Analyse en détail de la dette Française

Vous êtes encore nombreux à consulter cet article rédigé le 9 août 2013 : Découvrez sa dernière mise à jour ICI

(ProfesseurForex.com) – Au mois de juin le solde budgétaire Français s’établit en déficit de 59.3 milliards d’Euros contre -72.6 Mds enmai, -66.8 Mds en avril, -31 MDS en mars, -27 Mds en février, -12.8 Mds en janvier. Le déficit de l’Etat français s’est donc creusé de 2,6 milliards d’euros par rapport à juin 2012, selon le ministère du budget. Une hausse qui s’explique par des dépenses européennes qualifiées d’exceptionnelles en raison de l’augmentation de capital de la Banque européenne d’investissement (1,6 milliard) et la participation à la dotation au mécanisme européen de stabilité (3,3 milliards)…

Ainsi, aujourd’hui, jeudi 08 août 2013, le montant de la dette française s’élève à 1 867 957 413 513 € soit 28 738€/habitant.

Notons également que la durée de vie moyenne de la dette Française est de 7 ans et 11 jours.

Des recettes sont donc venues réduire le déficit budgétaire qui devrait atteindre 3,7% du PIB cette année d’après le gouvernement Français. Mais le ministre de l’Économie Pierre Moscovici a reconnu la semaine dernière qu’il pourrait être « légèrement au-dessus ». Le FMI prévoit que la France terminera l’année 2013 avec un déficit de 3,9% du PIB, contre 4,8% en 2012.

Profitons de la publication de ces chiffres pour faire le point sur la dette Française alors que les trois principales agences de notation (S&P, Moody’s et Fitch) ont désormais retiré leur AAA à la France principalement en raison du poids et de la trajectoire de la dette du pays.

Commençons par comparer la dette (en pourcentage du PIB) de la France avec d’autres pays grâce aux graphiques de l’agence France Trésor :

Nous pouvons nous rassurer en observant que la France se trouve dans la moyenne. Néanmoins , la trajectoire de la dette et les perspectives de croissance mornes ne permettent pas d’être optimiste pour l’avenir.

Voici maintenant la fameuse courbe des taux dont en entend souvent parler dans les milieux financiers avertis :

La France bénéficie toujours de taux parmi les moins chers du monde et nous en aurons grand besoin afin maintenir le poids de la dette soutenable. En effet, chaque année, c’est un peu moins de 50 milliards d’intérêts que la France doit payer à ses créanciers (sans parler donc du principal qu’il faut aussi rembourser de manière régulière).

Penchons nous maintenant sur la portion de la dette détenue par les étrangers (non résidents Français) :

Nous pouvons voir ici que la dette Française a plutôt la côte sur les marchés obligataires (61.9 % du total sont détenus par l’étranger). C’est un bon signe qui laisse penser que la France bénéficie toujours de la pleine confiance des marchés. Néanmoins, revers de la médaille, lorsque la dette est majoritairement détenue par des étrangers, les risque de spéculation (donc hausse des taux d’emprunt) sont accrus. Voilà pourquoi malgré une dette supérieur à 200 % du PIB, le Japon bénéficie toujours des taux d’emprunt les plus faibles du monde. En effet, la dette Nippone est très largement détenue (à plus de90 %) par les japonnais eux-même.

Voici un autre graphe qui permet de voir comment est répartie la dette Française détenue par les résidents Français :

Les assurances, réputés pour faire des placements peu risqués pour protéger votre épargne, sont donc les grand consommateurs de dette Française. Il serait intéressant de savoir quelle est la proportion de dette Espagnole, Grecque ou encore Italienne détenue par votre assurance…

Voici maintenant l’ampleur de la dette si l’on prend en compte également celle des entreprises et des ménages :

La France n’est pas trop mal lotie sur ce plan grâce à la culture économe des Français qui ont la réputation d’être de gros épargnants à défaut d’avoir des caisses publiques en bonne santé.

Graphiques bonus, l’évolution de la dette ces dernières décennies (ils ne sont pas à jour malheureusement mais permettent déjà de e faire une bonne idée :

Copyright (c) 2013 ProfesseurForex.com. Tous droits réservés.