Portugal : A quel point la situation est-elle grave ? Quelles sont les solutions ? Quelles conséquences en cas de restructuration de la dette du pays ?

(ProfesseurForex.com) – Sans conteste, le Portugal devient le sujet délicat du moment au sein de la Zone euro, depuis la démission surprise il y a deux semaines du ministre des finances.

Désormais, la question que se posent les traders notamment sur le forex est de savoir si le Portugal va connaître le même sort que la Grèce, de plus en plus d’économistes estimant que la dette du pays est désormais insoutenable…

Le point sur la situation

Celle-ci dépasse en effet les 123% du PIB, mais ce qui est le plus inquiétant est que le pays a fait beaucoup d’efforts et suivit scrupuleusement les exigences de la Troika, sans pour autant arriver à stabiliser sa dette.

La situation semble donc inextricable, puisque selon les calculs de Natixis par exemple, le pays devrait afficher un excédent budgétaire primaire (hors intérêts de la dette) d’au moins 8% du PIB, et de toute façon, même en y parvenant, les résultats ne se feraient sentir qu’au bout de plusieurs années.

L’autre option est que le pays parvienne à afficher une croissance supérieure à celle d’aujourd’hui d’au moins 6 points de PIB, ce qui semble tout bonnement fantaisiste.

Le pays est en effet toujours en récession (-2,3% anticipé cette année), mais la croissance ne devrait ensuite redémarrer que très lentement, avec une hausse du PIB de 0,6% en 2014, puis de +1,5% en 2015 selon le Fonds Monétaire International.

Et ces deux options (efforts budgétaires ou stimulation de la croissance) sont antinomiques, pour bien compléter ce tableau fort inquiétant… D’ailleurs, le célèbre économiste Patrick Artus a commenté que  « si l’on ajoute à cela la crise que traverse le pays depuis la démission du ministre des finances, la situation est tout simplement insoutenable ».

Vers une restructuration de la dette de Portugal ?

Si la situation du Portugal ne s’améliore pas nettement d’ici 2014, il est en effet probable que le pays soit contraint de restructurer sa dette, en d’autres termes faire défaut sur au moins une partie de sa dette.

Si cela devenait inévitable, plusieurs options seraient envisageables, mais ce qui est garantit, c’est que les mécanismes de soutient en Europe (FESF et MES), ainsi que la BCE qui ont sous une forme ou une autre prêté de l’argent au Portugal, enregistreraient de lourdes pertes, de même que les pays de la Zone euro qui garantissent les dispositifs de soutien.

Par exemple, si l’on se base sur les participations de la France et de l’Allemagne à ces mécanismes, les pertes pourraient s’élever à 25,3 milliards d’euros pour la France, et 32,9 milliards pour l’Allemagne, selon les calculs de plusieurs économistes.

Quelles conséquences pour les banques ?

En cas de restructuration de la dette du Portugal, les banques des pays de la Zone euro seraient elles aussi touchées, tout du moins celles détenant des obligations portugaises.

Toujours selon des calculs d’économistes, les banques françaises pourraient alors accuser des pertes à hauteur de 16,7 milliards d’euros. Les banques allemandes seraient quant à elles dans le rouge de 13 milliards d’euros.

Mais ce n’est rien à côté des pertes que subiraient les banques espagnoles (55,2 milliards d’euros), fortement exposées aux obligations portugaises. Or les banques espagnoles sont déjà en difficulté, au point qu’il y a quelques mois, l’Espagne a du demander une aide ) l’Europe pour sauver ses banques. Par conséquent, la « chute » du Portugal pourrait entrainer l’Espagne également…

Copyright (c) 2013 ProfesseurForex.com. Tous droits réservés.