L’avis des banques –EUR/USD : Les 5 raisons pour lesquelles la paire est configurée pour revenir au-dessus des 1,31 selon le Crédit Suisse

(ProfesseurForex.com) – Le Crédit Suisse fait remarquer que malgré la récente chute de l’euro sur le forex, la devise unique se maintient dans le canal borné entre 1,28 et 1,36 dans lequel elle se trouve depuis le début de l’année.

« Alors que les efforts afin de maintenir les taux obligataires plus bas que les taux américains limiteront la hausse de l’euro au cours des prochains mois, nous restons sur nos positions : le marché devrait avoir besoin d’intégrer dans son cours une cassure du sentiment pour le cassure afin de pousser la paire vers le bas du canal »

A ce titre, le Crédit Suisse estime que l’EUR/USD se trouve vers la borne inférieure du récent canal, le risque étant qu’au cours du prochain voire des deux prochains mois, cela soit confondu avec le consensus vendeur du marché et que la paire effectue un rallye au-dessus des 1,30.

La banque avance 5 raisons afin de justifier cette opinion :

1) : Alors que la décision unanime du conseil des gouverneurs de la BCE stipule officiellement qu’ils s’attendent à ce que les taux clé de la BCE restent à leurs niveaux actuels ou seront abaissés, et ce durant une période de temps prolongée donne du grain à moudre aux vendeurs à court terme. La banque estime que cela ne constitue pas une grande surprise pour le marché étant donné la perspective économique et inflationniste.

Par conséquent, il est peu probable que cela fasse encore chuter l’euro au cours des jours et semaines à venir.

2) : De façon similaire, la possibilité que la Fed entame la réduction de son QE en Juillet est déjà intégré dans le cours du marché.

Il est à noter que lors de ces dernières semaines, la Fed a décidé de moins mettre en avant sur cette réduction, en soulignant que cela dépend des données économiques. Avec des taux obligataires ayant déjà substantiellement augmenté, cela suggère qu’il y a des chances que la marge de manœuvre permettant une autre chute des taux soit limitée à moyen terme.
Selon la banque, il faudra un démarrage de la réduction du QE ou des données plus solides afin de pousser l’EUR/USD vers de plus bas niveaux.

3) : Les données économiques de la Zone Euro,  à la fréquence élevée,  ont agréablement surpris au cours des récentes semaines, les indices PMI se trouvant sur leurs plus hauts niveaux depuis Février 2012 alors que la composante des nouvelles commandes était le plus haut de Juin 2011.

Dans le même temps, l’indicateur de surprise relative s’est déplacé pour prendre des valeurs en faveur de l’euro. Cela suggère qu’il devient moins probable que la BCE emploie bel et bien toute mesure supplémentaire empêchant seulement la récente hausse des taux américains (le fossé entre taux américains et ceux de la Zone Euro s’étant réduit au cours des deux derniers mois).

4) : Les fluc devraient continuer de supporter l’euro. L’augmentation de l’excédent de la balance courante, tout comme selon le Crédit Suisse, le rééquilibrage continuel des actifs libellés en euro suite à la fin des échanges sur fond de fragmentation de la Zone Euro devait agir de façon progressive sur l’euro.

5) : Tant que la périphérie reste sous pression, les inquiétudes sur le Portugal l’illustrant parfaitement, la banque continue de penser que le programme OMT fourni un filet de sécurité important sur de telles questions.