive…

Pour conclure, on comprend bien que la crise de la zone euro n’est pas encore terminée, et que plusieurs dossier, dont le Portugal en tête, menacent de replonger l’Union Monétaire dans une nouvelle phase de la crise de la dette…

Copyright (c) 2013 ProfesseurForex.com. Tous droits réservés.