La BCE pourrait réduire les taux des obligations Grecques mais la question sera abordée au printemps prochain

(ProfesseurForex.com) – Le représentant Allemand au directoire de la BCE, Jorg Asmussen, a évoqué la possibilité d’un troisième plan d’aide pour la Grèce.

Rappelons que la Bundesbank a récemment déclaré qu’il ne restait plus que 10 Mds disponibles sur les 250 Mds des deux premiers plans d’aide. Il y aurait apparemment 8 autres milliards disponibles dans le fonds de recapitalisation bancaire Grec (50 Mds au départ).

Ainsi, après le ministre des finances Allemand, c’est donc la BCE qui vient au chevet d’Athènes, avec des conditions strictes toutefois. Si les Grecs veulent un troisième plan d’aide, il va falloir remplir les objectifs de consolidation budgétaire.

Pour rappel encore une fois, si le gouvernement Hellénique suit le plan d’assainissement dicté par l’UE et le FMI, la dette publique devrait atteindre, selon les prévisions, 176% du PIB en 2013 avant de baisser à 124% d’ici 2020. Asmussen a déclaré que la question sera discutée au prochain printemps, lorsque la situation budgétaire Grecque sera plus claire. Il s’agit pour la Grèce d’obtenir un excédent budgétaire primaire (sans le service de la dette) sur une base annuelle.

Enfin, si la question d’un nouvel effacement de la dette Grecque n’a pas été abordée, la BCE a toutefois fait miroiter une éventuelle nouvelle baisse des taux pour les obligations Grecques qu’elle détient. La question d’une aide via les fonds structurels Européens a également été avancée en attendant le troisième plan d’aide.

Mais la chancelière Allemande s’est empressée de nuancer les propos de son ministre en rappelant que la question ne sera discutée qu’en 2014. En effet, le sujet est sensible en Allemagne mais il apparaît de plus en plus clair que l’on ne pourra pas passer le dossier Grec en sourdine lors de cette campagne électorale (élections le 22 septembre).

En effet, le précédent chancelier Gerhard Schröder s’est rallié à la cause du rival d’Angela Merkel, Mr Peer Steinbrück, en fustigeant les mensonges du gouvernement à propos du cas Grec. « Ce n’est pas en mentant et en camouflant la vérité mais seulement en parlant clairement qu’on gagne la confiance du peuple ».

Le débat enfle outre-Rhin et les vert ainsi que le SPD (social démocrates) ont demandé au gouvernement de clarifier la situation devant le Bundestag.

Copyright (c) 2013 ProfesseurForex.com. Tous droits réservés.